UNE MINORITÉ DE FRANÇAIS DANS LA SURENCHÈRE IMBÉCILE

Publié le par Denis SZALKOWSKI

UNE MINORITÉ DE FRANÇAIS DANS LA SURENCHÈRE IMBÉCILE

Nous nous étions habitués depuis mars dernier à ce que les médecins réclament à cors et à cris qu’on nous claquemure à chaque dépassement de la barre des 3000 lits de réanimation. Nous nous étions habitués à ce que l’exécutif, le petit doigt sur la couture du pantalon, suive les avis du Conseil scientifique. Bref, nous nous étions habitués au pan-médicalisme et au nouvel ordre parasitaire sanitaire institué par le gouvernement français depuis mars 2020. Et, puis, patatras !

Malgré les pleurnicheries des médecins et d’une minorité de Français – 48% – pour que nous soyons claquemurés une nouvelle fois, le gouvernement en a donc décidé autrement. Et, il a eu raison. A l’image de nos amis espagnols, La France n’a plus les moyens de se claquemurer du fait d’un effondrement économique – baisse de 8.3% du PIB en 2020 – et d’un effondrement psychologique d’une partie de sa population.

C’était hier l’anniversaire de ma fille Emma. Elle a pris 7 ans. Nous avions invité mon père, mes beaux-parents, Catherine et Didier, Marie-Laure, Jean-Jean et Nathalie. Nous nous sommes au final retrouvés à six et ma fille n’a pu ni embrasser, ni serrer dans ses bras sa Tatou qu’elle aime tant ! Cela fait plusieurs mois que nos enfants portent des masques à l’école, que les classes sont séparées, empêchant les enfants de se brasser lors des temps de récréation et de cantine. Dans la classe de CP de Saint-Eloi-de-Fourques, les parents m’ont alerté des retards pris par les enfants du fait du claquemurage du printemps 2020. Les enfants n’ont toujours pas abordé les tables de multiplication.

Mon fils de 16 ans me disait qu’il n’avait aucune motivation à apprendre en distanciel. Je le comprends. Sans lien et interactions sociales, l’enseignement peut-il avoir un sens ? Il n’y a pas d’étudiant à la maison. Pour autant, avec la fermeture des bars, des restaurants, des associations, des commerces dits non essentiels, etc, bon nombre d’entre eux ne sont plus en capacité d’étudier faute de moyens pour vivre. Heureusement, les Restos du Cœur sont là pour permettre qu’ils mangent encore à leur faim. Tous les Présidents des universités françaises tirent la sonnette d’alarme sur leur situation.

Depuis mars 2020, j’ai des doutes sur la réalité de l’impact du confinement et des mesures sociales pour combattre l’épidémie. Les analyses réalisées par les pompiers ont montré récemment que le virus présent dans les eaux usées avait baissé quelques jours avant que le gouvernement décide de nous reconfiner à l’automne. Une étude récente de l’équipe du professeur et épidémiologiste John Ionannidis de l’université de Stanford précise que la fermeture des lieux culturels, bars et restaurants n’a été d’aucune utilité en France, comme ailleurs.

N’en déplaise à Karine Lacombe, Axel Kahn et Patrick Pelloux dont la parole a perdu toute sorte de crédibilité depuis des mois ! Ils n’en avaient déjà pas beaucoup à mes yeux.  Leur surenchère pan-médicaliste vient d’être lourdement contredite par les faits.

LA SYMPHONIE DE 2022
 
 
 
Denis SZALKOWSKI  

https://extime.fr/

Universitaire de formation, titulaire d'une maîtrise de sciences économiques, Denis Szalkowski a suivi une formation d'administrateur de base de données Oracle en 1988. Il a fondé son entreprise unipersonnelle en 1995. Aujourd'hui formateur-consultant dans des domaines très différents : bases de données (MySQL, PostgreSQL, SQL Server, Oracle), Linux (CentOS, Red Hat, Fedora, ...), les infrastructures LAMP, le scripting (Bash, PowerShell, Php) et la sécurité informatique. En mai 2004, il crée la société Winuxware spécialisée dans le référencement, le développement de sites WordPress et osCommerce ainsi que l'installation et la migration des systèmes d'information sous Linux. Ayant revendu ses parts à son associé en janvier 2013. Il poursuit son activité de formateur-consultant.

Parcours associatif et politique

Denis Szalkowski est co-fondateur de l'association Saint Pierre Informatique ;

Élu dans sa commune de Saint Eloi de Fourques depuis 2001, il en ait devenu maire - sans étiquette – en 2014 et réélu dès le 1er tour en 2020. Il tient le blog Extime. Plus d’information en cliquant sur ce lien.

Vous pouvez le retrouver sur : Twitter, Facebook, Extime, Ses articles par RSS

Publié dans Denis SZALKOWSKI

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article