QUESTION D’IMAGINAIRE

Publié le par Denis SZALKOWSKI

QUESTION D’IMAGINAIRE

Qui fait que les petites filles rêvent d’acheter des poupées Barbie ? Qui pousse les hommes à vouloir de grosses voitures et de grosses motos ? Qui nous amène à croire que le bonheur serait d’avoir un mari, une femme, des enfants, une grande maison ? Nous-mêmes ? Notre imaginaire ? La société ? Castoriadis parlait de l’institution de la société par notre imaginaire.

Le marketing a toujours fait croire que nous étions des êtres uniques, tout en nous poussant à acheter des véhicules, des montres, des stylos produits à des millions d’exemplaires. Nos structures mentales, nos représentations sont le produit de l’éducation que nous avons reçue et du monde dans lequel nous vivons. « Citius, Altius, Fortius », nous disait Henri Didon en 1891.

J’ai donc un peu de mal avec les critiques qui se sont abattues sur la maire écolo de Poitiers, Léonore Moncond’huy. Elle a décidé de couper le robinet des subventions que la ville déverse aux aéroclubs. En tant qu’élu local, je ne vois pas bien l’utilité sociale à subventionner des sports dits mécaniques où vous passez votre temps à tourner en rond sur des circuits ou dans les airs, à envoyer dans l’atmosphère des tonnes d’essence et de kérosène.

J’entendais hier soir sur une chaîne d’information continue des éditorialistes de la pensée unique évoquer à demi-mots ces écofascistes à ne pas laisser les gens faire ce qu’ils veulent ! Il y a tout de même un paradoxe à entendre tous ces braves gens réclamer à jouir sans entrave, tout en exigeant entre autres le confinement, le port du masque et le passeport vaccinal pour tous…

Nous sommes en pré-campagne électorale et, dans ce paysage français opposant l’extrême-centre droit à l’extrême droite, la seule alternative qui nous reste est l’écologie politique. Disons que c’est de bonne guerre !

LA SYMPHONIE DE 2022
 
 
 
Denis SZALKOWSKI  

Titulaire d'une maîtrise de sciences économiques, Denis Szalkowski a suivi une formation d'administrateur de base de données Oracle.

Formateur-consultant  : bases de données (MySQL, PostgreSQL, SQL Server, Oracle), Linux (CentOS, Red Hat, Fedora, ...), les infrastructures LAMP, le scripting (Bash, PowerShell, Php) et la sécurité informatique.

Denis Szalkowski est co-fondateur de l'association Saint Pierre Informatique.

Élu dans sa commune de Saint Eloi de Fourques depuis 2001, il en ait devenu maire - sans étiquette – en 2014 et réélu dès le 1er tour en 2020.

Il tient le blog https://extime.fr/

Publié dans Denis SZALKOWSKI

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Il est interdit d'interdire ? donc pourquoi interdire aux enfants de rêver d'un baptême de l'air et dicter qu'il serait temps que les enfants rêvent d'autre chose ?(ce que disait cette maire), peut-être qu'en rêvant l'enfant aura aussi envie de développer une technologie écolo pour les avions un jour ? un petit avion pollue moins qu'un grand qui fait de longues distances tout autour de la planète et moins aussi que les fusées qu'on envoie dans l'espace pour le tout numérique par satellite. Et la pollution autour de la terre suite à ces programmes satellites dans l'espace au nom de l'écologie du tout numérique, me semblent plus dangereux qu'un baptême de l'air qui ne dure que quelques minutes. On finance la pollution de l'espace au nom d'un tout numérique écologique qui au final ne l'est pas. On finance les voitures électriques et on détruit la planète pour les ressources nécessaires pour les batteries des voitures électriques et on ne sait pas non plus recycler les éoliennes qui produisent de l'énergie écologique et ce sera peut-être un coup dur pour l'écologie quand il y aura tout ça à gérer un jour. Aucune mairie n'est obligé de donner des subvention et chacun fait ce qu'il veut dans sa commune selon sa gestion, mais qu'on dise qu'un enfant devrait changer de rêve et qu'on ne laisse pas un enfant libre de rêver, c'est pour moi incompatible avec la liberté de pensées et de croyances aussi, un enfant veut croire en ses rêves et c'est ainsi qu'il se construit et trouvera la capacité de devenir autonome en ayant confiance lui. Il ne faut pas lui interdire de rêver. Et le tout numérique a ses limites aussi et sa face caché de pollution et dommages écologiques. Et qui pousse les gens à la 5 G ? ça m'inquiète bien plus encore à cause de toutes ces micro-ondes qui traverseront nos cerveaux.
bonne journée , pour ma part j'essaie de rêver à un meilleur avenir.
Répondre