PROPAGANDE : SI VOUS REGARDEZ LA TÉLÉVISION UKRAINIENNE, LES TROUPES D’UKRAINE AVANCENT DÉJA SUR MOSCOU

Publié le par Jean-Patrick GRUMBERG

PROPAGANDE : SI VOUS REGARDEZ LA TÉLÉVISION UKRAINIENNE, LES TROUPES D’UKRAINE AVANCENT DÉJA SUR MOSCOU

« L’Ukraine est impliquée dans une propagande assez classique », a déclaré Laura Edelson, une informaticienne qui étudie la désinformation à l’université de New York.

Les anecdotes détaillant la bravoure ukrainienne ou la brutalité russe sont cruciales pour le plan de guerre du pays, et elles font partie de la doctrine de guerre établie par les communicants ukrainiens pour gagner les cœurs et les esprits des citoyens et des observateurs internationaux.

C’est particulièrement important dans ce conflit, où les Ukrainiens tentent de maintenir le moral des combattants et le soutien mondial à leur cause.

« Si l’Ukraine n’avait aucun message sur la justesse de sa cause, la popularité de sa cause, la valeur de ses héros, la souffrance de sa population, elle perdrait », a déclaré Peter W. Singer, un stratège gauchiste qui a travaillé pour Barack Obama. « Pas seulement la guerre de l’information, mais elle perdrait la guerre dans son ensemble ».

J’aime cette observation. Bien qu’elle vienne d’un Démocrate, d’un Obamalâtre, le double sens est intéressant : au premier regard, on pourrait sous-entendre que l’Ukraine s’est fabriquée de toutes pièces un narratif de victime héroïque et combative contre le terrible envahisseur, et en approfondissant la situation, le narratif est bien conforme à la réalité : toute la complexité de cette guerre où les zones grises sont voisines du tout blanc et du tout noir, ici résumée.

Rien n’efface le drame, les morts et les millions de réfugiés, et rien n’excuse la totale responsabilité du sociopathe Poutine, qui a déclenché cette guerre de conquête. Rien. Ceci dit, allons au-delà, localement.

Poutine, et personne d’autre, n’a déclenché ce conflit majeur sur le vieux continent.

Ceci étant établi, incontestable et incontesté (voir mes derniers articles), je veux évoquer d’un mot les patriotes français et une partie des patriotes américains : ce sont souvent eux, qui accusent Zelensky d’envenimer le conflit, et voudraient qu’il dépose les armes et négocie. A bien y réfléchir, n’est-ce pas intéressant ? Des patriotes qui contestent la légitimité du président ukrainien à défendre sa patrie.

Revenons à la propagande de l’Ukraine

1.Cette semaine, les malheureux téléspectateurs ukrainiens ont été franchement trompés. La télé leur annonce 105 avions russes abattus, 15.000 occupants tués, des centaines de chars de l’agresseur incendiés, des contre-offensives et un encerclement…

Ceux qui ont regardé devaient avoir le sentiment que les forces armées de l’Ukraine sont déjà dans la région de Moscou ! Ou que les chars Abrams sont sur la Place Rouge. Et pendant ce temps, un couvre-feu est imposé à Kiev et les sirènes des alertes aériennes retentissent non-stop à Kharkiv.

il n’y a pas de télévision ukrainienne dans les territoires occupés par les troupes russes. Cela ne signifie pas que la population est descendue dans la rue pour accueillir les « libérateurs » avec des gâteaux et des fleurs.

  • Tout d’abord, il n’ont plus rien pour faire des gâteaux. La situation humanitaire est catastrophique.
  • Deuxièmement, c’est pas la saison des fleurs.
  • Et troisièmement, n’écoutez pas la propagande : « la plupart des Ukrainiens », me disent mes amis Ukrainiens (dont la famille se trouve au Kazakstan, m’ont-ils précisé) « ne se soucient pas trop du type de pouvoir qui viendra – pourvu qu’il n’y ait pas de guerre, qu’ils aient la lumière, le chauffage, l’eau et leur sirop préféré. »

2.Les Russes ont bombardé un centre commercial à Kiev – 8 morts. Dimanche 20 mars, les troupes russes ont frappé le centre commercial Retroville, qui a pris feu, dans le district de Podolsky à Kiev. Le 21 mars au matin, on comptait 8 morts. Cependant, ce récit n’est pas fidèle à la réalité. Les Russes ont déclaré que l’armée ukrainienne y stockait des missiles. A ce moment, qui disait vrai ?

