TROIS ANS PLUS TARD LE GOUVERNEMENT FRANÇAIS BATAILLE POUR CONTENIR LES MANIFESTATIONS DES GILETS JAUNES

Publié le par Colin Randall

TROIS ANS PLUS TARD LE GOUVERNEMENT FRANÇAIS BATAILLE POUR CONTENIR LES MANIFESTATIONS DES GILETS JAUNES

Troisième anniversaire des manifestations des gilets jaunes et la France est toujours sur le fil du rasoir. Voici un regard des médias menteurs sur le soulèvement populaire des Gilets jaunes en France d’hier (2018) à aujourd’hui (2021).

Pour Emmanuel Macron, le troisième anniversaire des manifestations des Gilets jaunes est un rappel de la division nationale à propos de l’économie et la preuve que sa présidence peut surmonter un affrontement capable de paralyser le pays. (sic)

Le début du mouvement des gilets jaunes en 2018 a été déclenché par la colère populaire face à la flambée des prix de l’énergie.

Ces conditions sont réapparues ces dernières semaines (2021) et la présidence est soucieuse d’éviter une nouvelle révolte de masse avant le début de la campagne potentiellement difficile du président français pour sa réélection au printemps prochain.

Macron a agi rapidement pour étouffer de nouvelles manifestations dans l’œuf, promettant un édulcorant de 100€ (113$) à six millions de personnes dans les groupes à faible revenu pour compenser la hausse du prix de l’essence. Lors des dernières manifestations des gilets jaunes – du nom des gilets jaune fluo que les automobilistes français sont légalement tenus de garder dans leur voiture – la somme a été rejetée comme dérisoire.

TROIS ANS PLUS TARD LE GOUVERNEMENT FRANÇAIS BATAILLE POUR CONTENIR LES MANIFESTATIONS DES GILETS JAUNES

Reste à savoir s’il y a un appétit chez les Français désabusés pour une action directe à l’échelle des protestations originelles (2018). Jusqu’à présent, les manifestations ont été discrètes, contrairement à celles d’il y a trois ans.

Ce qui a commencé alors comme une réponse spontanée à une proposition de «taxe verte» sur le carburant s’est rapidement renforcé, soutenu par les médias sociaux. Au fur et à mesure que la rébellion grandissait, elle a conduit aux troubles de rue les plus graves en France depuis le printemps parisien de mai 1968.

Sans véritable leadership, structure ou politique cohérente, les gilets jaunes semblaient des cibles faciles à ridiculiser. Mais la nature spontanée et non alignée du mouvement en est venue à être considérée comme une force.

TROIS ANS PLUS TARD LE GOUVERNEMENT FRANÇAIS BATAILLE POUR CONTENIR LES MANIFESTATIONS DES GILETS JAUNES

Comment les manifestations tumultueuses ont grandi ?

Une manifestation contre la taxe sur les carburants des conducteurs français a fait appel à un sentiment antigouvernemental plus large.

Contrairement aux précédentes manifestations françaises, il n’y avait aucun syndicat ou mouvement organisé impliqué.

Les manifestants ont répondu aux pétitions en ligne et ont inondé les places publiques et les rondpoints pour bloquer la circulation et l’économie.

À son apogée, il y avait plus de 300.000 manifestants dans les rues pour soutenir les Gilets jaunes… Nommés d’après les vestes haute visibilité que les conducteurs doivent garder dans les voitures. Les affrontements sont rapidement devenus violents alors que des milliers de personnes se sont battues contre la police.  On estime que deux douzaines de personnes ont perdu les yeux et de nombreuses autres ont été admises à l’hôpital.

