LA FRANCE N’EST PLUS UNE GRANDE NATION !

Publié le par Patrick ROBERT

https://observatoiredumensonge.com/

https://observatoiredumensonge.com/

L’un des mérites de la pandémie du coronavirus aura été de révéler au grand jour ce que beaucoup savaient mais n’osaient avouer : La France est une nation en déclin, une nation où « plus rien ne marche » !

Notre système de santé fut l’un des plus performants du monde. Il s’est effondré. Non pas pour des raisons scientifiques, mais à cause de sa gestion calamiteuse. Entendre un premier ministre appeler à la rescousse les couturières du coin pour fabriquer des masques artisanaux dans la 5ème, pardon 6ème, enfin 7ème puissance économique mondiale, on croit rêver. 46% de la richesse créée par les français qui bossent versés à l’état pour en arriver là…

Notre éducation nationale (voir les classements mondiaux) est d’une effroyable inefficacité. Mais là aussi, ce n’est pas à cause du niveau des enseignants, mais en raison d’une administration dont même Kafka n’aurait pu imaginer la lourdeur.

Notre constitution a montré ses limites : Elle permet à un seul homme de confisquer tous les pouvoirs pendant cinq ans. On en constate les dégâts quand il y a erreur de casting comme c’est le cas aujourd’hui. Au surplus, cela a amené au pouvoir un personnel politique d’une effrayante médiocrité, la caricature la plus aboutie en étant la porte-parole Sibeth Ndiaye !

La structure de l’état Français est unique au monde avec son empilement de couches : Commune, canton, département, communautés de communes, communautés d’agglomération, régions, grandes métropoles..Tout cela, c’est un  « machin » aux structures redondantes et budgétivores où la responsabilité est incroyablement diluée.

Résultat, en période de crise où il faut aller « en dur » sur le terrain, vers qui se tourne-t-on (ou plutôt se défausse-t-on ?) ? Les maires !

Que dire des contre-pouvoirs « traditionnels : la justice et les médias ? En « fusillant » Fillon, les juges ont catapulté Macron au pouvoir ou, pour le moins, y ont largement contribué. Quant aux médias, c’est de notoriété publique qu’ils sont pour la plupart aux ordres de l’Elysée.

Depuis des décennies et avec une accélération notable depuis l’arrivée de Macron, les plus beaux fleurons de l’industrie Française ont été bradés (notamment à l’Allemagne et aux Etats-Unis) et des filières prometteuses abandonnées : Le nucléaire en est une illustration. Bilan de l’opération : une inquiétante vulnérabilité et une large dépendance envers « l’étranger ». L’économie Française, essentiellement fondée sur les services, s’est effondrée en un mois…

Par charité chrétienne envers Monsieur Castaner, je ne parlerai même pas du sujet de la sécurité intérieure : laissons ces pauvres jeunes s’amuser en brûlant des voitures, caillassant flics et pompiers, agressant un « journaliste dissident ».

La France a-t-elle encore une quelconque influence « mondiale » ? Là encore la pandémie démontre que l’Union Européenne, telle que conçue actuellement, est une vaste foutaise. Macron a beau s’agiter, vitupérer et s’exciter, rien n’y fait. Plus que jamais la devise de l’UE pourrait être « Un pour tous, chacun pour soi ! ». Et quelle curieuse idée que celle de partager le siège de la France à l’ONU avec l’Allemagne ?

On se souviendra avec nostalgie qu’au début du siècle dernier, tout ce que la planète comptait d’artistes, d’écrivains, de philosophes,. de musiciens se précipitait à Paris, ville « bouillonnante » de culture. Aujourd’hui ce sont Booba, Kaaris ou La Fouine qui nous scandent les vers de leur « nouvelle poésie », tandis que l’éminent penseur Cohn Bendit tient tribune à la télé.

On pourrait continuer longtemps cette liste à la Prévert, alors que faire ?

Le grand mérite des « guerres », c’est de « faire place nette ». A quelques exceptions près les Français de la France profonde ont montré leur courage, leur générosité, leur solidarité. Ils ont enfin compris qu’ils avaient été abusés. Le Français n’aime pas « être cocufié ».

Ni Macron ni son gouvernement ne se remettront de cette crise. C’est par gros temps qu’on voit les bons marins et les bons capitaines. Force est de constater que la France est un bateau ivre qui part dans tous les sens comme un canard sans tête. Une comparaison que ne renierait pas Sibeth !

EDOUARD PHILIPPE MENACE MÊME SON PORT D’ATTACHE !

Patrick ROBERT 

Chef d'entreprise

 

Publié dans Patrick ROBERT

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article