ABDELKADER MERAH RECONNU SEULEMENT COUPABLE D’ASSOCIATION DE MALFAITEURS…

Publié le par Emma Burlington

ABDELKADER MERAH RECONNU SEULEMENT COUPABLE D’ASSOCIATION DE MALFAITEURS…

La justice de ce pays, de mon pays, me fait de plus en plus peur. Et honte aussi.

Ainsi, le verdict est tombé. Abdelkader Merah est reconnu coupable d’association de malfaiteurs seulement… Et non coupable de complicité d’assassinat.

Ainsi, un pays tel que la France n’est pas prêt à reconnaître un homme qui a conduit à la création d’un monstre sans nom qui a tué de sang-froid des enfants, des jeunes garçons et une fillette  sans défenses et innocents sans le moindre problème.

Un pays comme la France est prêt à accepter qu’un homme en enrôle un autre afin que ce dernier tue lâchement un soldat de l’armée française, tombé dans un véritable guet-apens et tire à bout portant sur trois soldats tournant le dos à leur agresseur.

Comment les magistrats ont-ils pu accepter d’ignorer le rôle central qu’a joué cet assassin auprès de son frère ?

Comment la justice peut-elle se revendiquer juste si elle n’est pas capable de condamner un pareil monstre à l’origine de tant d’atrocité, de tant de souffrance ?

Quand bien même, cet homme n’a pas appuyé sur la détente, tous ces massacres auraient-ils eu lieu s’il n’avait envoyé son frère faire le djihad ? S’il ne l’avait pas enrôlé ? S’il ne lui avait inculqué certaines valeurs de haine, de mépris de l’autre ?

Les magistrats ont-ils pensé aux victimes ? A ces jeunes enfants qui n’aspiraient qu’à profiter de l’instant présent? Au vide que leurs morts, que dis-je, que leurs assassinats laissent derrière eux ? Des familles déchirées, meurtries, affectées à jamais.

La justice était censée rendre justice à ces familles.

A travers ce verdict, c’est comme si la justice française tuait pour la seconde fois Jonathan Sandler et ses deux jeunes fils, Gabriel 3 ans, et Aryeh 6 ans.

Comme si la justice française tuait pour la seconde fois Myriam Monsonégo 7 ans.

Ces enfants et ce père qui étaient de confession juive…

Comme si on tuait pour la seconde fois le maréchal des logis-chef Imad Ibn Ziaten, Abel Chennouf, et Mohamed Legouad.

Sans oublier Loïc Liber. Peut-il se sentir rassuré face à ce verdict ? Lui a-t-on rendu justice ? Lui qui finira ses jours en tant que tétraplégique.

Ces hommes qui ont fait l’erreur de vouloir défendre le pays qu’ils aimaient et qu’ils respectaient, eux !

Si la justice accepte de les oublier, accepte d’oublier le chagrin, la détresse des familles, j’ose espérer que le cœur des français se trouve ébranlé, choqué par cette décision tout simplement honteuse, scandaleuse.

Et j’ose espérer que les français à jamais se souviendront de ces tueries. Se souviendront à jamais, non pas des assassins, mais bien des victimes.

Se souviendront de ces trois jolies petites bouilles d’enfants partis trop tôt.

Se souviendront du courage du père qui dans un dernier espoir cherche à protéger ces deux êtres les plus chers au monde.

Se souviendront de nos soldats qui voulaient défendre leur patrie.

Moi, en tout cas, je ne les oublierai pas.

E B    Emma Burlington

 

Publié dans Emma BURLINGTON

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article