POURQUOI LA FRANCE PERD UNE ÉGLISE TOUTES LES DEUX SEMAINES

Publié le par Jean-Patrick Grumberg

POURQUOI LA FRANCE PERD UNE ÉGLISE TOUTES LES DEUX SEMAINES

Un édifice catholique disparaît de la Belle France toutes les deux semaines. C’est le constat d’Edouard de Lamaze, président de l’Observatoire du patrimoine religieux (1).

Il tire la sonnette d’alarme dans les médias français sur la disparition progressive des édifices religieux dans un pays connu comme la « fille aînée de l’Église » parce que le roi franc Clovis Ier a embrassé le catholicisme en 496.

M. Lamaze a déclaré à Catholic News Agency (2) qu’en plus de la disparition d’un édifice religieux toutes les deux semaines – par démolition, transformation, destruction par le feu ou effondrement – deux tiers des incendies dans les édifices religieux sont dus à des incendies criminels.

M. Lamaze estime qu’en moyenne, plus de deux monuments chrétiens sont visés chaque jour. Les deux tiers de ces incidents concernent des vols, tandis que le tiers restant concerne des profanations.

Si ces statistiques incluent des bâtiments appartenant à tous les groupes religieux, la plupart d’entre elles concernent des monuments catholiques, qui représentent encore une large majorité, où l’on compte environ 45 000 lieux de culte catholiques.

« Bien que les monuments catholiques soient encore en tête, une mosquée est érigée tous les 15 jours, tandis qu’un bâtiment chrétien est détruit au même rythme », a déclaré Lamaze.

« Cela crée un point de bascule sur le territoire qu’il faut prendre en compte ».

  • Selon les chiffres les plus récents de la cellule centrale de renseignement criminel, 877 attaques contre des lieux de culte catholiques ont été enregistrées à travers le pays pour la seule année 2018.

« Ces chiffres ont été multipliés par cinq en seulement dix ans », a déclaré M. Lamaze, rappelant que 129 églises avaient été vandalisées en 2008.

« Au début des années 1970, l’écrivain et journaliste Michel de Saint Pierre publiait un livre intitulé « églises en ruine, Église en péril », dans lequel il tirait déjà la sonnette d’alarme. Mais la situation s’est décuplée, voire centuplée, depuis lors. »

Actuellement, 5 000 édifices catholiques sont potentiellement en danger de disparition

Outre l’hostilité croissante dont ils font l’objet, ces sites religieux souffrent également d’une profonde négligence de la part des pouvoirs publics.

Cet état de fait s’explique en partie par le fait qu’en vertu de la loi de 1905 sur la séparation des Eglises et de l’Etat, les communes sont devenues propriétaires des édifices religieux. Dans de nombreux cas, elles n’ont pas été en mesure de faire face aux coûts d’entretien des sites.

« Ces édifices n’ont pas été entretenus depuis plus d’un siècle, et ils n’ont jamais fait l’objet de travaux de restauration ou de mesures de protection contre le vol ou l’incendie », a déclaré M. Lamaze.

Il a expliqué que seuls 15.000 sites catholiques sont officiellement protégés en tant que monuments historiques, tandis que les 30.000 autres bâtiments sont pratiquement laissés à l’abandon.

Il poursuit : « Les incendies sont également en forte augmentation car les bâtiments sont de plus en plus vétustes, et cette négligence attire également de nombreux vols de tableaux, de statues, ou de calices en or… »

Bien que les cathédrales françaises bénéficient d’un statut particulier et soient la propriété de l’État, elles n’ont pas été épargnées par la vague d’incendies qui a touché les sites catholiques ces dernières années. L’incendie de Notre-Dame de Paris en 2019 a été précédé par celui de la cathédrale Saint-Alain de Lavaur dans le Tarn, dans le sud, et suivi par les incendies des cathédrales de Rennes et de Nantes en 2020.

