TOUCHE PLUS MON PARC (1)

Publié le par la-petite-souris-normande.com

agriculteur-jardinier.gifUn Lovérien de souche,

(encore faut-il pouvoir déterminer

quand « prend souche » un autochtone),

nous parle de souches d’arbres…

Bienvenue à Ignare de Layoli

 

 

 

 

Triste compte de faits

1 AbdIl était une fois dans la belle Normandie un petit territoire quasi idyllique du nom de Lovérie. Ses habitants y élisaient leur souverain une fois tous les six ans. A cette époque là, il y régnait une sorte de roi franc, le sire de Tinmartus. Il arrivait à la fin de son troisième règne et, peut-être grisé par des années de pouvoir sans partage, il s’était muté en seigneur absolu et guide suprême de son peuple. Comme tous les roitelets, le sire de Tinmartus se pavanait très haut au dessus de ses sujets. Par-dessus tout, il adorait qu’on l’encense. Ne se disait-il pas le bâtisseur et le garant du bonheur de ses sujets.

Afin de mieux convaincre qu’il était le meilleur, l’irremplaçable sire de Tinmartus eut l’idée de faire appel au célèbre Yphope, le grand maître de la pratique de la question et, par voie de conséquence, de la réponse appropriée. Celle que l’on voulait entendre. Et c’est ainsi que le grand Yphope, qui faisait payer ses services à prix d’or, obtint, grâce à la question, les réponses qu’il fallait : Tinmartus prodiguait à ses sujets le bonheur, la sécurité, le bien vivre. Les finances de la seigneurie n’avaient jamais été aussi exemplaires. Quant aux réalisations, déclinées sur moult parchemins, qui pouvait se vanter de faire mieux que le sire bien-aimé ?

Alors les fidèles valets du palais s’en allèrent clamer la bonne nouvelle au quatre coins de la seigneurie en brandissant la bannière jaune du saint protecteur de la Lovérie, Saint Cocufian : et de répéter partout Tinmartus est grand, Tinmartus est bon, que Dieu et notre Saint Patron nous gardent Tinmartus.

Pressurons les riches pour qu’ils s’en aillent. Bienvenue aux pauvres. Et Tinmartus de penser : eux ne m’en honoreront que davantage, moi qui leur donne le bonheur dans la pauvreté afin qu’ils restent pauvres à jamais et m’en soient éternellement reconnaissants. Et les fidèles valets redoublèrent de clameur : Tinmartus, gardons le. Tinmartus c’est bien. Bravo Tinmartus. L’histoire ne dit pas ce qu’il est advenu du seigneur de Lovérie. Peut être se noya-t-il dans la grande mare qu’en fin de règne il fit creuser pas ses sujets…

(A suivre)

  

  agriculteur-jardinier

 

 

 

 

 

 

Ignare de Layoli

 


Publié dans IGNARE DE LAYOLI

Commenter cet article