MAISON FRANCE EN LIQUIDATION : ENCORE QUELQUES BELLES AFFAIRES A SAISIR !

Publié le par Le Scarabée Noir

MAISON FRANCE EN LIQUIDATION : ENCORE QUELQUES BELLES AFFAIRES A SAISIR !

Déjà en 2013, 347 entreprises Françaises (en majorité des Start-up en pleine croissance dans des secteurs dits porteurs) étaient passées sous contrôle étranger et un haut responsable déclarait à l’époque : « L’avenir d’une PME Française, c’est de se faire racheter ».

OK, pourquoi pas.

« A Little Market », plate-forme bien connue de commercialisation de produits artisanaux « hand made »  a disparu en juin dernier mettant sur le carreau beaucoup de ces autoentrepreneurs à qui on avait fait croire que leur travail pouvait payer.

A l’inverse, Cross Knowledge, un des leaders du e-learning est passé sous contrôle Américain en 2014 et reste un leader mondial, mais ce sont les Américains qui en profitent.

Kolor, une magnifique entreprise savoyarde qui a inventé la réalité virtuelle a été avalée par l’américain Go Pro et plus personne ne connaît cette pépite Française.

Pourquoi tous ces exemples ?

Tout simplement pour démontrer que le génie Français existe dans bien des domaines, mais qu’on ne sait pas ou ne veut pas le garder.

Et ce qui est vrai au bas de l’échelle, avec des PME/PMI, est encore plus vrai en haut de l’échelle avec « les grands groupes ».

L’Allemagne a créé son hégémonie industrielle en se fondant sur un très important tissu de « grosses PMI », le plus souvent d’origine familiale et avec l’aide des banques locales,  qui se sont développées dans leur propre créneau d’excellence industrielle sans chercher à « aller voir ailleurs », qui sont restées Allemandes, qui ont développé l’excellence Allemande dans leur domaine.

Tout comme, par exemple, un vignoble Français « top quality » va se concentrer sur la qualité de son vin, garant de sa pérennité, sans chercher à faire de la piquette.

C’est exactement la même démarche.

En France, c’est une « idéologie inverse » : Dès lors qu’on a créé un « truc rentable », on le vend et ce sont les autres qui bénéficieront de tout le savoir-faire créé.

A la limite, cela peut se comprendre dès lors qu’il s’agit d’entrepreneurs privés qui souhaitent échapper à la tragédie administrative et fiscale de l’entrepreneur indépendant en France et préfèrent « passer à la caisse » puis s’expatrier.

C’est même normal dans le contexte Français.

Mais quand il s’agit de « fleurons » de l’industrie Française, je pense qu’il vaut mieux « raisonner à l’Allemande » !

Faisons un rapide état des lieux de notre industrie « de pointe » :

  • Areva Energies Renouvelables : Disparu et appartient désormais à SIEMENS qui va équiper les 4 champs off- shore Français de 62 gigantesques éoliennes chacun, Nicolas Hulot vient de donner son accord. Un marché qui sauve probablement SIEMENS de la faillite dans ce secteur totalement sinistré des éoliennes, grâce au paiement de l’état Français.

 

  • Alstom Rail, le leader technique du train à grande vitesse, donné à SIEMENS ce même groupe qui avait, en 2005, sorti Alstom du « kolossal » marché du train à grande vitesse en Chine en vendant sa technologie aux Chinois qui l’ont, depuis, maitrisée au point de devenir un concurrent majeur !

 

  • Alstom Energies Renouvelables : Une division d’Alstom qui avait conçu une éolienne totalement révolutionnaire vendue aux Américains de General Electric avec la bénédiction du ministre Macron !

 

  •  Technip, leader mondial de l’off-shore pétrolier, fusionnée en 2016 avec le groupe Texan (vous savez Dallas et l’infâme JR !) FMC Technologies et qui n’a donc plus rien de Français si ce n’est que s’appeler désormais « Technip France » ! Trump peut accepter de serrer la main de Macron !

 

  • Alcatel-Lucent, qui fut naguère « la référence » en matière de téléphonie, cédé à Nokia qui est en train de tout fermer en France.

 

  • Les chantiers navals de Saint-Nazaire, champions du monde de la construction de paquebots de grand luxe et champions pour la construction et l’entretien de navires de guerre, donnés aux Italiens (car 51% c’est la majorité quoi qu’on dise et qu’on fasse !)

 

  •  Et les aéroports vendus aux Chinois, et les monuments historiques achetés par les Qataris etc…

La politique de Macron est claire : La France ne doit plus être une nation industrielle et on voit bien que tout est fait pour qu’il en soit ainsi.

Mais il reste quelques secteurs à dépouiller pour le banquier d’affaires Macron.

Le nucléaire, secteur où là aussi nous étions les champions du monde et de loin : Le choix est de le laisser pourrir au nom de l’écologie. Pourtant, il y aurait de belles ventes à faire puisque, à l’inverse de la France, bon nombre de pays se rendent compte que c’est l’énergie la plus propre et la moins chère, à commencer par la Grande-Bretagne !

L’automobile : Nicolas Bulot nous taxe les bagnoles à tours de bras, donc le secteur mutera de lui-même vers l’électrique, mais il semble hors de question de venir chatouiller la toute-puissance de l’Allemagne dans l’automobile. Ach so !

L’aéronautique : Les Allemands ne sont pas très forts dans ce secteur, mais SAP pourrait bien reprendre Dassault Aviation (les systèmes d’informatique embarquée où nous sommes leaders), vous verrez…

J’arrête là, je suis sûr que bien d’autres rapprochements « pour sauver et développer l’emploi industriel en France », comme dirait ce félon de Le Maire, sont à l’étude.

Moi, bêtement et à mon tout petit niveau, je me demande au nom de quoi on accepte tous ces sacrifices, quelles en sont les contreparties.

On sait bien que Macron est un « mondialiste » qui rêve de supprimer les nations, de les métisser dans tous les sens du terme au nom d’un projet humaniste fumeux et dangereux.

Mais alors qu’il le dise !

Qu’il dise qu’il veut faire de la France une sorte de province touristique de cette Europe dont il rêve, une France totalement désindustrialisée, une France sans villages ni églises, une sorte de zoo ou de « parc Astérix » grandeur nature où le boulanger artisanal fera son pain dans son four à bois, le potier sa poterie avec la glaise du pays et où on filera la laine des chèvres de la mère Huguette comme dans l’ancien temps…

Après tout, pour parler comme lui, ce sera « un beau projet pour la France ».

Un projet plein d’avenir !

N’est-ce pas  mes amis ! 

  Le Scarabée Noir.

 

Publié dans LE SCARABÉE NOIR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article