LE GRAND ABSENT DE L’ÉLECTION ISRAÉLIENNE

Publié le par Jean-Patrick Grumberg

LE GRAND ABSENT DE L’ÉLECTION ISRAÉLIENNE

Mardi 23 mars, les Israéliens se rendront aux urnes – merci au vaccin qui permet cet exercice démocratique – pour la quatrième fois en deux ans et ce n’est pas la dernière, si l’on en croit les sondages.

Beaucoup présentent cette élection comme un référendum sur Netanyahou, et ils n’ont pas totalement tort. Très peu, en revanche, avoueront qu’il ne s’agit pas d’un référendum sur son travail de Premier ministre, mais sur sa personne.

S’il s’agissait de voter sur ses excellents résultats économiques et sanitaires pendant la pandémie, ou sur sa capacité à apporter aux citoyens une sécurité qui fait presque oublier les terroristes du Hezbollah au nord, le criminel contre l’humanité, le Syrien Assad au Nord-Est, les islamistes Frères musulmans du Hamas au Sud et l’organisation terroriste du Fatah dirigée par Mahmoud Abbas à l’Est, qui jure d’effacer Israël des cartes, Netanyahou serait réélu avec une majorité écrasante.

Mais ce n’est pas là que se situe l’élection. C’est sur la personne de Bibi – oui, vous avez tout compris : comme pour Trump.

°Les never-Trumper de droite ont leur équivalent en Israël. Ils s’appellent Benny Gantz, Avigdor Liberman et Gideon Sa’ar et ils veulent faire éjecter Bibi, au mépris des intérêts du pays, pour leur petit gain politique, ou pour régler un compte personnel avec Netanyahou.

°Sans les never-Bibi de droite, le plan de paix de Donald Trump aurait été implanté, les Palestiniens auraient été pour longtemps remis à leur place dans les poubelles de l’histoire. Ce n’est pas demain que nous retrouverons un tel président américain ami d’Israël. Merci Liberman, merci Gantz, vous nous avez fait rater la rencontre avec l’Histoire. Maintenant on va se taper les attaques de Joe Biden.

°Trump s’est fait déchiqueter par la gauche, pilonner par les médias, parce qu’ils vomissent ce qu’il est et ce qu’il incarne : le nationalisme, la sécurité, la prospérité des Américains, l’Amérique d’abord et la fierté d’appartenir à un grand pays. Pendant ce temps, il réalisait de grandes choses pour son pays, pour Israël et pour le monde.

°Bibi est détesté par la gauche, et il est lynché par les médias parce qu’ils veulent un Etat démocratique (entendre par là : ouvert aux quatre vents) et pas d’un Etat juif démocratique. Ils veulent qu’on s’occupe des « pauvres palestiniens » avant de s’occuper des Israéliens.

Le commentateur politique Emmanuel Navon est allé jusqu’à déclarer que « Netanyahou est devenu dysfonctionnel et toxique ».

Israël un pays dysfonctionnel  ? Regardez le monde autour de vous, regardez cette folie, depuis le départ de Donald Trump, regardez l’incompétent Macron, l’incapable Union Européenne, et dites-moi les yeux dans les yeux qu’Israël n’est pas un havre de stabilité et de bonheur – certes imparfait comme toute chose humaine – dans ce tourbillon gauchiste qui cherche à nous emporter. Si Bibi était dysfonctionnel, alors qu’il dirige Israël depuis près de 20 ans, le pays serait dysfonctionnel.

Israël un pays toxique ? J’ai honte d’un tel commentaire, mais il prouve ma thèse : des gens par ailleurs raisonnables sont prêts à renoncer au bonheur de vivre en Israël et d’être Israélien, et sont prêts à prendre le risque de l’enfer terroriste – qui n’est jamais plus loin qu’une toute petite erreur du gouvernement israélien. Juste pour se débarrasser d’un Premier ministre « toxique » qu’ils ne peuvent plus voir en peinture, et qui leur tape sur les nerfs – ou pire encore : parce qu’ils n’aiment pas sa femme !

°Donald Trump est le premier président depuis 50 ans qui n’a pas déclenché une seule guerre.

°Benjamin Netanyahu est le premier dirigeant qui n’a pas déclenché une seule guerre contre le Hezbollah, et a su empêcher ce bras islamiste avancé de l’Iran d’attaquer Israël. Entre les bouteilles d’eau recyclées par Sarah Netanyahu et l’Iran à la frontière, c’est sûr, il faut dégager Bibi.

Le grand absent de l’élection ? Le terrorisme pardi  !

Heureusement – ou devrais-je dire malheureusement parce que les gens oublient leurs vraies priorités – le terrorisme est le plus grand absent des thèmes de l’élection. Le thème, c’est Bibi. « Bibi toxique »…

S’exprimant lundi dernier lors d’une conférence depuis Jérusalem, le major général Uri Gordin, commandement du front intérieur, a déclaré qu’Israël sera frappé par 2.000 missiles par jour dans un futur conflit avec le Hezbollah, a rapporté le Jerusalem Post.

La roulette russe, ce n’est pas pour moi. Israël n’a pas le droit à l’erreur, et la moindre erreur sera terrible en pertes de vies humaines. A quoi bon avoir vacciné avec succès la population israélienne si c’est pour mourir sous les bombes.

J’ai écrit il y a deux ans que Benny Gantz était un guignol, il suffisait d’écouter attentivement ses déclarations et ses silences. Il s’est écroulé dans les sondages et a emporté son parti Bleu et Blanc fait de bric et de broc. Le nouveau guignol s’appelle Saar. Il a déjà perdu 5 sièges dans les sondages en moins d’une semaine. Reste Yair Lapid, c’est le cheval de Troie, le gauchiste déguisé en modéré pour satisfaire ceux qui en ont marre de Bibi.

Lapid, c’est la guerre. C’est limpide. Assuré.

Mais comme il n’est pas « toxique », que sa femme ne s’appelle pas Sarah Netanyahou, et que les anti-vaccins veulent punir Bibi, beaucoup prendront le risque de la guerre…

ils pensent que c’est moins dangereux qu’un vaccin, je suppose…

LIBERTÉ D’EXPRESSION : LA FRANCE DERRIÈRE LA RUSSIE…

 

 

 

© Jean-Patrick Grumberg  

avec l’aimable autorisation de Dreuz.info

 

Jean Patrick Grumberg est journaliste.

Dans les années 70, il a travaillé sous la direction de Georges Wolinski à Charlie mensuel, puis a été chef d'entreprise, lobbyiste.

Il est contributeur au site de Pamela Geller, Dreuz.info, et d'autres médias anglophones et francophones comme Cnews.

Publié dans Jean-Patrick GRUMBERG

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article