PROPAGANDE : SI VOUS REGARDEZ LA TÉLÉVISION UKRAINIENNE, LES TROUPES D’UKRAINE AVANCENT DÉJA SUR MOSCOU

Généralement, le mensonge prend l’ascenseur, et la vérité l’escalier. Mais là, ce fut l’inverse : Peu après, un Ukrainien était arrêté. Il avait posté une vidéo sur TikTok qui montrait des véhicules militaires stationnés près du centre commercial bombardé par les Russes. Il avait, volontairement ou pas, révélé que le bâtiment servait à l’armée.

PROPAGANDE : SI VOUS REGARDEZ LA TÉLÉVISION UKRAINIENNE, LES TROUPES D’UKRAINE AVANCENT DÉJA SUR MOSCOU

« Un TikToker a récemment posté sur Internet des informations sur l’emplacement des militaires ukrainiens à Kiev », a déclaré le Service de sécurité d’Ukraine.

« Plus tard, le centre commercial, où se trouvaient nos défenseurs, a été soumis à une puissante frappe de missiles par les occupants russes. Sciemment ou non, cet homme a travaillé comme collaborateur pour l’ennemi – une enquête sera établie. »

Dans une vidéo publiée par le Service de sécurité ukrainien, l’homme est identifié comme s’appelant Artemev Pavel Alexandrevich, et il a dit qu’il habitait Kiev. Il a déclaré avoir posté un TikTok montrant le mouvement d’équipements militaires ukrainiens près du centre commercial, et il a exhorté les gens à « ne pas mettre de choses sur TikTok. » On ne sait pas exactement quand Alexandrevitch a posté le TikTok.

Si vous lisez la presse, vous lirez probablement que la Russie a bombardé un centre commercial à Kiev.

3.La stratégie de propagande de l’Ukraine lui a valu les éloges d’un commandant de l’OTAN qui a déclaré au Washington Post : « Ils sont vraiment excellents en matière de stratcom [stratégie de communication] – médias, opérations d’information, et aussi opérations psychologiques ». Et le Post a ajouté : « les responsables occidentaux affirment que, même s’ils ne peuvent pas vérifier de manière indépendante la plupart des informations diffusées par Kiev sur l’évolution de la situation sur le champ de bataille, y compris les chiffres des pertes pour les deux camps, elles représentent néanmoins une stratcom très efficace. »

Le ministère ukrainien des Affaires étrangères a distribué un dossier (supprimé mais visible dans les archives du Net) contenant des documents donnant des instructions aux agences de relations publiques sur les « messages clés », les « messages d’intérêt public » et les « messages d’intérêt général » à diffuser. Le dossier est dirigé par Yaroslav Turbil, « responsable de Ukraine.ua – l’écosystème numérique ukrainien pour les communications mondiales ».

Parmi les sujets de propagande distribués dans le dossier, on retrouve une vidéo de l’incident de l’île des Serpents, qui s’est rapidement avéré faux.

4.L’incident de l’île des Serpents. Le premier jour de l’invasion russe, le 24 février, 13 gardes-frontières ukrainiens stationnés sur une petite île auraient été tués après avoir dit à un navire de guerre russe qui s’approchait et qui les avait exhortés à se rendre d'« aller se faire foutre ».

Le président Volodymyr Zelensky a rapidement tenu une conférence de presse annonçant qu’il allait décerner aux hommes la médaille de héros de l’Ukraine et qu’un timbre-poste leur serait dédié, rapportait le New York Times, tandis que les médias grand public occidentaux diffusaient largement l’histoire, enregistrements audio à l’appui.

Cependant, les soldats morts ont rapidement été retrouvés vivants et en bonne santé, prouvant que leur attitude héroïque n’était qu’une farce.

Les médias d’État russes ont indiqué que 82 personnes en tout, dont les soldats de l’île des Serpents, étaient détenues par la Russie. Ils ont publié des photos des soldats, qui, selon eux, ont été emmenés à Sébastopol, en Crimée. La marine ukrainienne a déclaré en retour dans un message publié le 28 février sur Facebook que les autres personnes capturées faisaient partie d’un navire civil envoyé pour aider après l’attaque.

Un média d’État russe a qualifié toute l’affaire d’une capitulation. Mais la Russie a utilisé des pirates informatiques et de faux comptes sur les médias sociaux pour dépeindre les soldats ukrainiens comme faibles et se rendant. Et la vidéo TikTok partagée le 27 février sur Facebook, qui affirme que les soldats se sont volontairement rendus à la Russie, provient du compte de RT News.

L’Ukraine a ensuite corrigé son message, et dénoncé les efforts de la Russie pour présenter l’incident comme une reddition. Mais c’était une reddition !

