TOUCHEZ PAS AU CONSEIL NATIONAL DE LA RÉSISTANCE !

Publié le par Maxime Tandonnet

TOUCHEZ PAS AU CONSEIL NATIONAL DE LA RÉSISTANCE !

Il semble que la mémoire du CNR fasse l’objet d’une tentative de récupération par le pouvoir politique à travers un prétendu conseil national de la refondation. (NDLR : un nouveau yoyo pour gogos du nouveau Macron)

Moins les politiques connaissent l’histoire, plus ils sont tentés de la détourner à des fins électoralistes. Le CNR devrait être sacralisé, sanctuarisé. Que nul jamais n’y vienne mettre ses sales pattes. Le CNR était composé d’une vingtaine d’hommes rassemblés pour la Libération de la France. Traqués par la Gestapo, ils risquaient en permanence la torture, la déportation et la mort – engageant même la vie de leurs proches.

Leur démarche était absolument désintéressée, aux antipodes de la médiocre tambouille politichienne actuelle. D’ailleurs, le CNR, à l’opposé d’une opération électoraliste, était représentatif de tout l’échiquier politique, depuis les communistes (Vallon, Mercier), jusqu’à la droite nationaliste (Jacques Debû Bridel) en passant par la SFIO, les radicaux, les démocrates-chrétiens, la droite classique (Alliance démocratique) et les grands mouvements de la Résistance. 

Le projet politique du CNR (pour l’après Libération), comme le rappelle mon ami Arnaud Teyssier dans le Figaro, était précisément à l’opposé de l’idéologie dominante actuelle: rétablissement de la démocratie parlementaire contre l’autocratie, consolidation de l’Etat de droit et des outils de la solidarité nationale, méfiance envers le culte de l’argent.

Toute – toute – récupération électoraliste de l’histoire, surtout à contre-emploi, est odieuse.

Mais le plus terrifiant, ce n’est pas la mauvaise foi. C’est la bêtise.

Maxime Tandonnet

Mon Blog  

Ancien conseiller à la Présidence de la République sous Nicolas Sarkozy, auteur de plusieurs essais, passionné d’histoire

Maxime Tandonnet donne des cours dans plusieurs universités, l’un de droit de la nationalité et des étrangers à Paris XII (Master 1 et 2), et l’autre de coopération policière internationale à l’université de Nice (Master 2).

Il a rédigé plusieurs ouvrages de réflexion sur divers sujets de société, et consacre ses moments de liberté à tenir son blog, à rédiger des livres, dont une Histoire des présidents de la République pour les éditions Perrin en 2013. Plus récemment en 2014, les éditions Flammarion ont publié ses carnets de l’Elysée sous Nicolas Sarkozy, journal de bord de ces années passées à la présidence, sous le titre Au cœur du volcan. Ce n’est pas un ouvrage de propagande,  encore moins de règlement de comptes, mais un simple témoignage, totalement sincère et objectif, qui peut être utile pour mieux comprendre les difficultés de gouverner un pays.

Publié dans Maxime TANDONNET

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article