L’AVENIR DE LA SNCF, C’EST LE FRET !

Publié le par Le Bulot Mayonnaise

L’AVENIR DE LA SNCF, C’EST LE FRET !

Pourquoi le gouvernement veut-il à tout prix privatiser la SNCF en l’ouvrant à la concurrence ?

C’est parce que la SNCF recèle une véritable pépite : Le FGV, le Fret à Grande Vitesse.

Le transport de voyageurs ne peut être rentable. Il est nécessairement subventionné.

En revanche, le transport de marchandises par voie ferrée peut être très profitable et très « écologique », notamment le transport de Fret à Grande Vitesse, le FGV.

Personne n’a jamais entendu parler d’Yves Mallet, un ingénieur EDF à la retraite.

Cet « ingénieur de génie » a pourtant imaginé un système de ferroutage parfaitement cohérent utilisant le réseau de TGV : Le FGV, Fret à Grande Vitesse.

Le magazine Challenge décrit ainsi le système proposé par Yves Mallet, nous sommes en février 2016 :

« Un TGV entre au ralenti dans la gare de fret qui dessert l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle. Comme les trains de La Poste, ses wagons n’ont pas de fenêtres. De part et d’autre de la voie unique, des quais métalliques longs d’une quinzaine de mètres sont disposées en épi. Sitôt le convoi immobile, la partie supérieure des wagons pivote sur leur axe central, laissant voir ce qu’ils ont dans le ventre. Des conteneurs de 40 pieds sont déchargés d’un côté du quai tandis qu’au même moment un alignement de palettes glisse dans le wagon par l’autre ouverture. Cette «rupture de charge» dure un quart d’heure, au lieu de 16 heures auparavant. Après quoi le train peut regagner la ligne à grande vitesse. En service vers 2020, cette gare de marchandise serait construite à proximité de la LGV qui relie le nord au sud de la France. Elle pourrait aligner, en parallèle, une dizaine de voies de chargement. Toutes les cinq minutes, un FGV – pour fret à grande vitesse – quitterait alors la gare pour prendre la direction de Lille ou de Lyon. Une douzaine de gares de ce type seraient en activité dans toute la France, dont une au port de Marseille et une autre dans celui du Havre. »

Pas compliqué, il suffisait d’y penser. Des investissements raisonnables  qui permettraient à la SNCF de dégager 25 milliards d’euros de recettes par an  (la moitié de sa dette) et d’alléger la facture pétrolière nationale d’un même montant en supprimant 210 000 semi-remorques par an !

Que du bonheur, un truc particulièrement rentable, facile à réaliser et bien écolo !

Un truc qu’il faut donc s’empresser de donner au privé !

Les Chinois l’ont bien compris : dans le cadre de leur gigantesque projet de « Nouvelle Route de la Soie », ils vont construire les infrastructures nécessaires (plus de 500 milliards de dollars d’investissements) pour relier la Chine à l’Europe par voie ferrée ! Des FGV qui relieront la Chine à l’Europe du Nord en 2 jours d’ici 2020 !

Rien d’autre que le concept de Monsieur Yves Mallet !

Bien sûr qu’il est urgentissime de « casser la SNCF » pour refiler tout cela aux potes de Macron et laisser les régions et les Français moyens s’engluer dans les « soucis quotidiens qui fâchent et ruinent » !

Tenez, pour finir, mais le sujet est d’actualité et il présente bien des similitudes avec celui de la SNCF :

Les EPHAD, donc le service public des maisons de retraite, crèvent de misère.

ORPEA, groupe de maisons de retraites privées Français créé en 1989 par un grand ami de Sarkozy, est le leader Européen du secteur  et a une capitalisation boursière de 7 milliards d’euros.

Cherchez l’exemple…

Il est évident que les groupes qui pourront récupérer le fret de la SNCF et les sillons qui vont avec se feront des c… en or, en or massif !

le bulot mayonnaiset eb-011   Le Bulot Mayonnaise.

 

Publié dans LE BULOT MAYONNAISE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article