ANTOINE A BIEN RAISON !

Publié le par Le Scarabée Noir

ANTOINE A BIEN RAISON !

Le juge a dit « Jules, vous avez tué ! »

« Oui j’ai tué ma femme et pourtant je l’aimais »

Le juge a dit  à Jules « vous aurez 20 ans »

Jules a dit « quand on aime, on a toujours 20 ans »

Oh yeah !

Ce pauvre type a tué sa femme et en est tellement malheureux qu’il a clairement laissé tous les signes, tous les indices, pour qu’on remonte inévitablement à lui.

On verra par la suite, mais il ne regardait pas Colombo ou n’importe qu’elle série télé où on voit comment les assassins se débrouillent pour effacer tous les signes.

Le drap, la bagnole, les traces de pneus….

Tout cela ce sont des appels pour dire « venez-donc que je puisse me libérer de ce poids ! ».

Ses aveux sont une forme de soulagement par rapport au délire médiatique dont il a été « victime » en lui faisant jouer un rôle trop difficile pour lui, en lui faisant endosser « le trop grand costume du mari éploré parfait ».

Cet homme a tué mais il l’a avoué.

On devine les déchirements de ce couple pour arriver à un acte aussi fort : qui n’a pas divorcé ne peut le comprendre.

Mais dès lors que ce pauvre petit bonhomme a avoué, laissons le « en paix » !

Les vautours du style de cette hallucinante procureure de Besançon se déchaînent contre lui, contre cette proie si facile.

Comme cette « magistrate » qui explique que la strangulation prend plusieurs minutes avant d’être mortelle : Le petit bonhomme s’est donc acharné !

C’est minable.

Qu’il fasse 20 ans ou 30 ans de prison, peu importe.

Cet homme a avoué avoir tué. Il devra payer et il payera.

Je pense qu’il veut payer n’ayant pas le courage de se suicider.

C’est, finalement, un drame de la passion, un drame de l’amour.

Une tragédie antique

Rien d’autre, mais c’est respectable la passion amoureuse, et autant d’acharnement médiatique ne sert strictement à rien.

Si ce n’est à discréditer encore plus notre « justice ».

  Le Scarabée Noir.

 

Publié dans LE SCARABÉE NOIR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article