UNE BELLE ET BONNE ANNÉE 2021 ?

Publié le par Denis SZALKOWSKI

UNE BELLE ET BONNE ANNÉE 2021 ?

En retombant sur ses archives personnelles, mon père surnommé le maire Denis – hélas décédé depuis quelques années – avait quelque peu anticipé le déroulement de l’année 2021. A la fin 2020, il avait été surpris de voir à quel point les personnes âgées de son village souffraient d’isolement et de solitude. Les familles voulaient à tout prix les protéger. Elles leur interdisaient de faire leurs courses, de sortir, d’aller voir leur famille au nom du coronavirus. L’année 2021 fut la pire de toutes les années de l’histoire de son village – hors période de guerre – au niveau de la mortalité. Les vieux n’avaient plus aucune raison de vivre !

Un râleur ?

Je me souviens encore de lui. Il pestait contre tout. Contre le masque en extérieur qui ne servait à rien. Contre la fermeture des librairies, des cinémas, des théâtres, des salles de spectacle alors qu’aucune contamination n’était intervenu dans ces lieux. Contre le refus de mise en œuvre massive du traitement du docteur Raoult qui nous aurait soignés efficacement contre le virus, comme nous l’ont montré les études rétrospectives. Contre la vaccin, dont on se rendit compte qu’il ne protégeait personne contre les variants. Pire, les gens vaccinés attrapaient le coronavirus et, même s’il évitait les formes graves de la maladie, ils continuaient d’être contagieux. Le 1er vaccin fut une gigantesque  tartufferie. La France était alors gouverné par Jean Castex, un baltringue comme la 5e République n’en avait jamais connue. Mon père fulminait contre ses copains entièrement mobilisés par leurs petites affaires, contre leur naïveté, contre leur je-m’en-foutisme et leur aquoibonisme aussi, contre leur adhésion grégaire à un discours dominant mû, pour l’essentiel, par l’intérêt des labos et des médecins et par la peur des autorités quant aux conséquences judiciaires de leurs décisions.

Fin de l’épidémie

L’année 2021 démarrait en France comme elle s’était terminée en 2020, dans le couvre-feu qui fut la seule mesure mise en œuvre jusqu’à la fin du printemps 2021. Le port du masque restait obligatoire, sauf en dehors des agglomérations. La campagne vaccinale s’intensifia sous la pression des opposants politiques qui avaient choisi la surenchère en vue de l’élection de 2022. Hélas, très rapidement, nous nous sommes rendus compte de bien des problèmes et la campagne vaccinale avec cette technologie dite à ARN messager s’arrêta aussi brutalement qu’elle avait commencé. La boîte de Pandore avait été ouverte. Et quelques mois après, l’épidémie – sans raison apparente – s’éteignit aussi soudainement qu’elle avait commencé. Les variants successifs avaient eu raison du virus. Les grands savants qui se pavanaient sur les chaînes d’information continue n’y comprenaient rien. Didier Raoult, goguenard, nous répétait à l’envi : « L’avenir est imprévisible« . Nous aurions été moins cons à l’écouter celui-là ! Les politiques criaient victoire, nous expliquant que leur stratégie avait éradiqué le virus. Des guignols…

Édouard Philippe, Président de la République en 2022

Édouard Philippe fut élu Président de la République en 2022, lui qui fut le 1er Monsieur Con-finement d’Emmanuel Macron. A part creuser les déficits, à part l’exonération de l’ISF et la mise en place de la flat tax, le bilan de ce Président était totalement insignifiant. Et les instituts de sondage, à plusieurs mois des élections, le donnaient tous perdant au 2e tour face à Marine Le Pen. Les gens de « gauche » ne voulaient pas voter pour cette girouette qui les avait enfumés en 2017. Sentant le vent du boulet, le MEDEF orchestra alors une campagne de dénigrement d’une rare violence contre l’ancien Président. Les grands patrons évoquèrent même son incompétence, eux qui avaient dit l’inverse en 2017. Macron essaya de se battre quelques temps. Et puis, à la manière de François Hollande en 2016, il annonça ne pas se représenter en 2022, mettant en avant son ex 1er ministre qui l’emporta haut la main contre la Marine Nationale. Même mon père qui était de gauche m’avait dit avoir longtemps hésité pour voter pour lui en 2022. Il se ravisa tout de même et fit le choix de voter pour le candidat écolo, à défaut d’avoir un candidat de la gauche souverainiste.

LA SYMPHONIE DE 2022
 
 
 
Denis SZALKOWSKI 

https://extime.fr/

Publié dans Denis SZALKOWSKI

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article