Sur le zinc, à Soulvire, un samedi matin…(3)

Publié le par la-petite-souris-normande.com

zinc

 

Episode du 10 mai 2013

 

Avant de poursuivre, attardons-nous un instant sur la personnalité de Max Toutounet.


Max fait partie de ces gens qui n’ont qu’une seule et unique raison de vivre : Leur idole.


Au cas d’espèce, l’idole de Max ce n’est ni Johnny Halliday, ni l’abbé Pierre, ni Marylin Monroe, c’est Tom Durand !


Quoi que fasse Tom Durand, il est immédiatement encensé par Max, au point d’en friser parfois le ridicule, comme ces médecins de la cour de Louis XIV qui s’extasiaient devant la clarté des urines nocturnes du monarque ou le parfait « moulé » et la parfaite couleur de sa crotte du matin !


Dès arrivé à son bureau, Max Toutounet chante cet hymne à son idole :

 

 

 

 

C’est donc que l’affaire devait être importante pour que Tom Durand ait missionné son « homme de confiance «  en personne !


Prenant cet air chafouin qui lui va si bien et regardant « par en dessous » derrière ses lunettes comme à l’accoutumée, Max Toutounet convia Marcel, René et Jean-Edouard à la table des confidences :

« Je tiens cette nouvelle de source bien informée, déclara-t-il, Paul-Antoine Harley présente une liste d’union contre Tom Durand ! »


Paul-Antoine Harley !


C’était donc lui dont tout Soulvire parlait depuis des mois, l’homme providentiel que chaque Soulviroise et chaque Soulvirois appelait de ses vœux !


Les Soulviroises surtout..., plus d’une ayant été surprise… la main dans le sac !!!


Il faut dire que l’homme a de quoi séduire : farouchement indépendant, fin connaisseur de l’homme et de tout l’environnement politique de la région, humaniste, gaulliste social au sens le plus noble du terme, catholique pratiquant mais œcuméniste convaincu, homme de dialogue et de consensus, fin lettré et sachant s’entourer de toutes les compétences nécessaires, beaucoup voyaient en lui l’homme du renouveau nécessaire à Soulvire.


René avait bien connu Paul-Antoine Harley quand il s’était occupé de lui et de ses collègues après la fermeture de son usine, fermeture que Tom Durand n’avait pu, en dépit de ses beaux discours, empêcher.


Et, d’ailleurs, Tom Durand n’avait jamais empêché la moindre fermeture d’usine…


René accueillit donc cette nouvelle avec enthousiasme et recommanda aussitôt un pastis pour fêter la nouvelle !


Jean-Edouard, en revanche, était plutôt sceptique et grattait fébrilement son imposante chevelure, au risque de détruire son brushing, signe d’une profonde perturbation : « Il n’est pas de première jeunesse ton Paul-Antoine et puis il y a qui sur sa liste ? »


C’est, effectivement, la question que chacun se posait en ce samedi de mai, au bistrot de Soulvire après le marché.


Qui donc allait accompagner Paul-Antoine Harley dans cette conquête ?


Personne n’osait prononcer le nom qui brûlait toutes les lèvres…


C’est Marcel, encouragé par le 20ème « rouge limé » qui commençait à lui brouiller le cerveau et lui donner de belles couleurs chatoyantes, qui lâcha le terrible nom : « Pascal Roger, il est sur la liste ? »


Pascal Roger !


Personne ne savait au juste qui était cet individu, ni même s’il existait vraiment, mais tous craignaient sa plume redoutable et son influence sur Paul-Antoine Harley…


Max Toutounet n’aimait pas du tout Pascal Roger, il l’avait même qualifié de pervers !


Max Toutounet n’aimait pas du tout ce qui pouvait déranger le doux sommeil de Tom Durand et la perspective de cette candidature dérangeait Tom Durand, à tel point que Max Toutounet, de son propre aveu, n’arrivait même plus à calmer son idole !


« Ben moi, je trouve ça bien, s’exclama Marcel, on va enfin savoir si tous ces gars-là ont des c… et ne se contentent pas d’écrire sur leurs blogs à la con ».


Cette façon un peu brutale de dire les choses résumait bien le sentiment général : Quel sera le programme de Paul-Antoine Harley pour Soulvire ?


A suivre…


 

 

 

Publié dans LE CASAR D'HUMOUR

Commenter cet article