LE SENS DES MOTS… OU DES MAUX…

Publié le par Pierre Robès

LE SENS DES MOTS… OU DES MAUX…

L’interview du Président Macron a clairement démontré qu’il n’était rien.

Rien d’autre qu’un acteur narcissique jouant un rôle.

A-t-il dit : « Ce que j’ai dit » au sujet de toutes ces insultes faites au peuple Français ?

Non, il a dit : « Ce qui a été dit », un passif qui ne l’implique pas personnellement, ce n’est pas lui qui parlait.

Comme tous ces lamentables députés « En Marche » que l’on voit défiler sur les plateaux de télé qui débitent inlassablement le même discours avec plus ou moins de conviction, Macron récite un rôle, sur-joue dans la gestuelle, l’exagération verbale, les mimiques et les effets de manche.

Il en fait trop et devient un mauvais acteur.

On doit avouer qu’il a démontré pendant sa campagne électorale un remarquable talent d’évangéliste.

C’est ainsi qu’il a réussi à galvaniser des foules hypnotisées par cet imprécateur sans le moindre programme !

Mais le retour au réel est cruel, de plus en plus de gens se rendent compte de la vacuité du personnage, Ségolène Royal dirait de sa « creusitude » !

Ce n’est pas le tout d’être un excellent acteur, quand on devient obligé d’écrire soi-même le scénario, c’est une autre affaire !

Et dans cette interview où il utilisait la vieille ficelle du « je commente moi-même mes réponses » , l’avez-vous entendu développer ou même prononcer des mots tels que « fonctionnaire », « islamisme », « frontière », « souveraineté », « attentats », « sécurité »…..

Et il parait que sa seule remarque à l’issue de cette interview qui a déçu 61% des Français a été : « Ai-je été convainquant ? »

Autrement dit ai-je bien joué mon rôle ?

Non, Monsieur Macron, vous devenez un piètre acteur et celles et ceux qui vous ont fait (pour parler comme vous) risquent de ne pas tarder à vous remplacer.

Il reste à savoir par qui…

Selon Attali, ce sera une femme.

Pourquoi pas ?

Pierre Robès    Pierre Robès

 

Publié dans Pierre ROBÈS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article