TROIS ANS PLUS TARD LE GOUVERNEMENT FRANÇAIS BATAILLE POUR CONTENIR LES MANIFESTATIONS DES GILETS JAUNES

Dès le premier acte, comme s’appelait chaque samedi de protestation, en novembre 2018, des nombres considérables ont été tirés semaine après semaine dans les rues de Paris et d’autres villes ou pour bloquer les autoroutes, les raffineries et les entrées d’autres commerces. Un jour, au début des manifestations, on estime que jusqu’à 1 300 000 personnes se sont rassemblées ou ont participé à des milliers de barrages routiers dans tout le pays.

D’origine essentiellement rurale, avec un soutien marqué de l’extrême droite, ils ont attiré des sympathisants d’extrême gauche et de nombreux travailleurs ordinaires et de la petite bourgeoisie, ainsi que des agitateurs violents comme les Black Blocs.

La réponse intransigeante et violente de la police a suscité une inquiétude internationale, mais les responsables et les syndicats de police soulignent que plus de 1.000 policiers ont été blessés, dont beaucoup grièvement.(sic)

Alors que les policiers de la base luttaient pour faire face à l’ampleur et à l’intensité des manifestations, Frédéric Lagache, secrétaire général du syndicat de la police Alliance, a décrit leur exaspération d’avoir été transformés en boucs émissaires. « Nous avons été mobilisés pendant 20 week-ends d’affilée, sans repos, 20 week-ends d’affilée qui nous ont été critiqués. On en a marre ».

Au cours de la première année complète de manifestations, plus de 10.000 arrestations ont été effectuées, entraînant 3.100 condamnations et 400 peines de prison. Entre 10 et 13 décès ont été signalés lors de manifestations, à proximité ou à la suite de manifestations, et parmi des milliers de blessés, 24 cas de manifestants ont perdu un œil après avoir été touchés par des balles en caoutchouc tirées par la police.

Malgré la fréquence avec laquelle les manifestations pacifiques ont dégénéré en violences collectives et en attaques contre les biens, des petites entreprises aux bâtiments gouvernementaux, le mouvement a toujours reçu un soutien public élevé dans les sondages d’opinion.

Même parmi ceux qui n’y ont pas participé et qui désapprouvaient la violence, il y avait une certaine compréhension des éléments militants. « On ne peut pas faire une omelette sans casser des œufs », est un commentaire souvent entendu – et pas seulement sur les lèvres des gilets jaunes engagés.

TROIS ANS PLUS TARD LE GOUVERNEMENT FRANÇAIS BATAILLE POUR CONTENIR LES MANIFESTATIONS DES GILETS JAUNES

Les malheurs de Macron

Des manifestants regardent la télévision dans une tente à Montabon, près du Mans, en décembre 2018, alors que le président français Emmanuel Macron prononce un discours. Photo AFP.

Les cotes d’approbation de M. Macron ont chuté – elles se sont considérablement améliorées depuis (sic) – et les slogans « Macron dégage » sont devenus un spectacle familier lors des rassemblements. Les manifestations ont attiré l’indignation de nombreux électeurs non engagés.

Les manifestations et les perturbations qu’elles ont provoquées ont secoué le président et ses ministres. Parmi les concessions qu’ils ont offertes, le plan de taxe sur les carburants a été suspendu et des améliorations mineures ont été apportées à certains avantages. M. Macron a prononcé un discours télévisé en décembre 2018, dans l’espoir d’apaiser les manifestants.

TROIS ANS PLUS TARD LE GOUVERNEMENT FRANÇAIS BATAILLE POUR CONTENIR LES MANIFESTATIONS DES GILETS JAUNES

Mais à ce moment-là, bien qu’essentiellement sans chef, les gilets jaunes avaient élargi leurs revendications. Ils recherchaient notamment des «référendums citoyens» sur des sujets variés. Leurs critiques ont souligné la division et l’incertitude créées, par exemple, par le référendum britannique sur le Brexit, tandis que les partisans ont rétorqué que d’autres pays avaient organisé avec succès des sondages similaires sur une seule question.

