DONALD TRUMP À LA CEPAC (20) : REFUS DES TRIBUNAUX ET DE LA COUR SUPRÊME D'EXAMINER LA FRAUDE ÉLECTORALE

Publié le par Jean-Patrick GRUMBERG

DONALD TRUMP À LA CEPAC (20) : REFUS DES TRIBUNAUX ET DE LA COUR SUPRÊME  D'EXAMINER LA FRAUDE ÉLECTORALE

REFUS DES TRIBUNAUX ET DE LA COUR SUPRÊME

D'EXAMINER LA FRAUDE ÉLECTORALE

Nous avons eu [un dépôt de plainte devant la Cour suprême] par ce monsieur, juste là, du grand Etat du Texas, nous avions presque 20 États. Et nous avons pensé que nous avions un bon dossier.

Vous savez, je voulais déposer plainte personnellement, mais ils ont dit, « Monsieur, vous êtes le président. Vous n’avez pas la qualité pour agir. »

– J’ai dit, « Dans quel genre de système on est ? Attendez une minute. Je suis le président. »

– Ils ont dit : « Ceux qui ont qualité pour agir, ce sont les États. Et si vous pouvez en avoir un, deux ou trois… »

Ils en ont obtenu près de 20. Et les juges n’ont jamais regardé l’affaire...

Mais nous avons des affaires en cours en ce moment où je pense que vous avez des juges patriotes. Nous verrons.

En d’autres termes, ce qui s’est passé, ce sont des choses vicieuses. Regardez la déclaration de [Chuck] Schumer quand il était sur les marches de la Cour suprême.

Au Congrès, si vous êtes un type comme Adam Schiff, vous pouvez mentir, mentir et mentir. Vous ne pouvez rien faire contre lui, il a l’immunité. Mais une fois que vous sortez de ce bâtiment… Schumer a dit des choses horribles. Il a fait des menaces de type mafieuses aux juges. Rien ne s’est passé.

C’est ce qui se passe avec notre Cour suprême. Ils ne veulent pas risquer qu’elle soit bourrée de juges. On ne veut pas avoir 24 juges [à la Cour suprême].

– Vous savez, ils ont dit 13.

– J’ai dit : « les démocrates sont trop malins pour 13. C’est un chiffre qui porte malheur. Pourquoi en auraient-ils 13 ? Alors ils en feront 15, mais probablement 23, ou 21, ou 19 ».

Si les juges [à la Cour suprême] avaient regardé l’affaire [de la fraude], nous aurions gagné cette affaire, à mon avis. Et elle n’aurait jamais été bourrée de juges parce qu’il y aurait eu un beau veto venant du bureau ovale. J’y aurais opposé mon veto parce que c’est une chose terrible. Mais les démocrates sont vicieux envers la Cour suprême et envers Kavanaugh.

(Suite demain)

LIBERTÉ D’EXPRESSION : LA FRANCE DERRIÈRE LA RUSSIE…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un grand MERCI à Jean-Patrick Grumberg 

pour la traduction, l'adaptation et les commentaires

Avec l’aimable autorisation de Dreuz.info

Publié dans Jean-Patrick GRUMBERG

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article