BULLETIN DE PRESSE N° 54 PAR L'AMBASSADE DE LA FÉDÉRATION DE RUSSIE EN FRANCE

Publié le par Ambassade de la Fédération de Russie

BULLETIN DE PRESSE N° 54 PAR L'AMBASSADE DE LA FÉDÉRATION DE RUSSIE EN FRANCE

Sur les enfants victimes du régime de Kiev

La guerre déclenchée par les autorités de Kiev en 2014 contre la population du Donbass a brutalement affecté les enfants. Au cours des huit années du conflit armé dans les Républiques populaires de Donetsk et de Lougansk, plus de 150 enfants ont été tués, et depuis février dernier, 40 de plus. Des centaines ont été blessés et mutilés.

Les enfants sont tués et gravement blessés par des tirs d'artillerie et des tirs de sniper, sont victimes de mines posées par l'armée ukrainienne en 2014-2015 sur des sentiers forestiers et près de plans d'eau. Depuis huit ans, les enfants de Donbass naissent, font leurs études, vivent et grandissent sous les bombardements incessants de Kiev.

Les formations armées ukrainiennes bombardent cyniquement les infrastructures civiles du Donbass – maternelles, écoles et installations médicales. Les enfants sont tués notamment avec des armes fournies par les États-Unis, le Royaume-Uni, l'Allemagne, la France, la République tchèque, la Slovaquie, les Pays-Bas et d'autres pays, qui ainsi deviennent complices de crimes contre les enfants.

Par ailleurs, le site web "Mirotvorets" (Pacificateur), qui présente des informations sur les soi-disant "ennemis de l'Ukraine", a publié les données personnelles d'au moins 327 mineurs, mettant ainsi leur vie en réel danger.

L'un des objectifs de l'opération spéciale de la Russie est de protéger la population et les enfants de Donbass des actions criminelles du régime ukrainien.

Au 21 juillet, 431.310 enfants avaient été évacués des zones dangereuses de l'Ukraine et des Républiques populaires de Donetsk et de Lougansk vers la Russie à compter depuis le début de l'opération militaire spéciale. La partie russe rejette catégoriquement les accusations infondées d'enlèvement et de déplacement forcé d'enfants.

Les réfugiés ukrainiens arrivant dans les régions russes sont traités individuellement, avec une attention particulière aux familles avec des mineurs, aux orphelins et aux enfants privés de soins parentaux. Les enfants d'âge préscolaire sont accueillis dans les maternelles et les écoliers, dans les établissements d'enseignement général et professionnel.

Beaucoup d'entre eux reçoivent une aide humanitaire et médicale, y compris une réhabilitation psychologique. L'objectif principal est d'aider les enfants à oublier toutes les horreurs qu'ils ont subies au cours des huit années précédentes, lorsque le gouvernement ukrainien, avec la complicité de ses sponsors occidentaux, massacrait la population civile de Donbass en toute impunité.

Sur les dangereuses provocations

de l'armée ukrainienne

Le régime de Kiev multiplie ses provocations contre les installations d'énergie nucléaire ukrainiennes, mettant ainsi en péril leur sécurité.

Le 18 juillet 2022, des formations nationalistes ukrainiennes ont attaqué les installations de la centrale nucléaire de Zaporojié à l’aide de deux drones kamikazes (un drone a été abattu à l'approche de la centrale).

Par une heureuse coïncidence, des dommages aux équipements de la centrale, lourds de risques d’une catastrophe d'origine humaine, ont pu être évités.

La partie russe appelle une fois de plus les Nations unies, l'AIEA et d'autres organisations internationales à exercer une influence sur le gouvernement de Kiev et à prendre des mesures efficaces pour empêcher les provocations contre les installations ukrainiennes présentant un risque radiologique.

---------------------------

Le "Machin" européiste, avec à sa tête l'inénarrable  Ursula Von der Leyen, a décidé de rayer de la carte médiatique les sites Russes en français, afin de veiller à ce qu’il n’y ait qu’un son de cloche sur le conflit Russie/Ukraine.

Aussi, sommes-nous solidaires de la déclaration du Président Macron : "Nous aurons demain une paix à bâtir, ne l'oublions jamais. Nous aurons à le faire avec autour de la table l'Ukraine et la Russie (...) Mais cela ne se fera ni dans la négation, ni dans l'exclusion de l'un, l'autre, ni même dans l'humiliation".

« Si la France et l’Union soviétique, chacune de son côté, ont ce qu’il leur faut pour vivre, il est clair, qu’en s’aidant l’une et l’autre, elles ont à gagner beaucoup. Il s’agit aussi de mettre en œuvre successivement : la détente, l’entente et la coopération dans notre Europe tout entière, afin qu’elle se donne à elle-même sa propre sécurité après tant de combats, de ruines et de déchirements. Il s’agit, par-là, de faire en sorte que notre Ancien Continent, uni et non plus divisé, reprenne le rôle capital qui lui revient, pour l’équilibre, le progrès et la paix de l’univers. » (Charles De Gaulle-juillet 1966)

La Petite Souris Normande remercie l’Ambassade de Russie de lui faire parvenir le point de vue de son Pays afin de permettre à nos lecteurs d’être doublement informés.

.Petite-Souris-Normande-2.jpg la Petite Souris Normande

Publié dans LA VOIX DES RUSSES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article