Alors que des scènes des manifestations circulaient dans le monde entier, des manifestants d’au moins 25 autres pays ont adopté des gilets jaunes. Leurs motivations allaient du soutien intransigeant au Brexit en Grande-Bretagne et aux causes d’extrême droite au Canada et en Australie (sic) aux appels à de plus grandes opportunités d’emploi et à de meilleurs services publics en Irak par exemple.

Les manifestations hebdomadaires se sont poursuivies jusqu’à la fin de 2019 avant que le nombre ne commence à diminuer. Certains commentateurs ont estimé que le président avait pris le vent dans les voiles des manifestants avec les concessions accordées et un aveu d’erreurs dans la gestion de la crise ; d’autres ont déclaré que la voix de la rue était progressivement dépassée par la rigueur d’une réponse policière et judiciaire impulsée par son gouvernement.

Pandémie de covid-19

Lorsque la pandémie de coronavirus a conduit à l’imposition du premier verrouillage (confinement) français en mars de l’année dernière, le mouvement s’est effectivement arrêté. La question est maintenant de savoir si les tentatives de rallier à nouveau les manifestants sur les questions de budget des ménages confondront la théorie selon laquelle les gilets jaunes sont, pour l’instant du moins, une force épuisée.

En retraçant l’histoire du mouvement, The National s’est adressé à des militants, sympathisants de fauteuil, opposants, politiciens, auteurs et analystes. Beaucoup pensaient que les rangs des manifestants étaient devenus trop réduits pour avoir un impact sérieux, malgré une présence de gilets jaunes lors de manifestations relativement impopulaires contre l’application des passeports Covid-19 et la vaccination obligatoire pour les travailleurs clés, y compris les professionnels de la santé.

TROIS ANS PLUS TARD LE GOUVERNEMENT FRANÇAIS BATAILLE POUR CONTENIR LES MANIFESTATIONS DES GILETS JAUNES

D’autres organisateurs s’accrochent à l’espoir d’une renaissance. Khider Mesloub, qui a participé aux manifestations et a co-écrit un livre sur les gilets jaunes, affirme qu’un affaiblissement du pouvoir d’achat et des produits essentiels plus chers pourraient déclencher une « saison deux » des Gilets jaunes. Il spécule que le soulèvement  pourrait se propager au-delà de la France.

Le livre de Khider Mesloub :  AUTOPSIE DU MOUVEMENT DES GILETS JAUNES – AUTOPSY OF YELLOW VESTS – les 7 du quebec   https://les7duquebec.net/archives/253109

Il n’y a pas grand-risque à suggérer que cela soit probable. Les services de renseignement policiers à la recherche de signes d’un rebond significatif du mouvement, tels que des ronds-points bloqués, n’ont détecté qu’une résurgence inégale. Alors que des manifestations ont été organisées dans plusieurs villes, les taux de participation sont décrits comme «timides» ou «faibles».

Mais dans un pays instable avec une longue histoire de politique de rue bruyante, il est reconnu qu’un seul faux mouvement du gouvernement ou de la police pourrait tout changer. Le diffuseur Europe 1 a fait état d’une étude confidentielle selon laquelle les conditions de la révolte sont réunies. « Une mesure mal comprise, un développement ou une polémique pourraient allumer la poudre à canon », a-t-il déclaré.

Colin Randall 

https://www.thenationalnews.com/uae/

Traduction : TROIS ANS PLUS TARD LE GOUVERNEMENT FRANÇAIS BATAILLE POUR CONTENIR LES MANIFESTATIONS DES GILETS JAUNES

Source :  https://www.thenationalnews.com/world/europe/2021/11/17/france-struggles-to-contain-efforts-to-revive-the-yellow-vest-protests/

TROIS ANS PLUS TARD LE GOUVERNEMENT FRANÇAIS BATAILLE POUR CONTENIR LES MANIFESTATIONS DES GILETS JAUNES

Publié dans LES 7 DU QUÉBEC

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article