EURE : ÉLECTIONS SÉNATORIALES DU 27 SEPTEMBRE 2020 (2)

Publié le

EURE : ÉLECTIONS SÉNATORIALES DU 27 SEPTEMBRE 2020 (2)
EURE : ÉLECTIONS SÉNATORIALES DU 27 SEPTEMBRE 2020 (2)

SÉNATORIALES : LA GAUCHE EST DE RETOUR, SON RASSEMBLEMENT SERA SA FORCE

On la prétendait enterrée, elle se révèle renaissante ; on prophétisait le dépassement de ses idées, celles-ci n’ont jamais été aussi conquérantes : la gauche est de retour, en France comme dans notre département.

Les élections municipales ont vu des villes euroises de toutes dimensions demeurées à gauche ou conquises par elle. Gaillon, Pont-de-l’Arche, Verneuil-sur-Avre ou Val-de-Reuil ont confirmé leur soutien à un maire de gauche tandis que des communes comme Léry, Saint-Etienne-du-Vauvray ou Serquigny ont accordé leur suffrage à un maire de sensibilité socialiste. Aux Andelys, à Évreux, Gisors, Louviers, Saint-Sébastien-de-Morsent ou Vernon en particulier, de magnifiques combats ont été menés et s’ils n’ont pas abouti, les résultats obtenus sont encourageants et prometteurs. Des graines ont été semées. La moisson bientôt arrivera.

Que de chemin parcouru ! Que de travail réalisé depuis les défaites des années 2010 et les pertes successives du département, de la région, des députés. Les victoires de 2020 marquent l’aboutissement de l’engagement, de l’ancrage, du dévouement d’élus qui savent l’âpreté du terrain et partagent la vie de leurs concitoyens. C’est aussi une nouvelle confirmation de la force de l’union : quand ils sont rassemblés, les socialistes, communistes, écologistes, radicaux, avec à leurs côtés des membres de la société civile, arrivent à convaincre, rassurer, séduire, enthousiasmer.

C’est dans cet état d’esprit optimiste que les socialistes abordent les élections sénatoriales de septembre prochain.

Notre adversaire, c’est la vision d’un département de l’Eure réduit à la « chasse gardée » de telle ou telle fraction de la droite, qu’elle soit assumée comme Les Républicains ou masquée comme Les Marcheurs. Cette privatisation clanique et intéressée d’un département est de plus en plus rejetée par la population et par ses premiers représentants que sont les maires.

Notre boussole, c’est le rassemblement car nous nous souvenons qu’en 2014, c’est sous l’effet de sa division que la gauche avait échoué à conquérir un poste de sénateur. Sur 1725 grands électeurs, socialistes, communistes et écologistes avaient au total obtenu 444 voix soit bien plus que les 322 qui lui aurait permis d’obtenir un siège. Mais, divisée en trois listes, la gauche avait échoué, à 15 voix près. Parce qu’elle constitue autour d’un tiers des élus, la gauche euroise, en particulier la gauche rurale, doit être représentée à la chambre haute du Parlement. Si la gauche est unie, alors l’obtention d’un poste de sénateur, tout l’indique, est probable.

Notre combat, c’est la conjugaison de la promotion des services publics, le soutien à la transition écologique, la défense de l’activité et de l’emploi dans notre ruralité en particulier l’agriculture, la relocalisation de notre industrie, l’accès au haut-débit que la droite promet depuis tant d’années sans avancées réelles, l’égalité dans l’accès aux transports, à l’éducation, à la santé sur tout le territoire, l’appui aux principes de la décentralisation autant que son approfondissement, la défense des valeurs de la République laïque et sociale. Pour nous, aucune de ces convictions ne sont datées, bien au contraire, et nous en revendiquons l’actualité autant que la modernité.

Voilà pourquoi, pour engager le processus de rassemblement en lien avec nos partenaires dans le département, le bureau fédéral a désigné à l’unanimité Timour Veyri qui sera accompagné de Martine Séguéla et de Michaël Ono-dit-Biot. Chacun le sait, face à la terrible crise économique qui s’annonce, les élus locaux seront une fois de plus en première ligne. Ce sera le devoir de leurs représentants parlementaires que de se tenir à leurs côtés. C’est là l’engagement des socialistes.

Le Parti Socialiste présente trois membres :  Timour Veyri, Conseiller régional &  Conseiller municipal à Evreux, Martine Seguela, Conseillère municipale aux Andelys et Laurence Cléret, Conseillère départementale & Maire-Adjointe à La Bonneville-sur-Iton.

 

Le Parti Communiste est représenté par Valéry Beuriot, Maire de Brionne et Gaëtan Levitre, Conseiller départemental de Pont de l'Arche, ancien Maire d'Alizay.

Publié dans ÉLECTIONS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article