VIKTOR ORBAN, LE ZEMMOUR HONGROIS, REMPORTE SON 4ème MANDAT DE PREMIER MINISTRE.

Publié le par Jean-Patrick Grumberg

VIKTOR ORBAN, LE ZEMMOUR HONGROIS, REMPORTE SON 4ème MANDAT DE PREMIER MINISTRE.

Viktor Orbán, le Zemmour hongrois, remporte son 4ème mandat de Premier ministre (contre la gauche nationale et mondiale, contre Soros et Bruxelles)

Le Premier ministre hongrois Victor Urban annonce sa victoire aux élections législatives après avoir compté plus de 70% des voix, preuve que sa politique, dénoncée comme néfaste par tous les médias, correspond aux désirs de son peuple, alors que les Français ne semblent pas encore mûrs pour un dirigeant conservateur et patriote.

Viktor Orbán a remporté un quatrième mandat consécutif en tant que Premier ministre hongrois, couronnant une campagne dominée par l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

Des chants enthousiastes "Viktor, Viktor" ont accueilli M. Orbán lorsqu'il s'est adressé aux partisans de son parti, le Fidesz, devant son siège électoral sur les rives du Danube à Budapest, alors que les résultats ont révélé l'ampleur de sa victoire.

Avec près de 86% des voix dépouillées dimanche soir, le Fidesz était en passe d'accroître sa majorité parlementaire en remportant 135 sièges sur les 199 que compte le Parlement, écrasant ainsi un bloc d'opposition de six partis qui s'était uni pour former un front commun visant à déloger M. Orbán.

Au lieu de cela, le parti au pouvoir a conservé sa super majorité des deux tiers, indication que les Hongrois sont satisfaits du remodelage de la politique hongroise et de la politique sociale du Premier ministre au cours de ses 12 années au pouvoir.

La marge du vote populaire était de 53,7% pour le Fidesz et de 34,4% pour le groupe d'opposition “Unis pour la Hongrie”, dirigé par Péter Márki-Zay, qui a reconnu sa défaite dimanche soir.

"Le monde entier peut voir que notre politique chrétienne-démocrate, conservatrice et patriotique a gagné", a déclaré un Orbán souriant - avec les membres de son cabinet derrière lui - à la foule, debout sous des températures glaciales. "Nous envoyons à l'Europe le message que ce n'est pas le passé - c'est l'avenir".

M. Orbán a également fait référence aux critiques formulées à son encontre par M. Zelenskiy, qui a contesté à plusieurs reprises le leader hongrois pour un manque de soutien perçu et un manque de volonté de condamner en personne son proche allié Vladimir Poutine pour l'invasion de l'Ukraine.

"Cette victoire est à retenir, peut-être même pour le reste de notre vie, parce que nous avions le plus grand [éventail d'adversaires à] dominer. La gauche nationale, la gauche internationale, les bureaucrates de Bruxelles, l'argent de l'empire Soros, les médias internationaux et même le président ukrainien à la fin", a-t-il déclaré sous les rires de la foule.

LIBERTÉ D’EXPRESSION : LA FRANCE DERRIÈRE LA RUSSIE…

 

 

 

© Jean-Patrick Grumberg  

avec l’aimable autorisation de Dreuz.info

Jean Patrick Grumberg est journaliste.

Dans les années 70, il a travaillé sous la direction de Georges Wolinski à Charlie mensuel, puis a été chef d'entreprise, lobbyiste.

Il est contributeur au site de Pamela Geller, Dreuz.info, et d'autres médias anglophones et francophones comme Cnews.

Publié dans Jean-Patrick GRUMBERG

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article