« L’actuelle ministre de la Culture cherche à établir une charte de protection, mais la situation est extrêmement grave et, hélas, je ne vois pas de réelle prise de conscience, ni de sens des responsabilités face à cet enjeu crucial pour notre patrimoine national », a déclaré M. Lamaze.

(1) https://www.patrimoine-religieux.fr/

(2) https://www.catholicnewsagency.com/news/247514/why-france-is-losing-one-religious-building-every-two-weeks

LIBERTÉ D’EXPRESSION : LA FRANCE DERRIÈRE LA RUSSIE…

 

 

 

© Jean-Patrick Grumberg  

avec l’aimable autorisation de Dreuz.info

 

Jean Patrick Grumberg est journaliste.

Dans les années 70, il a travaillé sous la direction de Georges Wolinski à Charlie mensuel, puis a été chef d'entreprise, lobbyiste.

Il est contributeur au site de Pamela Geller, Dreuz.info, et d'autres médias anglophones et francophones comme Cnews.

Publié dans Jean-Patrick GRUMBERG

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Sylvia Mackert 10/05/2021 14:33

S'il s'agit de monuments historiques, l'état doit les entretenir et pas seulement la commune. Ceci-dit, s'il y a des églises qui disparaissent, on a aussi le droit d'en construire d'autres. On autorise bien la construction de mosquées. Et n'y a-t-il pas aussi des églises "privées" dans les couvents ou monastères qu'on pourrait ouvrir au public ? L'Eglise n'est pas seulement un bâtiment ou une institution, l'Eglise c'est l'ensemble des croyants et on peut prier chez soi aussi. Les premier chrétiens priaient en cachette dans les catacombes, le culte n'est donc pas lié uniquement à un bâtiment. La loi 1905 autorise les cultes religieux en plein jour, même en public. Laïcité ne signifie pas athéisme, mais neutralité de l'état face aux religions et que la loi est la même pour tous quelque soit la religion. Ce n'est pas à la religion non plus de "dicter" la loi de la République. Pour le reste, il y a peut-être aussi des solutions.
Au Moyen Age beaucoup d'églises et cathédrales ont été victimes d'incendies. Et l'Eglise Catholique devrait peut-être aussi se repentir, quand le grand Public ne voit que l'indulgence envers les prêtres pédophiles et confond la religion catholique avec ces prêtres criminels qui ne respectent pas du tout l'évangile, en s'attaquant aux enfants dont ils ont la responsabilité ou qui se servent dans la caisse des dons collectés pour la communauté pour eux-mêmes, donc détournement d'argent. Cela donne une image négative du christianisme qui ne cautionne pas du tout le crime, même si elle prêche le pardon, donc l'insertion après la repentance.
Le respect des valeurs devrait être un objectif à atteindre d'un côté comme de l'autre. La France n'est plus catholique, elle est laïque et dirigée par des élus et non par le clergé et la majorité des Français ne croient plus en grand chose, ni en la religion, les églises se vident, ni en la politique, abstention aux élections et doit lutter contre le terrorisme, il n'y a plus de cohésion et de moins en moins de confiance en l'état aussi (les gilets jaunes). Donc les incendies, scènes de guerre ? est-ce qu'on veut s'en débarrasser ? Dans quel but ? Il faut se poser les bonnes questions. Personne ne veut plus revenir à l'époque du Moyen Age non plus avec les bûchers où on brûlait les sorcières et où l'argent allait dans les poches du clergé selon leur rang. Et tout ça ce n'est pas l'état qui pourra régler ça. L'église doit aussi assumer son histoire et le fait qu'elle a perdu des fidèles et qu'elle a des ennemis en France aussi, peut-être encore des révolutionnaires ? du terrorisme ?etc.
Peut-être qu'on peut sauvegarder les églises au moins par la photo au cas où elle brûlerait un jour. heureusement on a aussi des documentaires et les plans des cathédrales, monuments historiques , et ces documents et documentaires filmés sont témoins de l'histoire de France et aussi témoins de l'histoire de l'église et son évolution à travers les siècles.