LA DILIGENCE DE BEAUCAIRE

Publié le par Gabriel Raspail

LA DILIGENCE DE BEAUCAIRE

Ce vendredi 3 mai 2019, j'ai écouté et regardé sur BFM TV, Madame Amélie de Montchalin. Politesse irréprochable, une petite musique agréable, c'est du Nana Mouskouri, en plu sucré, un discours parfait, un idéal que personne ne saurait désavouer..., mais rien sur les maladies qui gangrènent la vie française :

      1. la grande pauvreté des plus misérables qui est insupportable et qu'il faudrait éradiquer au plus vite ;
      2. l'enseignement et la formation continue, qui ont perdu leurs objectifs initiaux : la transmission des savoir, des savoir-faire et des savoir-être qui ne sont devenus qu'une formidable machine de sélection sociale par l'échec programmé et voulu ;
      3. nos entreprises qui croulent sous les réglementations perverses, qui deviennent des machins administratifs et qui ne peuvent plus atteindre leur but qui est de créer des richesses source de la prospérité de tous ;
      4. notre sécurité sociale qui n'est plus pérenne et finira par sombrer si rien n'est fait..., et ce n'est pas la réforme de la retraite à points, qui ne peut qu'avantager les revenus les plus élevés et les personnes privilégiées par leur diplôme qui ne sont en rien indicatifs de leurs mérites et leurs réseaux qui ressemblent de plus en plus à du copinage, du piston, voire de la corruption, réfléchissez-y mais vite, qui améliorera les choses ;
      5. l'écologie, la dégradation de notre milieu naturel, dont nos politiques sont les thuriféraires, les grands maîtres de la peur et du désespoir, mais qui ne font rien, rien, absolument rien... ;
      6. l'envie et la jalousie instillées depuis des décades, diviser pour régner, pour conserver ses prébendes, ses privilèges au lieu de promouvoir la solidarité et d'expliquer les rôles indispensables de chacun...

Aussi Madame permettez-moi de vous dire que votre intervention marque votre peu de connaissance dramatique de la réalité des choses. Bien sûr, rassurez-vous, vos opposants, Monsieur Mélenchon, Madame Le Pen et tous les autres sont au même point que vous.

 

La politique, lutte de pouvoir, que vous menez ainsi que vos oppositions ne mènera à rien sauf au désespoir des petits, des tout-petits, des misérables, des sans-dents... mais relisez « La diligence de Beaucaire » d'Alphonse Daudet et, peut-être, vous comprendrez que la colère des humiliés peut être terrible.

http://data.over-blog-kiwi.com/1/49/24/79/20150611/ob_6522be_gr.JPG Gabriel RASPAIL

Humanisme et Liberté

Publié dans GABRIEL RASPAIL

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article