L'OBSERVATOIRE DE LA CHRISTIANOPHOBIE

Publié le par Guillaume de Thieulloy

L'OBSERVATOIRE DE LA CHRISTIANOPHOBIE

SAINT-AUBIN DU CORMIER (35)

Appel à témoins après des dégradations au cimetière

Suite a des dégradations au cimetière de cette localité située à l’est de Rennes et qui figure dans tous les livres d’histoire de Bretagne (et de France), la commune lance un appel a témoins et a déposé plainte suite au bris de plusieurs plaques funéraires.

Nous avons constaté avec stupeur ce jeudi matin des dégradations autour de plusieurs tombes de la partie Sud du cimetière (fort heureusement, il n’y a ni tombeaux déplacés, ni tags). Nous condamnons fermement cet acte délibéré, probablement commis dans la nuit du 23 au 24 juin 2021.”

“N’hésitez pas à nous faire part de toute information qui pourrait contribuer à l’enquête ouverte par la gendarmerie. Le mobilier funéraire impacté, cassé ou renversé, est à disposition à l’entrée du cimetière”.

Contact : mairie@ville-staubinducormier.fr Tel : 02 99 39 10 42″.

CROIX DE CIMETIÈRES VOLÉES DANS LA MANCHE

3 cimetières touchés, le voleur arrêté

Dans la nuit du 6 au 7, puis du 8 au 9 juin, 18 croix en fonte du cimetière de Genets dans la Manche ont été volées après avoir été cassées au pied.

La gendarmerie a établi que cinq autres croix ont été volées à Sartilly le 11 juin puis trois autres à Saint Jean le Thomas le 17.

Une surveillance discrète a permis d’appréhender un individu dans le cimetière de Saint-Pierre Langers. Une perquisition a permis de découvrir six des croix volées chez lui. Le mobile était crapuleux.

CAPENDU (11)

Tags sataniques sur les murs du cimetière

La mairie de Capendu dans l’Aude, près de Carcassonne, a porté plainte après des tags satanistes et anarchistes sur une trentaine de mètres du mur d’enceinte du cimetière.

La Dépêche du Midi explique : “c’est une trentaine de mètres du mur d’enceinte du cimetière qui a été taguée à la bombe de peinture. Avec des logos anarchistes ou satanistes mal dessinés, ou encore tous types d’injures ou de vulgarités au ras de la ceinture, truffés de fautes d’orthographe“.

La mairie estime les coûts de travaux de réfection à 4000€; pour le maire, les tags ont été réalisés par de jeunes gens désoeuvrés et relèvent de la “bêtise, de l’irrespect total”.

Ce n’est pas la première fois que le cimetière est attaqué : dans la nuit du 30 au 31 mai 2017 un caveau familial y avait été forcé et ses deux cercueils exhumés. A l’époque, l’auteur de la profanation, un homme de 41 ans connu pour des délits de droit commun et qui vivait dans une caravane sans eau, avait été arrêté – il a été condamné à six mois de prison ferme.

Par ailleurs il y a un mois un escalier en colimaçon miniature a été volé sur la tombe d’un menuisier amateur, indiquait la presse locale.

COURLEON (49)

Des caméras veillent sur les portes de l'Église

Courant juin, la commune de Courléon en Anjou, aux confins de la Touraine, s’est équipée en caméras. Elles veillent sur les deux routes, ainsi que les portes de l’église et de la mairie.

La décision de s’équiper a été prise suite au “vol de tronçonneuses dans des habitations occupées au moment des vols”, explique le maire Yann Pilven.

Précision utile alors que l’exécutif régional de droite est en ballotage défavorable suite a l’union des listes de gauche, lesdits travaux ont été financés par moitié par la région des Pays de Loire, “avec le pacte régional sécurité“.

Source : le Courrier de l’ouest (23.06.21)

AIRION (60)

Un autre monument aux morts vandalisé en Picardie

Après Ramburelles dans la Somme, un autre monument aux morts a été dégradé en Picardie, cette fois à Airion dans l’Oise. Il est situé rue de l’église et a été dégradé dans la nuit du 20 au 21 juin dernier.

