CINQ SEMAINES EN JASON D’ATHÈNES À TOULON (8)

Publié le par Gildas Le Breton

CINQ SEMAINES EN JASON D’ATHÈNES À TOULON (8)

Lundi 19/07/21 J8

Réveil en fanfare à 07h, il faut déménager et vite. La barge qui fait les travaux de renforcement du brise-lame du port doit venir le long du quai où nous sommes pour charger des pierres. Déjà des voiliers sont partis très tôt. Heureusement une place est libre sur un autre quai, Ed manœuvre rapidement pour occuper la place…

Nous avons le temps d'aller en ville déposer notre linge à laver (travail fait dans la matinée par une jeune femme parlant français, après avoir travaillé 8 ans à Courchevel, (la laverie est face au 11 dans la rue principale) puis d'aller visiter la vieille ville confinée dans un mur d'enceinte : des vieilles pierres, en partie ruinées, des hôtels (de luxe ?), des restaurants et des boutiques à souvenir…

Des ruines mais aussi de belles restaurations, dommage que les églises soient inaccessibles. Les popes doivent être payés par l'État, les fidèles encore nombreux, l'obole des touristes n'est pas nécessaire, leurs incivilités les laissent à la porte. Il n’y a pas beaucoup de monde, nous pouvons facilement marcher dans les rues étroites.

CINQ SEMAINES EN JASON D’ATHÈNES À TOULON (8)

Des porte-faix poussent des brouettes surchargées à travers les rues mal pavées, ici aussi comme à Hydra, et dans les escaliers. Pas d'âne, juste des hommes qui poussent des brouettes en pleine chaleur. Des brouettes de bouteilles d'eau (jusqu'à 135kg de charge), des bagages, des poubelles. Tout est transporté par brouette ou à la main. Des hommes au visage tendu par l'effort, les yeux exorbités, je pensais que cette exploitation n’existait plus dans l’Union Européenne…

Monemvasia est à la porte du terroir du Malvoisie, vin si connu au Moyen-Âge qu’il a été copié partout en Europe de l’Ouest !

Courses dans une supérette sur la route de Sparte qui est à 90km d'ici. Ils livrent sur le bateau. Quincaillerie bien achalandée à côté de la supérette : continuer un peu plus loin sur la route de Sparte et prendre la première rue à droite, le magasin est un peu plus bas dans un immeuble moderne. Rencontre avec un pêcheur dont la femme est de Besançon ! Et lui parle également français. Leur bateau est le ΑΓ ΝΙΚΟΛΑΣ, amarré au quai le long de la digue.

Il y a également une communauté belge établie ici qui semble bien organisée. Malheureusement je n’ai pas pu avoir de coordonnées.

(A suivre).

sport voiliers vacances etoileb-002    Gildas Le Breton 

Publié dans GILDAS LE BRETON

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article