5. Le Fantôme de Kiev. Quelques jours seulement après l’invasion russe de l’Ukraine, un as a apparemment abattu à lui seul plusieurs avions de chasse russes. L’histoire a été partagée par le compte Twitter officiel de l’Ukraine dans un montage vidéo passionnant, accompagné d’une musique entraînante, montrant un chasseur s’envolant dans le ciel ukrainien, tandis que les avions ennemis explosaient autour de lui. Le service de Sécurité de l’Ukraine, principale agence de sécurité du pays, relaya le récit sur sa chaîne Telegram officielle, qui compte plus de 700.000 abonnés.

L’histoire d’un seul pilote battant l’armée de l’air russe trouva un large écho en ligne, grâce aux comptes officiels ukrainiens et à de nombreux autres. Les vidéos du « fantôme de Kiev » ont été vues plus de 9,3 millions de fois sur Twitter. L’aviateur a été mentionné dans des milliers de groupes Facebook comptant jusqu’à 717 millions d’adeptes. Sur YouTube, les vidéos faisant la promotion du combattant ukrainien ont recueilli 6,5 millions de vues, tandis que les vidéos TikTok avec le hashtag #ghostofkyiv ont atteint 200 millions de vues.

Seul petit problème : le fantôme de Kiev n’a jamais existé.

  • Bien que des rapports fassent état de quelques avions russes détruits au combat, aucune information ne les relie à un seul pilote ukrainien.
  • L’une des premières vidéos devenues virales, qui a été incluse dans le montage partagé par le compte Twitter officiel de l’Ukraine, était en réalité un rendu informatique d’un simulateur de vol de combat téléchargé à l’origine par un utilisateur de YouTube comptant seulement 3.000 abonnés.
  • Une photo censée confirmer l’existence du chasseur, partagée par un ancien président de l’Ukraine, Petro Porochenko, provenait d’un message Twitter de 2019 du ministère ukrainien de la Défense.

6.L’armée ukrainienne a entraîné des chats à repérer les lasers des tireurs d’élite. Une image d’un soldat avec un chat a été légendée pour convenir à ce récit sur la guerre. L’un de ces messages est une photo d’un soldat tenant un chat avec la légende suivante : « Les chats de l’armée ukrainienne sont entraînés à repérer et à diriger l’emplacement des points laser des snipers russes. Voici Mikael, appelé ‘La panthère de Kharkiv’, qui a révélé à lui seul l’emplacement de 4 snipers, ce qui a entraîné leur mort. »

PROPAGANDE : SI VOUS REGARDEZ LA TÉLÉVISION UKRAINIENNE, LES TROUPES D’UKRAINE AVANCENT DÉJA SUR MOSCOU

En effectuant une recherche d’image, la même photo se trouve sur un fil Twitter réalisé par l’utilisateur « UkrARMY cats & dogs » (@UAarmy_animals) : elle date du 25 juillet 2018.

Il n’existe aucun rapport crédible indiquant que les militaires ukrainiens ont formé des chats pour détecter les points lumineux laser.

7.Une vidéo TikTok – qui a accumulé plus de 3 millions de vues sur TikTok – montre les forces armées ukrainiennes prenant d’assaut les rues de Mariupol. C’est magnifique, c’est héroïque, ça remonte le moral des troupes, le soutien du peuple, et l’espoir secret en chacun de nous que le faible, pour une fois, pour nous venger des fois où nous avons été rossés par plus fort que nous, l’emporte sur le faible, et nous venge par procuration.

Minuscule problème : la vidéo a été postée pour la première fois en 2014, lors d’une crise impliquant des séparatistes pro-russes.

Conclusion

À l’approche de l’invasion à laquelle personne ne croyait (je l’avais annoncée et étais un des seuls journalistes à le faire, sauf erreur), la Russie a faussement prétendu qu’elle répondait à l’agression ukrainienne et qu’elle libérait les citoyens des fascistes et des néonazis. Tout était faux. Et depuis le début de l’invasion, la Russie a affirmé sans fondement que les Ukrainiens avaient bombardé sans discernement des hôpitaux et tué des civils, et qu’elle voulait dénazifier l’Ukraine, alors que la moitié de tout ce que comptent les néo-nazis du monde se trouvent en Russie.

Et ne venez pas me parler des accords de Minsk, violés par l’Ukraine, vous pourriez avoir des réveils difficiles (oui, je traiterai ce sujet demain mardi).

LIBERTÉ D’EXPRESSION : LA FRANCE DERRIÈRE LA RUSSIE…

 

 

 

© Jean-Patrick Grumberg  

avec l’aimable autorisation de Dreuz.info

 

Jean Patrick Grumberg est journaliste.

Dans les années 70, il a travaillé sous la direction de Georges Wolinski à Charlie mensuel, puis a été chef d'entreprise, lobbyiste.

Il est contributeur au site de Pamela Geller, Dreuz.info, et d'autres médias anglophones et francophones comme Cnews.

Publié dans Jean-Patrick GRUMBERG

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article