LA TÊTE HAUTE, C’EST L’HISTOIRE DE MARIN…

Publié le par LA PETITE SOURIS NORMANDE

LA TÊTE HAUTE, C’EST L’HISTOIRE DE MARIN…

Le 11 novembre 2016, Marin âgé de 20 ans, étudiant en double licence de Droit et Sciences Politiques, a été sauvagement agressé.

Sur le parvis de la gare de la Part-Dieu à Lyon, Marin est venu au secours d’un couple importuné au seul motif qu’il osait s’embrasser dans la rue…

L’agresseur présumé de Marin a décidé qu’il aurait le dernier mot et il s’est approché de lui, par derrière, lui assénant de violents coups de cane sur le crâne.

A l’hôpital, les médecins ont préparé les proches au pire. En coma profond, son pronostic vital est resté engagé de longues semaines.

A la surprise du corps médical, Marin s’est réveillé. Très lentement et souffrant de lourdes séquelles physiques, neurologiques et psychologiques, mais il s’est réveillé…

Après 2 ans 1/2 d’un long combat de rééducation, en France et en Suisse, Marin a réalisé d’énormes progrès mais sa situation restera compliquée. Avec beaucoup de courage, il poursuit ses soins et réfléchit à se lancer dans des projets adaptés à ses capacités.

Le 2 mai 2018, Marin était présent devant la Cour d’Assises des mineurs de Lyon pour assister, au moins à l’ouverture, au procès de celui qui a brisé sa vie le 11 novembre 2016…

On apprendra que de 2012 à 2016, l’agresseur avait déjà accumulé 21 condamnations, principalement pour vols, menaces ou violences…

Poursuivi pour "violences avec usage ou menace d’une arme suivie de mutilation ou infirmité permanente", l’agresseur âgé de 17 ans lors des faits a été condamné en mai 2018 à sept ans et demi de prison par la Cour des mineurs de Lyon, qui avait retenu l’excuse de sa minorité lors des faits...

A la moitié de la peine, alors qu’il était prévu d’accorder la liberté à son agresseur, les proches de Marin, qui avaient écrit au tribunal pour le supplier de ne pas accorder de libération conditionnelle à son agresseur, sont « sonnés ». « Je me sens abattue et trahie par cette décision qui ne respecte pas le jugement initial. Je sais que les détenus ne purgent jamais leur peine en intégralité mais là, nous en sommes très loin : à peine la moitié ! » et Marin d’ajouter :« Moi, j’en ai pris pour toute ma vie ! »

LA TÊTE HAUTE, C’EST L’HISTOIRE DE MARIN…

En 2019, le président Emmanuel Macron a remis à Marin Sauvajon l’insigne de Chevalier de la Légion d’honneur pour “services exceptionnels nettement caractérisés”.

LA TÊTE HAUTE, C’EST L’HISTOIRE DE MARIN…

L'histoire de Marin a ému jusqu'au Vatican, où le Pape François l’a reçu en audience privée : « Une rencontre incroyable avec un homme exceptionnel » s'enthousiasmait-il après l'entrevue, « je repars plein de force, de courage et d'espoir ».

Pour donner du sens à l’insensé, Audrey sa maman a créé en 2017 l’association LA TÊTE HAUTE je soutiens Marin.fr qui continue de prendre en charge les soins de Marin, et a aussi désormais vocation à aider d’autres familles de patients cérébro-lésés, mais également à sensibiliser nos jeunes au civisme, à la solidarité et au handicap, notamment lors d’interventions en milieu scolaire.

Le procès en appel approche, soutenons-le, lui et sa famille… Et diffusons ce Message !

LA TÊTE HAUTE, C’EST L’HISTOIRE DE MARIN…

LA TÊTE HAUTE je soutiens Marin.fr

69631 Vénissieux cedex

Merci à M&M.GB pour nous avoir signalé cette ''information''.

Petite-Souris-Normande-2.jpg     la Petite Souris Normande

La Maman de Marin nous écrit :

Bonjour Monsieur,

Je souhaite vous remercier pour votre post sur Marin.

Votre soutien à mon fils me touche beaucoup. Je fais le vœux que son combat puisse être relayé au maximum car il est synonyme de force et de résilience.

Bien à vous.

 

 

 

 

Audrey Sauvajon

Présidente

 

 

 

www.latetehaute.fr

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Bonjour Monsieur,
Je souhaite vous remercier pour votre post sur Marin.
Votre soutien à mon fils me touche beaucoup. Je fais le vœux que son combat puisse être relayé au maximum car il est synonyme de force et de résilience.
Bien à vous.
Répondre