ET SI DEMAIN C’ÉTAIT PIRE ?

Publié le par Patrick ROBERT

ET SI DEMAIN C’ÉTAIT PIRE ?

Comme toujours, on peut voir le verre à moitié vide ou à moitié plein.

D’un côté observer que de belles valeurs humaines se sont révélées depuis le début de ce confinement : Le dévouement des combattants de première, deuxième et troisième ligne, pour « parler comme eux », ces formidables déploiements de solidarité, ce comportement quasi sacrificiel des soignants… sans parler des remarquables progrès que chacun d’entre nous a faits en connaissances médicales puisqu’on ne parle que de cela dans les médias.

On peut aussi se dire que cette « répétition générale » d’une pandémie, certes très « spectaculaire », mais in fine pas pire qu’une autre, va servir d’exemple sur ce qu’il faudra faire et surtout ne pas faire au cas où une telle « plaie d’Egypte » s’abattrait à nouveau sur la terre entière.

Certes…

Mais on peut aussi considérer que cet épisode de l’histoire humaine illustre de profondes et brutales transformation des valeurs.

Ce sujet a été évoqué dimanche dernier au cours d’un passionnant débat sur CNews auquel Charlotte d’Ornellas participait en compagnie du père Pierre Amar et d’un démographe.

Tout croyant, quelle que soit sa religion, sait que sa vie sur terre n’est qu’un « temps de passage » avant de rencontrer Dieu à sa mort. Il faut, bien sûr, « mener sa vie temporelle » en respectant au maximum ce que recommande sa religion, mais c’est pour mieux préparer sa mort, sa rencontre avec Dieu, sa « montée au Ciel ».

Dès lors la mort faisait naturellement « partie de la vie » et c’est le spirituel qui permettait de « surmonter nos petites misères temporelles » telles les guerres et les épidémies.

Aujourd’hui, la valeur dominante, c’est la vie donc la santé. Les états doivent tout faire (y compris cette incarcération volontaire qu’est le confinement par exemple) pour préserver la santé. Louable dessein en effet, mais qui conduit aux mesures liberticides prises actuellement : Contrôle des déplacements des individus, identification des personnes rencontrées… Le paroxysme étant atteint par les projets fous de « marquage des nourrissons » par les vaccins, tout comme on marque les bêtes du troupeau.

D’où aussi les projets délirants de Google qui fait des recherches pour parvenir à « l’homme augmenté », l’homme éternel qui n’aura donc plus besoin de se reproduire et qu’on pourra fabriquer à l’envi. Dieu sera alors définitivement mort, car nier la mort, c’est nier Dieu, c’est nier toute spiritualité.

L’autre divinité révélée, mais ce n’est un scoop, c’est le Dieu argent.

Pour pallier les inévitables dégâts économiques causés par le virus, on va déverser sur les peuples un flot considérable de milliards d’euros « sortis de nulle part ».

Tout comme jésus multipliait les pains pour nourrir la foule, la BCE va multiplier les milliards pour que les peuples puissent survivre. C’est donc la finance qui pourra « réguler » le monde, notamment la démographie avec une monnaie qui sera vraisemblablement uniquement digitale.

Qui contrôlera la santé et la finance aura nécessairement la main mise sur le monde. A moins que la spiritualité ne redevienne la valeur cardinale.

L’espoir fait vivre...

EDOUARD PHILIPPE MENACE MÊME SON PORT D’ATTACHE !

Patrick ROBERT 

Chef d'entreprise

 

Publié dans Patrick ROBERT

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article