Source : Le Courrier Picard

MALESTROIT (56)

Des précisions sur la tentative d'incendie de l'Église

Le journal local Le Ploërmelais interviewe le sauveur de l’église Saint-Gilles de Malestroit qu’un homme – arrêté depuis – a tenté d’incendier avec des bidons d’essence le 18 juin dernier. Le jeune homme qui a sauvé l’église, Eddy Chabrun, 27 ans, travaillait dans un café à côté – il est serveur.

Je suis sorti avec ma patronne pour voir ce qui se passait et on a vu les flammes, la fumée“. Il s’empare alors d’un extincteur dans le bar et escalade l’échafaudage. “Il y avait de l’essence partout. J’ai réussi à éteindre le feu au premier étage puis au second. Ca glissait et je voyais les bidons d’essence à proximité“.

Il est ensuite relayé par les secours, qui achèvent le travail. Son geste courageux semble avoir évité à l’église – et à la commune – une catastrophe.

LÉZARDRIEUX (22)

Série de vols dans la commune, notamment au cimetière

Plusieurs familles dont les défunts sont inhumés au cimetière de Lézardrieux près de Paimpol, dans les Côtes d’Armor, sont venus se plaindre de vols d’objets et de plantes dans le cimetière entre les  14 et 15 juin; la même bande de voleurs semble s’être aussi attaquée aux décorations mises en place par la commune pour le passage du tour de France (vélos fleuris, jardinières), et a embarqué des écrous de sécurité qui assujettissaient les jeux pour enfants.

Des plaintes ont été déposées.Source : Ouest-France

MAYENNE

Après des vols dans un cimetière, il s'en prand au journal qui relate le procès

Le 9 octobre dernier, un homme de 59 ans domicilié à Aron, était jugé pour avoir dégradé 37 tombes le 14 décembre 2019 dans le cimetière de la commune; une quinzaine de victimes se sont portées parties civiles. Il a été condamné à quatre mois avec sursis, une obligation de soins et une interdiction de se rendre au cimetière.

Bien que la justice n’a reconnu “aucune notion de profanation“, sur une tombe, une croix a été cassée et le Christ volé – nous soulignons à l’époque que la justice était étrangement aveugle lorsque des croix étaient brisées dans des cimetières chrétiens, mais en revanche n’hésitait pas à reconnaître des profanations lorsque des cimetières d’autres confessions étaient attaqués. Les photos dans la presse locale étaient éloquentes – sur une tombe, un Christ a été cassé et décapité, sa tête volée.

Dix jours après le procès, l’auteur des vols et dégradations, non cité dans un article du Courrier de la Mayenne qui relate le procès, mais qui s’est reconnu, appelle par deux fois le journal, traite la journaliste de tous les noms et la menace de mort, puis rappelle et menace de mettre le feu aux locaux du journal. Ce dernier porte plainte. Jugé dernièrement, il a été relaxé des menaces de mort et condamné à deux mois avec sursis pour le reste – il est sous curatelle renforcée et d’une grande fragilité psychologique.

MALESTROIT (56)

Tentative d'incendie de l'Église Saint-Gilles, un homme arrêté

L’église Saint-Gilles de Malestroit l’a échappé belle : un homme a essayé d’incendier, ce 18 juin vers 23h30 l’église, en mettant le feu avec des bidons d’essence à l’échafaudage sur la façade nord, accessible par une ruelle. Le serveur d’un bar voisin en train de fermer, Eddy, a réagi très vite en éteignant le départ de feu avec l’extincteur du bar. Comme quoi le report du couvre-feu à 23h, et finalement son abandon, a finalement été salutaire, au moins pour une église bretonne.

La gendarmerie a arrêté par la suite un suspect, soupçonné d’être l’incendiaire présumé, et déjà défavorablement connu de la police. Aucun lien avec la rave-party de Redon, dont les organisateurs sont réputés proches de l’extrême-gauche, n’est établi à ce stade de l’affaire.

Aucun dégât n’est à signaler sur l’église, et la mairie va s’atteler à la nécessaire sécurisation des accès à l’échafaudage en vue de la saison estivale.

MAIS AUSSI :

Amérique du Nord

Fairbanks (Alaska) : une série d’incendies dans une communauté baptiste

Publié dans CHRISTIANOPHOBIE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article