ET QUAND LE PÈRE NOËL ARRIVAIT…

Publié le par Jean-Patrick GRUMBERG

ET QUAND LE PÈRE NOËL ARRIVAIT…

J’ai une anecdote à vous raconter concernant Noël.

En discutant avec un ami juif ashkénaze, ce 24 décembre, il me dit qu’ils ne font pas de sapin de Noël, mais qu’ils font tout de même une bonne bouffe : saumon, champagne, foie gras, etc.

Je lui demande s’il y avait un sapin de Noël chez lui quand il était petit, il me dit que oui, mais qu’ils ont arrêté dans les années 60 quand les juifs pieds-noirs sont arrivés en France, et qu’ils ont dit à ses parents que chez les juifs, ça ne se fait pas de fêter Noël.

Son histoire m’a fait remonter un souvenir…

Fin des années 60, nous étions invités à dîner chez des amis juifs tunisiens, une famille nombreuse. A Paris. Et c’était juste avant Noël.

On est autour de la table. 11 enfants, les parents, des membres de la famille, des amis, le chef de famille, qui est rabbin, mes parents et moi.

Mon père, totalement innocent parce qu’il ne connaissait rien à la religion, sort un truc du genre : « ah, on a fait un très beau sapin cette année ! »

Silence soudain autour de la table, tous les regards se tournent vers mon père. Plus aucun bruit. Et là, le chef de famille, le rabbin, avec sa voix autoritaire et son regard sévère dit à mon père, froidement : « On ne fait pas Noël chez les juifs ». Et les invités lui emboîtent le pas immédiatement en confirmant que Noël, c’est une fête catholique, etc etc., que c’est anormal, que c’est pas bien, de célébrer les fêtes catholiques, un vrai tohu-bohu de reproches.

Et là mon père, un pur Grumberg, c’est à dire une grande gueule, totalement politiquement incorrect, répond à toute la table, se moquant presque de ces effrontés : « je vous emmerde moi, je fais c’que j’veux ! Je viens pas vous dire ce que vous devez faire chez vous, alors venez pas me dire ce que je dois faire chez moi ! »

Les critiques ont cessé d’un coup. Plus personne n’a dit un mot sur le sujet, tant la réponse non négociable de mon père, le ton fier et sûr de lui surtout, était définitive.

Et nous avons continué à faire notre sapin de Noël – qui n’avait aucune connotation religieuse, ni visible, ni symbolique, ni comptée, mais qui nous apportait une joie immense, à nous les enfants, et des rêves magnifiques à imaginer le père Noël descendant par la cheminée pour nous apporter nos cadeaux.

Comme vous voyez, le fruit n’est pas tombé loin de l’arbre.

© Jean-Patrick Grumberg

avec l’aimable autorisation de Dreuz.info.

 

LIBERTÉ D’EXPRESSION : LA FRANCE DERRIÈRE LA RUSSIE…

Jean Patrick Grumberg est journaliste.

Dans les années 70, il a travaillé sous la direction de Georges Wolinski à Charlie mensuel, puis a été chef d'entreprise, lobbyiste.

Il est contributeur au site de Pamela Geller, Dreuz.info, et d'autres médias anglophones et francophones comme Cnews.

Publié dans Jean-Patrick GRUMBERG

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article