LETTRE OUVERTE A HOURIA BOUTELDJA, QUI ESTIME QU’«ON NE PEUT ÊTRE INNOCEMMENT ISRAÉLIEN»

Publié le par Noémie Halioua

LETTRE OUVERTE A HOURIA BOUTELDJA, QUI ESTIME QU’«ON NE PEUT ÊTRE INNOCEMMENT ISRAÉLIEN»

Chère madame Bouteldja,

Dans votre dernière missive publiée puis dépubliée par Mediapart, vous défendez les responsables du lynchage de la première dauphine de Miss France, qui a osé dire ses racines israéliennes à la télévision. « Elle ne peut se présenter publiquement sans mesurer ce que l’identité israélienne représente pour des millions de Palestiniens », prétendez-vous. Cette affirmation résume vos vœux à quelques jours de la nouvelle année : que Mademoiselle Benayoum, et à travers elle tous les Israéliens, soient mortifiés par la honte de leurs origines et qu’ils fassent acte de contrition à chaque fois qu’ils ouvrent la bouche.

LETTRE OUVERTE A HOURIA BOUTELDJA, QUI ESTIME QU’«ON NE PEUT ÊTRE INNOCEMMENT ISRAÉLIEN»

Plus fondamentalement, vous trouvez un tas de justifications à « l’antiisraélisme » qui n’exprime que « la haine ou le ressentiment du colonisé envers son colonisateur », c’est-à-dire le naturel revanchard d’un faible très gentil sur un fort très méchant. Vous omettez de dire – ou peut-être n’êtes-vous pas au courant – que c’est dans le cadre de la décolonisation que le peuple israélien fut lui-même libéré de la mandature britannique, qu’il dût lui-même faire usage de son droit à l’autodétermination et arracher son indépendance, après des siècles sous domination étrangère.

Pour clouer le spectacle, vous affirmez « qu’on ne peut être innocemment israélien », frappant tout israélien du sceau de l’infamie. Neuf millions d’âmes dépossédées de leur innocence pour le seul fait d’avoir ouvert les yeux à cet endroit du globe. Un exemple significatif de l’essentialisme indigéniste, intrinsèquement radical et réactionnaire, qui vous ramènerait, vous à votre Algérie natale. « Que Dreyfus est capable de trahir, je le déduis de sa race », lâchait en son temps Maurice Barrès pour commenter l’Affaire. Le crime, c’est l’identité elle-même, le crime c’est « la race » et pour ce crime il n’y a pas d’absolution possible.

La militante politique franco-algérienne Houria Bouteldja

La militante politique franco-algérienne Houria Bouteldja

Alors, autant vous que vous le sachiez: vos vœux n’ont aucune chance d’être exaucés. Franchement, les Israéliens sont les champions de l’estime de soi, les as de l’amour-propre. Pour les côtoyer au quotidien, ils sont loin d’être d’avoir honte de ce qu’ils sont, (pour tout vous dire, ils n’ont même pas honte de sortir au supermarché en pyjama). Ils savent que l’idéal sioniste s’incarne avec imperfection, mais se battent pour le parfaire, et surtout, ils tentent, au milieu des roquettes et des appels au boycott, de cultiver une vie normale.

Des pays de la ligue arabe ont fini par s’y faire, en enterrant la hache de guerre avec ce pays qui ne demandait qu’à leur ouvrir les bras. Les Émirats Arabes Unis, le Bahreïn, puis il y a quelques semaines le Maroc. Des États qui s’apprêtent, pour la première fois, à ouvrir des ambassades et établir des vols directs, pour découvrir ce peuple dont la pugnacité face aux épreuves force l’admiration, sinon le respect.

Depuis le jour où ils ont déclaré leur indépendance, les Israéliens ont nourri une fierté contre laquelle les gens comme vous ne pourront rien. Dans le monde entier, ils brandissent ce drapeau avec l’étoile de David: depuis le plateau de l’Eurovision aux championnats du monde sportifs. Cette réalité est inaltérable. Disons même mieux: chaque nation devrait lever la tête et prendre exemple sur les Israéliens et leur façon d’affirmer leur identité, leur souveraineté, leur indépendance face au reste du monde. Par exemple, la France devrait se défendre de gens tels que vous, qui passent leur temps à l’insulter en attaquant un « racisme d’État » imaginaire, cet État qui vous a accueilli et qui vous paye – ou payait – grassement par le biais de l’Institut du Monde Arabe. Vous qui affirmez l’idée que la France est structurellement raciste, et qui illustrez parfaitement le fait que l’obsession d’Israël et la haine de la France sont les deux faces d’une même pièce.

Sionistement vôtre…

Noémie Halioua

https://www.causeur.fr/

LETTRE OUVERTE A HOURIA BOUTELDJA, QUI ESTIME QU’«ON NE PEUT ÊTRE INNOCEMMENT ISRAÉLIEN»
LETTRE OUVERTE A HOURIA BOUTELDJA, QUI ESTIME QU’«ON NE PEUT ÊTRE INNOCEMMENT ISRAÉLIEN»

Format Kindle : 9,99€, Broché : 17,60€

En vente dans toutes les bonnes librairies et chez Amazon.fr

Publié dans LIBERTÉ D'EXPRESSION

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article