SILENCE, ON IMPROVISE !

Publié le par Daniel JUBERT

SILENCE, ON IMPROVISE !

On avait beau savoir que les cas de Covid-19 devenaient préoccupants, principalement sur l’axe Seine, on a tous été surpris de ce confinement que tout le monde croyait destiné à l’île de France.

Donc nous sommes confinés. Cela signifie que la seule mesure vraiment différente de la situation antérieure, c’est la fermeture de certains commerces jugés ‘‘non essentiels’’ . Je sais, on ne devrait pas se plaindre, parce que cette fois-ci, on ne ferme pas les librairies ni les coiffeurs.

J’aimerais que les ‘‘génies’’ qui ont pris ces mesures nous expliquent comment je peux être contaminé quand je vais dans un commerce de centre-ville acheter des chaussures ou un teeshirt, alors que je ne crains rien dans un commerce alimentaire. L’argument selon lequel on évite la circulation de trop de population serait recevable si tous les franciliens ne se tassaient pas tous les matins sur la ligne 13.

Je sais que ce n’est pas facile pour des gouvernants qui doivent écouter des scientifiques qui ont parfois le même avis sur le problème.

Et justement, on n’empêchera pas les ‘‘procureurs’’ de faire du ‘‘café du commerce’’ (expression habituelle du technocrate qui n’a plus d’argument) et de se demander si il n’aurait pas été plus intelligent de profiter des vacances de février pour imposer un confinement strict…

Qui fera le macabre décompte des morts au cours de la période écoulée où le Président a ‘‘vaillamment résisté’’ au confinement….

Le gouvernement a illustré magnifiquement cette expression : « rien n’est pire que l’attente du pire ». On pourrait d’ailleurs réfléchir sur le nombre de ministres ‘‘non essentiels’’, le nombre de députés ‘‘non essentiels’’, le nombre de hauts fonctionnaires ‘‘non essentiels’’ etc…

On sent dans tout cela une véritable improvisation comme si le gouvernement subissait et suivait les événements. L’exemple de l’attestation est extraordinaire. On a d’abord sorti une attestation tellement compliquée que personne ne la comprenait . Ce texte digne de Courteline a circulé avant d’être supprimé purement et simplement…

Là encore... on improvise !

La seule conséquence tragique de ces mesures, c’est que les commerçants ‘‘non essentiels’’ n’en peuvent plus, comme les cafés et les restaurants. Bien sûr, ils sont aidés par l’État mais aussi sur notre secteur par la ville, par l’agglomération, le département et la région.

Mais toutes ces aides, qui parfois ne suffisent pas, ne remplaceront jamais le libre exercice de leur métier, le fait de recevoir des clients est fondamental dans le commerce... même ‘‘non essentiel’’. Les explications de Bruno Le Maire pour justifier l’ouverture des fleuristes et des chocolatiers évoquaient les meilleures répliques de ‘‘Messieurs les ronds de cuir’’…

Là encore, comme pour les masques, comme pour les tests, comme pour les vaccins... on improvise... tout en faisant semblant de maîtriser parfaitement la situation.

TOUS FAVORABLES ?

 

 

 

 

Daniel JUBERT, 

Conseiller Départemental de Louviers 

Publié dans Daniel JUBERT

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article