LE MAÎTRE DES HORLOGES N’EST PAS ENCORE MAÎTRE DU TEMPS !

Publié le par Pierre Robès

LE MAÎTRE DES HORLOGES N’EST PAS ENCORE MAÎTRE DU TEMPS !

Mais quel bordel !

Un « chroniqueur » déclarait fort pertinemment ce matin qu’à force d’entendre des « alertes orange », plus personne n’y prêtait attention.

Jean-Pierre Pernaut soulignait à fort juste titre que c’était bien beau de demander aux gens de ne pas prendre leur voiture et de privilégier les transports en commun, mais quand il n’y a plus de transports en commun, on fait comment ?

Pour avoir vécu 3 ans à Jouy-en-Josas à la fin des années 70, je connais bien cette zone de la RN118.

Ça a toujours été une zone particulièrement encombrée et jamais réaménagée, alors quand il y a « un épisode neigeux », on imagine le merdier.

L’improbable « Borne », la bien nommée ministre des transports, a fait une conférence de presse bien au chaud depuis son bureau parisien pour déclarer que l’état avait fait le nécessaire.

Finalement, c’est la faute à tous ces « connards » de Franciliens qui prennent leur bagnole pour aller bosser.

Comme si c’était un « plaisir » d’aller prendre sa caisse au petit matin glacé pour aller s’enquiller dans les embouteillages (ça c’est systématique), payer des amendes de stationnement, arriver déjà épuisé au boulot ou à la gare dans l’attente d’un hypothétique train ou RER.

Alors quand la météo s’en mêle !

Une fois de plus, cet évènement illustre la faillite de l’état sur l’aménagement du territoire, notamment en Ile de France et notre incroyable incompétence en matière de transport, tant des personnes que des marchandises.

Il aura suffi qu’un camion Espagnol brave une interdiction pour bloquer une saleuse, donc toute une route.

Le terroriste qui n’a même pas été capable de se faire exploser a mobilisé une impressionnante logistique pour son déplacement en Belgique.

Et les naufragés de la RN118 n’ont pas vu l’ombre d’un gendarme ou si peu…

Comme ce gouvernement aux abonnés absents dont les ministres « iront voir » quand tout sera fini…

Déjà maître des horloges, notre président se veut maitre du temps avec son ardent combat contre le « réchauffement climatique ».

Là, il risque fort de couler ou de se brûler les ailes, comme on veut.

Pierre Robès    Pierre Robès

 

Publié dans Pierre ROBÈS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article