DONALD TRUMP À LA CEPAC (14) : BILL BARR ET LE MARÉCAGE CORROMPU DE WASHINGTON

Publié le par Jean-Patrick GRUMBERG

DONALD TRUMP À LA CEPAC (14) : BILL BARR ET LE MARÉCAGE CORROMPU DE WASHINGTON

BILL BARR

ET LE MARÉCAGE CORROMPU DE WASHINGTON

J’ai été destitué deux fois. Je n’ai pas changé. Je suis devenu pire

Mais des types comme Andy McCabe, et James Comey, et James Clapper, et vous vous souvenez des deux amoureux, Peter Strzok et Lisa Page [deux cadres du FBI qui ont enquêté contre Donald Trump et se sont échangés des SMS expliquant comment faire tomber Trump] ? Tous les autres coupables qui n’ont subi aucune conséquence, même s’ils savaient que c’était une arnaque qu’ils avaient créée. Ils ont créé un hoax [la collusion russe]. Et je dois être honnête avec vous, je n’ai jamais dit cela parce que je ne le voulais pas, mais je vais le faire : je suis très déçu que Bill Barr n’ait pas été capable de demander des comptes à qui que ce soit pour les innombrables abus de pouvoir des démocrates.

Nous n’avons pas demandé de comptes aux fonctionnaires corrompus qui ont espionné notre campagne… Souvenez-vous, j’ai dit : « Ils espionnent notre campagne ». Et dis donc, c’est comme si le tonnerre s’était déchaîné. Pas contre les auteurs du dossier bidon, ils n’ont pas été tenus responsables. Pas les femmes qui ont calomnié, menti et diffamé Brett Kavanaugh. Elles ont dit, « Brett Kavanaugh, il a eu une liaison. » Ils ne les ont pas poursuivies. Elles ont tellement menti. Ni un seul des nombreux délinquants qui ont menti au Congrès, encore et encore. Aucun des auteurs de fuites illégales, aucune des personnes responsables de la corruption de nos élections. Il n’y a pas de plus grand crime [que de ne pas poursuivre les coupables]. Barr ne voulait rien avoir à faire avec ça. Il ne voulait tout simplement pas le faire. Mais c’est peut-être compréhensible, parce qu’il est devenu un homme différent. Je l’ai toujours aimé. Mais j’ai dit, « Bill, tu dois bouger ton cul. Notre pays est attaqué. » Mais il est devenu un autre homme quand les démocrates ont vicieusement déclaré qu’ils voulaient le mettre en accusation. Ils se sont déchaînés. « Nous voulons le mettre en accusation. Nous allons mettre en accusation Bill Barr. On va le mettre en accusation. » Il est devenu différent. Je comprends ça. Je ne suis pas devenu différent. J’ai été destitué deux fois. Je n’ai pas changé. Je suis devenu pire.

Donc je suppose que je peux le comprendre.

Mais il y a juste un jour de ça, j’ai reçu une déclaration du procureur américain, très respecté, en Pennsylvanie, disant que Bill Barr ne lui a pas permis d’enquêter sur la fraude électorale. Pouvez-vous le croire ?

Maintenant, vous devez comprendre, Philadelphie est le deuxième endroit le plus corrompu de la nation… donc je comprends, ok ? Vous savez quel est le premier ? Detroit. Detroit est tellement corrompu. Philadelphie est si corrompue. Mais le procureur n’était pas autorisé à enquêter… Ça vient d’être révélé dans une lettre. Tu n’es même pas au courant de ça, Devin, n’est-ce pas ? Matt, c’est une grosse affaire. Qu’est-ce que vous en pensez ? Nous avons une lettre. Vous devrez l’obtenir de lui parce que je veux rester en dehors de ça. Demandez-là au procureur, je suis sûr qu’il sera prêt à vous la fournir, il nous l’a donnée. Il n’a pas été autorisé à faire son travail. Il était tout enthousiaste, et puis tout d’un coup, c’était comme s’il s’était éteint. D’autres aussi.

(Suite demain)

LIBERTÉ D’EXPRESSION : LA FRANCE DERRIÈRE LA RUSSIE…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un grand MERCI à Jean-Patrick Grumberg 

pour la traduction, l'adaptation et les commentaires

Avec l’aimable autorisation de Dreuz.info

Publié dans Jean-Patrick GRUMBERG

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article