L’INTÉRÊT GÉNÉRAL

Publié le par Daniel JUBERT

L’INTÉRÊT GÉNÉRAL

Je tiens tout d’abord, à féliciter Philippe Brun, jeune député qui vient d’être élu dans la 4eme circonscription. Les résultats des élections législatives doivent nous inciter à adopter une attitude positive. En d’autres termes quand on voit que l’extrême droite a réuni plus de 51% des suffrages exprimés dans notre département ratant ,en partie grâce à Louviers, son grand chelem et que le RN entre en force à l’Assemblée Nationale, on doit s’interroger sur la portée de la politique de l’agglomération et aussi sur celle du département.

Les millions déversés sur certains quartiers urbains sans qu’un effort équivalent soit fait sur les communes rurales qui n’ont jamais été considérées comme des « quartier prioritaires » ont certainement alimenté le vote RN dans les campagnes. Les déserts médicaux, le prix sans cesse augmenté des carburants, le fait que les retraites n’ont plus suivi l’inflation pendant 5 ans, ont été autant d’instruments au service des démagogues de tout poil.

Il est d’ailleurs frappant de voir que les scores de Marine Le Pen aux présidentielles et aux législatives sont de plus en plus forts dans les petites communes, plus on s’éloigne des villes. Les nombreuses zones pavillonnaires qui ont été développées dans de trop nombreuses communes ont constitué des foyers de mécontentement pour d’anciens habitants des villes déçus de ne pas trouver les mêmes services dans leur petite cité d’adoption.

Depuis plusieurs années les gouvernements successifs ont assimilé les problème liés à une immigration incontrôlée, à une insécurité croissante et à la montée de l’islamisme radical à un « fantasme » en refusant de s’attaquer sérieusement aux causes à défaut d’en limiter les effets.

Cet aveuglement technocratique, et il faut bien le reconnaître, souvent parisien, (que l’on retrouve sur le pouvoir d’achat) a donné les gilets jaunes et leur corollaire avec l’élection de 89 députés.

Les collectivités locales mairies, agglomérations ou départements doivent rester des « maisons communes ». Les transformer en forum où s’affronteraient des clans, des partis, des postures, ne donnerait rien de bon sinon la certitude d’être condamnés par une opinion publique qui, à terme, pourrait remplacer les élus actuels par des extrémistes.

Dans les collectivités il existe partout un corps central qui entend continuer à travailler pour le bien commun.

Le même schéma pourrait-il s’appliquer au niveau national ? On peut, malheureusement, en douter. La politique semble souvent plus soucieuse de l’intérêt particulier des partis que de l’intérêt général.

Bizarrement le personnel politique national n’a pas la même conscience du bien public que les élus locaux, qui sont, comme on dit, à portée de baffes. Il est vrai que la loi sur le cumul des mandats a éloigné les parlementaires des responsabilités locales et qu’il serait temps de revenir sur cette illustration du fameux principe selon lequel «  le mieux est l’ennemi du bien ».

La France a beaucoup souffert de ce jeu toxique où les opposants attendent, les bras croisés, la chute de la majorité qui, elle-même, observera la même attitude le moment venu.

Ce dont nous avons besoin, c’est que les parlementaires s’inspirent autant que faire se peut, du caractère consensuel des collectivités locales. Évidemment c’est moins spectaculaire, moins flatteur pour les égos, mais c’est, malgré tout, la voix de la sagesse car l’intérêt général doit rester la grande priorité.

TOUS FAVORABLES ?

 

 

 

 

Daniel JUBERT  

Conseiller Départemental de L'Eure 

Canton de Louviers 

Publié dans Daniel JUBERT

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Toujiours le même baratin, vous êtes largué môssieur. Avoir un stalinien, et vous fricotez avec, aux portes du pouvoir, ne vous dérange pas, mais le fantasme peste brune vous empêche de dormir ???<br /> Tout ce qui arrive et de votre faute, môssieur, vous et vos complices politiques, gauche comme droite, un peu de courage ASSUMEZ !!!!
Répondre
L
Monsieur le conseiller départemental, habitant Louviers, j’ai eu l’occasion de voter pour vous à plusieurs reprises… Cependant, vous avez trahi vos électeurs, dont moi-même, et votre parti en soutenant l’insoutenable Questel au lieu de militer pour la candidate des Républicains. L’honneur serait que vous ayez déjà démissionné pour rejoindre les macronistes… Vous avez récidivé en choisissant un mélenchoniste contre une patriote qui, elle défendait le petit peuple, dont je suis. Vous n’aurez plus jamais ma voix ni celle de ma famille.
Répondre