MANIFESTATION DE RUE CONTRE LE TRIPATOUILLAGE DE LA CONSTITUTION IVOIRIENNE

Publié le par Célestin-Bernard N’DRI Les 7 du Québec

Alassane Ouattara

Alassane Ouattara

Depuis une semaine, les ivoiriens sont dans la rue pour manifester contre le tripatouillage de la Constitution ivoirienne.

Leur cri du cœur, devenu assourdissant, se fait entendre par le pouvoir d’Abidjan qui au lieu de discuter a décidé de durcir le ton, en optant pour la violence. De ce fait, Un communiqué du Ministre de l’intérieur et de la décentralisation M.Sidiki Diakite a été lu, interdisant ces dites manifestations sous prétexte qu‘il n a pas eu de saisine à cet effet. Ce qui n’a pas de sens, parce qu’en démocratie bourgeoise, les plus faibles manifestent toujours, pour protester chaque fois qu’ils veulent préserver leur droit.

Ce cas présent qui dégénère aux yeux de tous est prévu depuis des lustres, parce les ingrédients, qui activent les mécontentement sont nombreux. Le Passeport demandé non encore obtenu de Laurent Gbagbo, ancien Président en liberté conditionnelle par la CPI (Cour Pénale Internationale), les radiations de celui ci, de Guillaume Soro, ancien Président de l‘Assemblée Nationale et du Ministre Blé Goude, sur la Liste électorale et enfin le discours du 6 Août dernier du Président Alassane Ouattara, annonçant sa candidature pour un troisième mandat. Ces faits de défiance au peuple de Côte d’ivoire, et l’arrogance des sbires du Rhdp , le parti du Président Ouattara ont fini par convaincre les uns, et les autres que leurs destins ne peuvent être gérés et entretenus que par eux mêmes.

Ni la violence exercée sur le vice Coordinateur de l’inspection du PDCI, le principal parti de l’opposition M Akue Georges Aimé, dont le domicile a été visité de fond en comble par des gendarmes armés jusqu’aux dents dans la matinée du Jeudi 13 Juillet dernier, ni la prise en otage du siège du Pdci à Cocody, ni encore les blessés et malheureusement des morts au cours des événements, ne peuvent écraser leur engagement. Les Démocrates sont debout et n’entendent pas céder d’un pouce. Et cela, au vu et au su de la Communauté Internationale (sic) qui finance ces dites élections, sujettes à discussion.

La politique de l’autruche qui est la sienne actuellement ne peut plus prospérer devant la violence aveugle du pouvoir qui tente vainement de rattraper ce qui peut l’ être encore. Un régime aux abois, qui se fait aider par les « Microbes », ces misérables des bas quartiers dans la brutalité et la bestialité. Personne ne comprendra ce silence coupable de cette Communauté Internationale qui attendra que son protégé, déjà en difficultés, fasse assez de dégâts avant de réagir. Déjà trop de sang versé. On dénombre déjà plus de quatre morts du côté des manifestants. Ce qui galvanise l’Opposition à ne plus reculer… déterminée, qu’elle-est, depuis une semaine. Malgré le silence coupable de cette communauté dite internationale qui choisit très souvent son …camp et ses intérêts, avant de lever le petit doigt.

Mais le prolétariat ivoirien doit-il attendre quoi que ce soit de cette pseudo « communauté des riches-milliardaires internationaux »?

Célestin-Bernard N’DRI

Les 7 du Québec

MANIFESTATION DE RUE CONTRE LE TRIPATOUILLAGE DE LA CONSTITUTION IVOIRIENNE

Publié dans LES 7 DU QUÉBEC

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article