LE GRAND CAPITAL US PRÉPARE SA GUERRE CONTRE L’EMPIRE CHINOIS

Publié le par Robert BIBEAU

LE GRAND CAPITAL US PRÉPARE SA GUERRE CONTRE L’EMPIRE CHINOIS

Voici un article remarquable de clairvoyance à propos de la nouvelle phase de la guerre concurrentielle qui oppose les deux grandes alliances impériales – l’Alliance Atlantique-OTAN, dirigée avec de moins en moins d’autorité par les États-Unis dépravés – VS – l’Alliance Chine-Russie-Iran, puissances « émergentes », en reprise de croissance après l’intermède de la guerre sanitaire du COVID-19 que cette alliance a finalement remportée comme nous le constations dans ce récent éditorial : https://les7duquebec.net/archives/262241.

L’article de M. Savin démontre que l’ancienne garde technologique – celle des années Bush-Clinton-Obama – est de retour aux affaires du rafiot américain.

Après quatre années de magouillage dans les coulisses anti-Trumpistes, cette arrière-garde technocentriste est de retour aux commandes et elle élabore dans de nombreux rapports les fondements de la réorientation de la guerre commerciale qui la confronte à l’Empire chinois. Terminer la guerre des tarifs douaniers et finie la guerre commerciale pour la conquête de marchés de produits manufacturiers et d’énergie fossile que l’Alliance atlantique ne pouvait gagner (ce que Trump n’a jamais compris – d’où sa déchéance politique). Les différents rapports de think tank que Leonid Savin scrute ici dévoilent la feuille de route guerrière de l’Empire yankee en déroute. La cible chinoise y est clairement définie tout comme l’enjeu de la nouvelle phase de la guerre commerciale interimpériale comme nous l’expliquions dans un éditorial précédent : https://les7duquebec.net/archives/262302.

La classe prolétarienne internationale doit prendre connaissance du plan de match étatsunien, car nous serons la chair à canon de la nouvelle phase de cette guerre à finir entre cliques de milliardaires… à moins que l’insurrection populaire vienne défaire les plans de ces clans déclinants.

LA BATAILLE CONTRE LE FASCISME D’ÉTAT

Robert Bibeau.  

Éditeur. https://les7duquebec.net  

LE GRAND CAPITAL US PRÉPARE SA GUERRE CONTRE L’EMPIRE CHINOIS

La perception de la Chine comme un concurrent stratégique des États-Unis se développe depuis des années chez les Américains. Mais il y a eu récemment des signes que les principaux groupes de réflexion et d’analyse qui influencent la prise de décision ont commencé à préciser la formulation d’une stratégie unifiée.

En juillet 2020, le China Strategy Group a été créé aux États-Unis et comprend un mélange éclectique d’experts et de politiciens qui sont unis par l’idée commune de freiner la puissance croissante de la Chine. Il est révélateur que le groupe ait été créé à l’initiative d’Eric Schmidt, ancien PDG de Google et président du Defense Innovation Advisory Board du ministère américain de la défense. Il se trouve qu’il est également le chef du groupe. Son adjoint est Jared Cohen, PDG de Jigsaw (à l’origine de Google Ideas) et chercheur principal adjoint au Council on Foreign Relations. Il a précédemment été membre de l’équipe de planification politique du Département d’État américain et a été conseiller de Condoleezza Rice, puis de Hillary Clinton. Un autre membre éminent du groupe est Richard Fontaine, ancien conseiller de John McCain et PDG du Center for a New American Security (un projet néo-conservateur). Il a également travaillé au Conseil national de sécurité et au Département d’État américain sous George W. Bush.

Fin 2020, le Groupe stratégique pour la Chine a publié un rapport intitulé « Compétition asymétrique : Une stratégie pour la Chine et la technologie. Perspectives d’action pour le leadership américain ». Il se concentre sur la technologie et l’innovation et, dans le cadre de la concurrence entre les États-Unis et la Chine, 13 auteurs ont formulé leurs recommandations dans trois domaines : les champs de bataille technologiques, les capacités fonctionnelles pour la concurrence et les structures pour l’avenir. Le premier concerne les diverses plates-formes technologiques critiques, les exigences et la dépendance des États-Unis vis-à-vis des entreprises étrangères. Le second porte sur trois domaines d’intérêt qui se chevauchent : le renseignement, la fuite des cerveaux et les chaînes d’approvisionnement. La troisième porte sur la nécessité de poursuivre une politique de multilatéralisme dans les relations internationales et de procéder à une refonte du gouvernement américain, en mettant l’accent sur l’accroissement du rôle de l’analyse d’experts dans la prise de décision politique et sur le rôle de la Maison Blanche en tant que chef de file de diverses agences et industries, ainsi que sur la construction d’une nouvelle ère d’habileté politique technologique.

