« JE SUIS CANDIDATE A LA PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE POUR RESTAURER LA FIERTÉ FRANÇAISE ».Valérie Pécresse (2/3)

Publié le par Marion Mourque & Valérie Pécresse

« JE SUIS CANDIDATE A LA PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE POUR RESTAURER LA FIERTÉ FRANÇAISE ».Valérie Pécresse (2/3)

Les Français s’inquiètent d’une insécurité croissante. Comment y répondre ?

En matière de sécurité, le « en même temps » est une impasse. La priorité numéro un, c’est notre justice à qui on doit donner, enfin, les moyens de défendre les victimes, avec une culture du résultat : comparution immédiate systématique pour les flagrants délits, jugements rendus - appels compris - en moins de 6 mois pour toutes les violences et délits du quotidien, peines exécutées dans les 3 mois, des travaux d’intérêt général aux peines de prison. La bonne justice est une justice rapide.

Mais cela fait dix ans qu’on nous promet 15.000 places de prison. On ne va pas les construire en quelques jours… Comment fait-on alors pour mettre hors d’état de nuire les délinquants ?

Il faut accepter de différencier les prisons selon la dangerosité des détenus. Nous pourrions installer rapidement des centres fermés dans des bâtiments existants ou modulaires pour les primo condamnés non violents pour les priver de liberté. Cela comblerait en partie le manque de places de prison et cela éviterait le retour dans leurs quartiers des condamnés sous bracelet électronique, qui est vécu comme une provocation par les victimes. Un pays sans sanctions dissuasives, c’est un État de droit bafoué.

Éric Dupond-Moretti a obtenu une augmentation de 8% du budget de la Justice. Vous dites qu’il faut aller plus loin. Mais avec quel argent ?

Nous sommes en dessous de la moyenne européenne pour le budget de la sécurité et de la justice alors qu’on est le pays champion du monde des impôts. Augmenter le nombre de juges, doubler le nombre de greffiers, accroître le nombre de places de prison, cela a un coût. Je veux remettre de l’ordre dans les dépenses publiques, faire la chasse à tous les gaspillages. Cela n’a pas été fait depuis Nicolas Sarkozy ! Je l’ai fait à la région en supprimant chaque dépense inutile.

La question de l’immigration s’installe au cœur des débats pour 2022. Xavier Bertrand veut mettre «un terme à l’immigration clandestine», Michel Barnier propose «un moratoire» sur l’immigration. Que proposez-vous ?

Il faut stopper l’immigration actuelle. Tous les dispositifs d’entrée en France sont détournés. Je propose que les demandes d’asile soient déposées obligatoirement dans nos ambassades ou à la frontière et de généraliser la procédure d’asile accélérée qui existe par exemple à Roissy. Au bout de deux mois, si le demandeur d’asile est débouté, il repart, il ne rentre pas dans notre pays.

Les mineurs isolés sont en train de devenir une autre forme d’immigration clandestine. Comment y faire face ?

Il faut systématiser les tests osseux puisqu’une grande majorité de ces «mineurs» ne l’est pas. Pour tous ceux qui refuseraient, il y aura une présomption de majorité, et comme tous les clandestins, ils seront renvoyés chez eux.

Qu’en est-il des étudiants qui voudraient étudier en France ? Parfois, venant via la voie du regroupement familial.

Il faut instaurer un test national de langue et de niveau pour éviter les faux étudiants. Quant au regroupement familial, il doit être conditionné à des ressources vraiment suffisantes pour faire vivre sa famille. Il faut exiger la maîtrise du français et le respect des valeurs de la République. Si je suis aussi ferme sur l’immigration, c’est que je veux réussir l’intégration. La République façon puzzle, ça suffit ! C’est à ceux que nous accueillons de respecter nos lois. J’ai mis en place la première charte de la laïcité en France, qui fait référence: pas un euro d’argent public versé aux ennemis de la République.

La société française a-t-elle atteint «le seuil de tolérance», selon le terme utilisé par François Mitterrand: avec l’idée qu’au-delà d’un certain seuil, l’immigration affecte la cohésion de la société d’accueil.

L’immigration incontrôlée sans intégration peut disloquer une société. Instaurons des quotas votés chaque année par le Parlement. Pour réussir l’intégration, je me suis inspirée du plan danois : pour éviter les ghettos et permettre la mixité sociale, il faut interdire plus de 30% de logements très sociaux dans un quartier. C’est comme ça qu’on peut transmettre nos modes de vie et nos valeurs, combattre le séparatisme et faire fonctionner l’ascenseur social. Et faire tout simplement aimer la France !

(suite demain) 

Par Marion Mourgue. Lire l'interview sur Le Figaro

« JE SUIS CANDIDATE A LA PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE POUR RESTAURER LA FIERTÉ FRANÇAISE ».Valérie Pécresse (1/5)

https://www.soyonslibres.fr/

« JE SUIS CANDIDATE A LA PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE POUR RESTAURER LA FIERTÉ FRANÇAISE ».Valérie Pécresse (2/3)

Publié dans PRÉSIDENTIELLE 2022

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Concernant l'immigration madame, vous sortez des clous européens !!! vous voulez sortir de l'Europe donc ???
Répondre