UN ÉTOURDI INCURABLE... (14) : LA MOUSTACHE DE MON PÈRE

Publié le par Jean-Patrick GRUMBERG

UN ÉTOURDI INCURABLE... (14) : LA MOUSTACHE DE MON PÈRE

LA MOUSTACHE DE MON PÈRE

Je suis en train de me raser – je porte une barbe de trois jours que je taille avec une tondeuse électrique – et pourquoi, je ne sais pas, je repense en rigolant à ce jour où mon père est rentré à la maison sans sa moustache.

Mon père portait une moustache comme Brassens, mais très grosse. Elle était si proéminente que c’était devenu son surnom. Tout le monde l’appelait « Moustache ».

Un jour, je dois avoir 11 ou 12 ans, mon père arrive à la maison, et gros choc : il n’a plus de moustache. Son visage n’était plus le même. Sans sa moustache, il ne ressemblait presque plus à mon père. Il m’expliqua qu’en se rasant, il fit un geste malheureux, et coupa une partie de sa moustache, l’obligeant à la raser complètement.

Et pendant que ma mémoire revient sur ce jour-là, je réalise soudain que je viens de me raser la moitié du crâne avec la tondeuse à barbe…

UN ÉTOURDI INCURABLE... (2)  : LE COCKTAIL

© Jean-Patrick GRUMBERG 

avec l’aimable autorisation de Dreuz.info

Jean Patrick Grumberg est journaliste.

Dans les années 70, il a travaillé sous la direction de Georges Wolinski à Charlie mensuel, puis a été chef d'entreprise, lobbyiste.

Il est contributeur au site de Pamela Geller, Dreuz.info, et d'autres médias anglophones et francophones comme Cnews.

Publié dans Jean-Patrick GRUMBERG

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article