Il est intéressant de noter que le rapport suggère une nouvelle formule pour les relations multilatérales qui nécessiterait la création d’un forum « T-12 » composé de pays comme les États-Unis, le Japon, l’Allemagne, la France, la Grande-Bretagne, le Canada, les Pays-Bas, la Corée du Sud, la Finlande, la Suède, l’Inde et l’Australie.

Le premier paragraphe de l’introduction rappelle le plan Baruch, lorsque les États-Unis ont proposé aux Nations unies en 1946 d’être le seul pays à posséder des armes nucléaires et la technologie correspondante.

Le leadership technologique de l’Amérique est fondamental pour sa sécurité, sa prospérité et son mode de vie démocratique. Mais cet avantage vital est aujourd’hui menacé, la Chine étant en passe de dépasser les États-Unis dans un certain nombre de domaines critiques. Si l’on ne fait rien, la position des États-Unis va encore s’éroder à mesure que Pékin s’empare du pouvoir et de l’influence sur les droits et le bien-être des populations du monde entier, y compris aux États-Unis. Ce défi appelle des solutions politiques urgentes pour renouveler la compétitivité américaine, arrêter ces tendances et maintenir les avantages technologiques essentiels des États-Unis.

Le rapport soutient également que :
  1. La concurrence est asymétrique – la Chine joue selon un ensemble de règles différentes qui lui permettent de tirer profit de l’espionnage industriel, de la surveillance illibérale et d’une ligne de démarcation floue entre son secteur public et son secteur privé. Pékin considère ces asymétries comme le problème de l’Amérique, et non de la Chine. Ce sera un fardeau pour l’Amérique.
  2. La fenêtre de la concurrence technologique reste ouverte, mais pas indéfiniment : trop souvent, à Washington, les préoccupations concernant la Chine sont vagues et mal définies. La perte de domination de l’Amérique dans les technologies fondamentales et émergentes portera gravement atteinte à sa prospérité et à sa sécurité, ainsi que sa dépendance à l’égard de la Chine dans des secteurs critiques qui pourraient être utilisés comme armes contre les États-Unis. La Chine se dirige vers le techno-autoritarisme, et la possibilité pour l’Amérique d’intervenir diminue.
  3. La trajectoire actuelle n’est pas favorable aux intérêts américains : les politiques de l’administration Trump n’ont guère permis d’arrêter l’érosion de l’avantage technologique américain causée par la politique industrielle de la Chine (notamment ses pratiques commerciales et d’investissement illégales et déloyales), ainsi que par la négligence à long terme de l’Amérique elle-même à l’égard de sa base de R&D, l’atrophie du financement fédéral et la réponse insuffisante du pays au défi chinois. À l’heure actuelle, la Chine est dans une position hautement compétitive dans plusieurs technologies essentielles, et d’énormes investissements stimulent ses efforts pour soutenir la production locale et, à terme, supplanter la domination technologique américaine, même si elle est encore actuellement dépendante des États-Unis et de ses alliés dans des domaines clés.
  4. La Chine n’a pas besoin d’être changée, mais des résultats favorables aux intérêts américains doivent être définis : on suppose que les États-Unis continueront à traiter avec la Chine telle que nous la voyons aujourd’hui, et ils ne doivent pas s’attendre à changer la trajectoire du développement de la Chine ou son approche globale de la technologie et de l’économie, même si l’on pouvait faire davantage pour peser sur les choix de la Chine et limiter sa puissance. Des décisions politiques clés pourraient être prises qui donneraient aux États-Unis de plus grandes possibilités d’influer sur les résultats : restructuration du pouvoir exécutif (refonte du gouvernement), nouvelles politiques en matière de talents et d’immigration (fuite des cerveaux), domination de la sphère des prévisions (renseignement) et formation de nouveaux partenariats multilatéraux (multilatéralisme). Cela renforcera les forces et les avantages distinctifs de l’Amérique, même si ses vulnérabilités sont également clairement reconnues.
  5. Il n’y aura pas de retour au « statu quo » d’avant Trump. Les tendances dans les deux pays, et nombre des outils dont dispose l’Amérique, poussent intrinsèquement et nécessairement vers un certain degré de bifurcation. En tout cas, le « statu quo » qui existait avant Trump a été radicalement perturbé ; un retour à ce statu quo ne peut pas, et ne doit pas, être un objectif de la politique américaine.
  6. Une réponse efficace au défi chinois consiste en grande partie à trouver le bon équilibre entre des objectifs concurrents.

Il s’agit d’élaborer une approche pour la période à venir de concurrence et de frictions accrues, ainsi que d’évolution technologique rapide, qui permettra aux États-Unis de promouvoir le plus efficacement possible leurs intérêts et leurs valeurs.

