COMME ILS SE VOIENT, COMME ILS VOTERONT. CITOYENS FRANÇAIS, MA RÉFLEXION DU JOUR

Publié le par Jean-Patrick GRUMBERG

COMME ILS SE VOIENT, COMME ILS VOTERONT. CITOYENS FRANÇAIS, MA RÉFLEXION DU JOUR

Il y a 20 ans, j’entendais souvent une anecdote, à moitié vraie à moitié caricaturale, sur la France et les Français.

On racontait, sur un ton humoristique : « les Français, ils se prennent pour le centre du monde, mais les Américains, ils pensent qu’ils sont le monde ». A l’époque, alors que beaucoup d’Américains accrochaient fièrement et en permanence leur drapeau national sur le fronton de leur maison, beaucoup de Français cachaient le leur. Ils ne s’imaginaient certainement pas sortir le drapeau tricolore en dehors des fêtes nationales.

Tout cela a changé, de ce côté de l’Atlantique du moins.

Des écoles – rares certes – ont interdit de sortir le drapeau américain, car il incarnerait « la suprématie blanche » qui serait la racine empoisonnée qui a créé l’Amérique haïe, car raciste (ils oublient avoir envoyé deux fois un noir à la Maison-Blanche). Les Américains qui affichent leur drapeau étoilé sont désormais plus souvent associés dans l’inconscient collectif avec le camp de droite.

  • Si vous mettez un drapeau à la fenêtre, il y a de fortes chances que vous vous intéressiez plus au sort de votre famille, aux intérêts de vos concitoyens, de votre ville et de votre pays, qu’à celui des « réfugiés » économiques à qui il faut d’urgence, de toute urgence oui, ouvrir les bras et votre portefeuille, pour leur offrir une vie digne et honorable, en se poussant pour leur faire de la place. Car ils sont des dizaines de millions, des centaines de millions de demandeurs qui déjà montent sur des bateaux ou franchissent vos frontières par des chemins de contrebande.

Les Américains sont désormais descendus d’un cran dans leur vision du monde, à force de poussée progressiste destinée à leur faire détester leur pays dont ils sont si fiers. Ils ne se voient plus comme LE monde. Mais ils sont toujours hostiles à l’immigration illégale – sauf les médias, qui pour le coup sont en phase avec les extrémistes.

  • Et les Français aujourd’hui ? Eric Zemmour, cette semaine, est repassé devant Marine Le Pen dans les sondages. Si les élections se produisaient aujourd’hui, il est le second personnage de l’Etat. Il irait jusqu’au second tour avec sa politique anti-immigration sauvage, recentrée sur la France. Jusqu’au second tour seulement…

Comment les Français se voient-ils aujourd’hui sur la scène mondiale ? Toujours au centre du monde ? Se sentent-ils connectés aux événements géopolitiques qui les entourent ? Voient-ils qu’ils sont affectés par ce qui se passe en Amérique ? Que certaines décisions du président américain ont un effet immédiat sur ce qui se passe dans leur vie ? Comprennent-ils l’influence de la Chine et des pays asiatiques sur leur quotidien ?

Pensent-ils que la France est toujours le centre du monde, un pays au second plan et parmi d’autres, un pays perdu qu’ils aiment ?

Cela influe sur leur vision de l’immigration africaine – car ils la voient bien cette immigration. La violence et le grand remplacement, la violence du grand remplacement. Mais ils ne font rien. Ils culpabilisent, leur trouvent des excuses, à ces millions d’Arabes, et ne se sentent plus tout à fait légitimes – ce serait trop arrogant.

Les quartiers d’où ils doivent déménager, d’où ils ont déménagé. Les gens qu’ils ne doivent pas froisser, les regards qu’ils ne doivent pas croiser, les jeunes qu’ils ne doivent pas affronter, les agressions qu’on appelle incivilités. Rien de tout cela ne suffit à les émouvoir ? A les réveiller ?

Eric Zemmour est très loin derrière Macron dans les sondages. Macron est stable. Oui je sais, vous ne croyez pas les sondages sur Macron, mais les mêmes sondages, des mêmes sondeurs, avec les mêmes méthodes, montraient que les deux précédents présidents chutaient fortement, à la même période de fin de premier mandat…

Qui peut dire : « je sais ce que pensent les Français ? », à part celui qui remporte leur suffrage.

UN ÉTOURDI INCURABLE... (2)  : LE COCKTAIL

© Jean-Patrick GRUMBERG 

avec l’aimable autorisation de Dreuz.info

Jean Patrick Grumberg est journaliste.

Dans les années 70, il a travaillé sous la direction de Georges Wolinski à Charlie mensuel, puis a été chef d'entreprise, lobbyiste.

Il est contributeur au site de Pamela Geller, Dreuz.info, et d'autres médias anglophones et francophones comme Cnews.

Publié dans Jean-Patrick GRUMBERG

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article