LES CORRESPONDANTS DE PRESSE EN EUROPE CENTRALE : POLOGNE (2)

Publié le par Observatoire Du Journalisme

LES CORRESPONDANTS DE PRESSE EN EUROPE CENTRALE : POLOGNE (2)
À journal libéral-libertaire, point de vue libéral-libertaire, et c’est bien normal. Ne nous attendons donc pas de la part du Monde ou de Libération à des articles et analyses rédigés de manière impartiale et non engagée, mais on serait malgré tout en droit d’attendre de la rigueur et de l’honnêteté de la part de leurs correspondants. Qui sont-ils ? (Suite)
Changement chez Libération

Chez Libération, on ne trouve plus d’articles signés de la plume de la très gauchiste Maja Zolkowska (« Żółkowska » pour les Polonais) que nous avions évoquée dans notre article de 2017 sur les correspondants des médias français en Pologne, alors qu’elle couvrait ce pays pour le journal de gauche français depuis fort longtemps : c’était déjà elle qui y disait du mal des premiers gouvernements (de coalition) du PiS en 2005-07.

Maja Zolkowska a été remplacée par un journaliste canadien, Patrice Sénécal, qui travaille également pour le quotidien québécois Le Devoir.  Au risque de se répéter, on précisera ici que « sans surprise, Patrice Sénécal collabore également avec le Courrier d’Europe centrale dont nous avons récemment souligné le rôle pour alimenter les grands médias français en informations sur les pays du Groupe de Visegrád ».

Les verts allemands à la rescousse

Il est donc bon de savoir que, quand ils ne reproduisent pas les mêmes dépêches de l’AFP, l’agence de presse publique dont le biais libéral libertaire n’est un secret pour personne, les grands journaux français ont recours aux services de correspondants travaillant ensemble au sein d’un même média de gauche financé par le gouvernement allemand par le biais d’une fondation politique allemande affiliée aux Verts allemands (Bündnis 90/Die Grünen).

Bien évidemment, les angles de ces correspondants ne diffèrent pas vraiment, comme on le constatera aisément dans l’article « Les réfugiées ukrainiennes contraintes à avorter dans la clandestinité en Pologne » signé de la plume de Patrice Sénécal dans Le Devoir. Pas étonnant que la loi polonaise sur l’avortement le choque puisque dans son pays, le Canada, l’IVG (l’interruption volontaire de grossesse, hein, pas l’IMG) est autorisée jusqu’au neuvième mois de gestation, c’est-à-dire tant que le bébé n’est pas entièrement sorti du ventre de sa mère, comme c’est aussi le cas en Chine ou en Corée du Nord. Et donc pour Sénécal, « Le calvaire de certaines réfugiées se prolonge au-delà des frontières de leur Ukraine en guerre. Elles pensaient pouvoir retrouver une relative sérénité, loin des bombardements, dans un pays frontalier membre de l’Union européenne ; en vain. Elles découvrent la réalité national-conservatrice de la Pologne et, avec elle, sa loi sur l’avortement, l’une des plus sévères d’Europe. » Quant au lobby pro-vie très présent en Pologne, il n’est pas appelé « pro-vie » par Sénécal mais simplement « lobby antichoix ».

On notera au passage le qualificatif « national-conservateur », le même que celui utilisé par le correspondant du Monde Jakub Iwaniuk, son collègue du Courrier d’Europe centrale.

Même ton de Sénécal dans les colonnes de Libération, sous le titre « Droits des femmes – IVG en Pologne: «Quand j’ai appris que j’étais enceinte, c’était la fin du monde» » (à propos d’un drame expliqué sous un autre angle par le Visegrád Post, dans l’article : « La Pologne injustement attaquée par les partisans de l’avortement après le décès d’une femme enceinte »).

Dans d’autres domaines, le correspondant de Libération n’affiche pas un point de vue moins engagé contre le gouvernement conservateur polonais que ses concurrents du Monde (et collègues du Courrier d’Europe centrale) dont il semble partager les vues, que ce soit à propos de « l’implacable machine à refoulement des gardes-frontières polonais » à l’automne dernier contre les vagues de migrants moyen-orientaux envoyées par la Biélorussie  Entre Pologne et Bélarus, des migrants «en hypothermie, affamés et déshydratés» ») ou à propos des réformes de la justice au centre de la dispute avec Bruxelles (« Résistance – Face aux dérives du PiS, les juges polonais se mettent hors la loi »).

À suivre.

Voir aussi : Les correspondants de presse en Europe centrale : Hongrie, Tchéquie, Slovaquie (I)

 

SECOND TOUR DE L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE ET PREMIER PRIX DE RACISME ANTI-FRANÇAIS

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50€ en moyenne. Il faut compter 100€ pour un portrait, 400€ pour une infographie, 600€ pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Je fais un don

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article