La conclusion est la suivante :

Le dialogue américain sur la sécurité concernant la Chine et la technologie a commencé à tourner autour d’un petit ensemble de sujets qui font les gros titres : la menace d’une application vidéo chinoise particulière, la bataille sur la 5G, ou encore la question de savoir si les risques potentiels d’une immigration hautement qualifiée l’emportent sur les avantages. Mais de nombreuses questions importantes sur la stratégie technologique des États-Unis vis-à-vis de la Chine restent sans réponse : Comment savoir si une plate-forme numérique mérite notre attention ? Que faudrait-il pour mettre en place une chaîne d’approvisionnement plus résiliente ? Comment pouvons-nous réellement gagner la guerre contre la fuite des cerveaux ?

Pour répondre à ces questions et à d’autres, les auteurs du rapport ont tenté de fournir une ligne de conduite claire pour l’élaboration de politiques et de stratégies solides. Au lieu de se convaincre de la supériorité technologique de l’Amérique, leurs évaluations sont faites en reconnaissant clairement l’asymétrie qui complique les relations entre les deux pays et affaiblit la position de l’Amérique.  Mais en fin de compte, ils admettent que de nombreuses questions importantes concernant la concurrence technologique de l’Amérique avec la Chine ne sont toujours pas claires. En conséquence, le Groupe stratégique pour la Chine encourage les décideurs à faire appel à des experts et des consultants externes lors de la planification des politiques et des différents programmes.

La Chine est également un domaine d’intérêt dans le dernier rapport de la RAND Corporation « Mise en œuvre de restrictions. Changements dans les politiques américaines de sécurité régionale pour rendre opérationnelle une grande stratégie réaliste de restrictions ». Tout comme le rapport du China Strategy Group, il n’y a pas de réponses claires à ce que les États-Unis doivent faire.

Tout d’abord, il affirme que la Chine, comme la Russie et l’Iran, mène des activités dans la zone grise, qu’il faut empêcher de toutes les manières possibles.  Il présente les arguments de ceux qui parlent des menaces que la Chine pourrait faire peser sur les États-Unis dans la région Asie-Pacifique. Par exemple, les décideurs politiques américains actuels s’inquiètent du fait que la Chine développe des cyber-capacités qui pourraient perturber les capacités de projection de puissance des États-Unis et endommager les infrastructures essentielles. Ces dernières années, l’armée chinoise a développé un large éventail de capacités de contre-mesures dans l’espace, y compris des brouilleurs, des armes à énergie dirigée et des missiles anti-satellites basés au sol qui pourraient affecter les satellites commerciaux et militaires. Par conséquent, « les capacités spatiales et cybernétiques de la Chine pourraient affecter trois intérêts vitaux des États-Unis : préserver la sécurité de la patrie américaine, empêcher la domination chinoise sur sa région et conserver le commandement américain des biens communs ».

Les États-Unis n’ont pas exclu de recourir à la force contre la Chine si les USA devaient défendre Taïwan. Tout en empêchant la domination de la Chine sur des puissances locales comme le Japon, les partisans des restrictions parlent de l’importance de maintenir la domination américaine dans l’ensemble de la région Asie-Pacifique. « Ces stratèges reconnaissent qu’à mesure que la Chine se développera, elle étendra la zone contestée, l’espace aérien et la zone de sa périphérie maritime dans laquelle elle peut rendre les opérations militaires américaines coûteuses ou difficiles. Cela suggère qu’ils sont prêts à accepter la perte du commandement américain dans certaines zones. Toutefois, les partisans des restrictions n’ont pas encore précisé s’il existe un point au delà duquel une nouvelle croissance de la zone contestée devrait provoquer une plus grande implication militaire américaine dans la région. En d’autres termes, les partisans des restrictions devraient préciser les zones géographiques qui constituent les biens communs à l’intérieur desquels les États-Unis doivent conserver leur supériorité et le niveau de supériorité que les États-Unis doivent maintenir dans ces zones ».

Certains pensent que l’activité chinoise dans la mer de Chine méridionale constitue déjà une menace pour les intérêts américains. Dans la mer de Chine orientale, l’activité de Pékin est considérée du point de vue de l’alliance américano-japonaise. Ce qui est mauvais pour le Japon est mauvais pour les États-Unis.

