QUEL AVENIR POUR NOS MEDIATHÈQUES ?

Publié le par Denis SZALKOWSKI

QUEL AVENIR POUR NOS MEDIATHÈQUES ?

Le numérique et Internet sont en train de tout broyer sur leur passage. Et l’arrivée de la fibre n’augure rien de bon dans ce que je perçois être une rétractation sans précédent de la société. Le CD a remplacé le vinyl, le DVD la cassette. Et puis, avec l’augmentation des débits de l’Internet, la musique et la vidéo à la demande se sont généralisées, reléguant le CD et le DVD au temps de Jurassik Park…

Et pour le livre ? Bien sûr, il restera toujours de gros lecteurs, de plus en plus attirés par la liseuse plus pratique car moins encombrante. Très bientôt, il arrivera hélas au livre ce qui est arrivé au CD et au DVD…

Il y a toutefois deux catégories qui résistent à l’effondrement du livre dans les familles : les ouvrages destinés à la jeunesse et les mangas. Vous aurez remarqué aussi la sortie de publications d’un nouveau genre comme cette BD documentaire et journalistique sur les Algues vertes  d’Inès Léraud et de Pierre Van Hove. Nous devisions ce soir avec Jacqueline à la médiathèque de Saint-Eloi et nous convenions de notre ras le bol de ces pavés dans lesquels les auteurs brodent pour ne rien dire, à la manière de ces séries américaines diffusées sur Netflix qui accaparent notre temps de cerveau disponible.

Demain, le livre en tant que produit culturel main stream disparaîtra et il nous restera sur les bras toutes ces bibliothèques désormais appelées médiathèques que les collectivités et l’État ont subventionnés à coups de milliards de francs, puis d’euros.

Je vois plusieurs usages à ces lieux :

Le 1er est de maintenir un fonds de prêt pour satisfaire une demande devenue minoritaire ;

Le 2e, c’est qu’on puisse y proposer de quoi vaincre l’illectronisme, en y mettant des ordinateurs pour les enfants de nos écoles et les associations prenant en charge l’accompagnement de nos aînés ;

Le 3e, c’est qu’ils deviennent des lieux d’échange et de rencontre, d’exposition et de débat citoyen où il ferait bon y prendre un thé, un jus de fruit, une bière, du cidre ou un café, voire plus si affinités.

Prenez le temps d’écouter Claude Poissenot.

LA SYMPHONIE DE 2022
 
 
 
Denis SZALKOWSKI  

Titulaire d'une maîtrise de sciences économiques, Denis Szalkowski a suivi une formation d'administrateur de base de données Oracle.

Formateur-consultant  : bases de données (MySQL, PostgreSQL, SQL Server, Oracle), Linux (CentOS, Red Hat, Fedora, ...), les infrastructures LAMP, le scripting (Bash, PowerShell, Php) et la sécurité informatique.

Denis Szalkowski est co-fondateur de l'association Saint Pierre Informatique.

Élu dans sa commune de Saint Eloi de Fourques depuis 2001, il en ait devenu maire - sans étiquette – en 2014 et réélu dès le 1er tour en 2020.

Il tient le blog https://extime.fr/

Publié dans Denis SZALKOWSKI

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
je ne crois pas au tout numérique pour remplacer les médiathèques ou pour remplacer un vrai livre. Et les disques vinyles reviennent à la mode, on parle de VINTAGE dans pas mal de domaines, on peut même acheter de vieux téléphones à cadran. Lire un livre sur un PC ou une tablette abîme les yeux davantage qu'un livre papier. Et on nous a toujours dit qu'il ne faut pas boire ou manger près du PC, car il y a le risque de renverser sa tasse et ça peut faire des dégât. Un téléphone portable ou smartphone peut aussi chauffer et c'est parfois trop chaud entre les mains d'enfants ou d'adultes. Hier on a dû laisser le téléphone de mon petit-fils refroidir, il regardait sans arrêt des vidéos pour son âge et pour lire ce serait la même chose, ces appareils chauffent au point qu'on peut se brûler si on ne fait pas attention. On devrait plutôt expliquer les risques du tout numérique à la médiathèque et pourquoi pas rassembler les gens autour de conteurs comme autrefois. Les enfants auront toujours des outils à leur disposition pour travailler pour leurs devoirs et rencontrer d'autres enfants. La médiathèque peut en même temps être un lieu pour la culture générale et l'histoire de la communication, garder en mémoire comment faire si le tout numérique ne fonctionne plus et faire des économies d'énergie, car il faut bien dépenser de l'énergie pour lire un livre électronique et ce n'est pas aussi écologique qu'on pense. Et pour télécharger ? tout devient de plus en plus cher aussi, télécharger des films ou musiques, ça peut chiffrer, et cela revient moins cher d'acheter un CD ou DVD, si on les écoute souvent.
Pour moi, les chaînes télé gratuites sont suffisantes bien que rien ne soit gratuit, car on paie son abonnement internet avec le bouquet TV et téléphone fixe inclus, sans compter la redevance télé en plus pour ceux qui sont imposables. Et le tout numérique nécessite un budget familial réservé à ça et tout dépend donc si les habitants ont tous cette capacité de s'offrir un abonnement ou si c'est moins cher d'aller à la médiathèque pour utiliser un outil numérique là-bas.
Surtout, il ne faut pas supprimer les médiathèques, elles restent importantes pour tout un tas de raisons culturelles et sociales.
Répondre