Mais les partisans des restrictions font également valoir qu’« il existe plusieurs domaines dans lesquels les États-Unis et la Chine ont des intérêts communs qui pourraient permettre une coopération. Les deux nations cherchent à lutter contre le changement climatique et le terrorisme et à prévenir la prolifération nucléaire. Les partisans de la modération sont également favorables à des négociations visant à améliorer les relations commerciales et d’investissement entre les deux pays, ainsi qu’à limiter la taille de leurs arsenaux nucléaires. En outre, les deux pays recherchent la stabilité dans la péninsule coréenne. Les partisans des restrictions n’ont toutefois pas démontré qu’il existe un terrain d’entente suffisant sur ces questions pour que des accords acceptables pour les deux parties puissent être conclus. Par exemple, bien que les États-Unis et la Chine recherchent tous deux la stabilité dans la péninsule coréenne, ils ont des visions très différentes sur la manière d’y parvenir. La prochaine étape pour rendre opérationnelles les recommandations associées à une grande stratégie de retenue serait donc de proposer des approches de négociation et des compromis que les États-Unis devraient être prêts à faire pour surmonter ces différences ».

Le rapport indique également que les points de vue des partisans des restrictions « divergent sur deux points essentiels : l’ampleur des ambitions de la Chine et la question de savoir si les pays d’Asie ont la capacité et la volonté de travailler ensemble pour trouver un équilibre efficace face à la Chine. Les désaccords sur ces deux points ont conduit à des prescriptions divergentes pour la stratégie américaine dans la région Asie-Pacifique qui vont d’un retrait militaire substantiel dans la région à une augmentation de l’engagement militaire américain dans la région. Il s’agit d’une différence importante entre les partisans des restrictions sur la politique américaine envers la Chine, la puissance qui, de l’avis de tous les partisans des restrictions, constitue la plus grande menace potentielle pour les intérêts américains ».

Dans le même temps, les États-Unis suivent de près l’évolution des relations entre la Russie et la Chine. Deux anciens officiers de renseignement – Andrea Kendall-Taylor et David Shullman – fournissent une évaluation détaillée des interactions entre les deux pays dans le contexte de la politique mondiale et des intérêts américains.  Ils notent que leur « coopération accélère leurs efforts pour éroder les avantages militaires des États-Unis – une dynamique qui est particulièrement problématique pour la concurrence stratégique des États-Unis avec la Chine dans l’Indo-Pacifique ». La Russie fournit déjà à la Chine des systèmes d’armes avancés qui améliorent les capacités de défense aérienne, anti-navires et sous-marines de la Chine et qui équipent mieux le Parti communiste chinois (PCC) pour garder les États-Unis hors de sa cour. Les deux pays renforcent également leur coopération technologique, ce qui pourrait leur permettre d’innover collectivement plus rapidement que les États-Unis ne peuvent le faire seuls, mettant à rude épreuve un budget de défense américain déjà très sollicité. En fin de compte, une coopération sino-russe soutenue – et plus problématique, son approfondissement – mettrait en danger la capacité de l’Amérique à dissuader l’agression chinoise dans la région et à respecter son engagement à maintenir un espace Indo-Pacifique libre et ouvert ».

Le rapport indique également que la Russie et la Chine sont unies dans leurs efforts pour affaiblir la cohésion entre les alliés et partenaires des États-Unis et affaiblir l’influence des États-Unis auprès des pays et des institutions internationales. En outre, la Russie et la Chine s’efforcent de réduire le rôle central de l’Amérique dans le système économique mondial. Moscou et Pékin coopèrent déjà pour éviter les sanctions et les contrôles à l’exportation américains, atténuant ainsi les effets de la pression économique américaine. Si leur partenariat s’approfondit, ou même si chaque pays renforce individuellement sa résistance à la pression américaine, cela pourrait réduire l’efficacité des outils financiers coercitifs des États-Unis, en particulier les sanctions et les contrôles des exportations, qui constituent un élément clé de l’arsenal de la politique étrangère américaine.

À la fin du rapport, les auteurs recommandent que « les États-Unis surveillent et planifient, créent des vents contraires et – si possible – tirent sur les coutures dans les relations entre la Russie et la Chine ». Mais le Jewish Institute for National Security of America est plus préoccupé par les investissements croissants de la Chine en Israël. Il va sans dire que les représentants de cette organisation ont constaté que ceux-ci contenaient une menace pour les intérêts américains. Le contrat de 25 ans que la Chine a signé en 2019 pour mettre à jour et exploiter un terminal dans le port de Haïfa, par exemple.

LE GRAND CAPITAL US PRÉPARE SA GUERRE CONTRE L’EMPIRE CHINOIS
Et à en juger par les événements récents, les décideurs parient toujours sur une confrontation avec la Chine.

La première opération de la marine américaine sous l’administration de Joe Biden a débuté le 5 février avec un défi clair à Pékin. Le destroyer USS John S. McCain de la 7e flotte est entré dans la mer de Chine méridionale avec des missiles à bord. Une nouvelle confrontation diplomatique entre les États-Unis et la Chine a commencé.

Leonid Savin

Traduit par Hervé, relu par Wayan pour le Saker Francophone

Publié dans LES 7 DU QUÉBEC

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article