« VOUS N’AUREZ RIEN ET VOUS VIVREZ HEUREUX », VRAIMENT ? (PART 1)

Publié le par Laurent Aventin

« VOUS N’AUREZ RIEN ET VOUS VIVREZ HEUREUX », VRAIMENT ? (PART 1)

Cette phrase prononcée par Klaus Schwab, ‘‘grand prêtre’’ du Forum Economique de Davos déterminé à devenir l’un des nouveaux maîtres du monde à venir, a été souvent reprise par les médias. Mais que signifie-t-elle et qu’implique-t-elle pour la vie des citoyens qui semblent – malgré eux – avoir perdu la direction de leur vie ? L’emprise toujours plus importante de l’Etat et des entreprises dans la vie privée des personnes grâce au mauvais usage des technologies forment un carcan destiné à dépouiller les citoyens. La caste a décidé que ‘‘nous serions heureux’’ mais l’araignée qui piège sa proie dans une toile est davantage vouée à la mort qu’au bonheur. Analyse d’une dialectique mensongère et mortifère.

Après la destruction de la famille, la propriété immobilière est visée

L’un des premiers objectifs de la caste – et depuis de nombreuses décennies – consiste à détruire la famille qui est le lieu de la sécurité pour les êtres humains ; la vie en société est aussi le socle de toutes les civilisations. Pour créer l’effondrement d’une civilisation, d’une société, du bien commun, il est impératif de dissoudre la famille et de s’attaquer à ses fondements :

  • Dissoudre le mariage et l’engagement mutuel des époux ;
  • Limiter le nombre de naissances ;
  • Favoriser artificiellement l’immigration pour casser l’identité nationale et la référence à une histoire commune ;
  • Encourager et financer l’avortement quel que soit le motif et jusqu’au délai le plus tardif ;
  • Développer l’idéologie du genre pour briser l’identité sexuelle des individus, facteur déterminant de la stabilité psychologique des personnes (il n’y a jamais eu autant de transgenres chez les jeunes générations et à un âge aussi précoce que depuis l’introduction de l’idéologie du genre dans les écoles).

Dans l’expression « vous n’aurez plus rien », il faut entendre des aspects de nos vies qui ne sont pas uniquement matériels même si ces éléments sont majeurs dans le message délivré par Klaus Schwab.

La propriété foncière qui abrite la famille, c’est à dire le logement, fait régulièrement l’objet d’évolutions juridiques importantes notamment avec les taxes liées aux transactions. Ce que l’on appelle abusivement les frais de notaire représentent 99% de taxes. L’habitat est un fondement pour l’homme, à toutes les époques, c’est un lieu privé où la personne peut se sentir en sécurité, où elle peut se reposer. La propriété reste un droit inviolable et sacré inscrit dans la Constitution française.

Supprimer ce droit, comme on a pu le voir avec le communisme qui a instauré des habitats collectifs, reste un facteur de déstabilisation psychologique efficace et un outil précieux de contrôle pour l’instauration du totalitarisme. Les vieilles recettes – même ajustées à la modernité – ont prouvé leur efficacité.

L’inflation est un outil déterminant dans cette stratégie car elle requiert généralement une hausse des taux d’intérêt et donc de l’endettement pour les foyers. Si en plus les banques resserrent les conditions d’accès aux prêts immobiliers en augmentant le niveau d’apport personnel ou limitent l’accès aux financements pour les foyers ayant des revenus importants, les primo accédants à la propriété sont exclus ainsi que de nombreux acquéreurs qui ne remplissent plus les conditions requises. C’est ce que nous vivons actuellement.

Le discours de Macron à Versailles entre les 2 tours de la présidentielle de 2022 rappelait que la propriété privée (des particuliers) n’était pas souhaitable en France. Emmanuel Macron ne veut pas d’une France de propriétaires, alors que les citoyens travaillent essentiellement pour pouvoir s’acheter un bien immobilier ; en 2020, 92 % des sondés jugent « essentiel ou important » d’être propriétaire de son logement. Mais ce que veulent les citoyens ne semble pas avoir d’importance aux yeux d’un gouvernement qui favorise la déstabilisation de la société. Le bien-être des français n’est visiblement pas la priorité d’une politique axée sur le chaos. C’est un pari de courte durée, car si la peur – largement entretenue par le gouvernement, le ministère de la Santé et les médias pendant les vagues de Covid – a permis de faire disparaître les mouvements sociaux d’opposition ; il est peu probable que cette politique obtienne les mêmes effets à terme.

La propriété personnelle des véhicules est amenée à disparaître

L’agenda de 2030 du Forum économique mondial précise que « De nombreuses personnes sont déjà à l’aise et occupées à louer des choses comme des voitures, des outils, des appartements, ce qui est devenu un mode de vie normal. Il est facile d’argumenter que les biens partagés économisent les ressources ».

La réalité est toute autre, ce sont les modes de consommation et de production qui devraient être modifiés. L’obsolescence programmée des objets, c’est à dire leur mauvaise qualité, pousse à la consommation et contribue à la pollution. Cela n’est cependant pas remis en cause car cela affecterait les revenus des plus riches… qui se sont emparés du contrôle démocratique. Une voiture durait 30 ans, maintenant sa durée de vie moyenne est de 9,4 ans.

Les voitures électriques polluent mais cette orientation industrielle est prise par les politiques et l’industrie : des véhicules coûteux à la production et à l’achat alors que le pouvoir d’achat des populations occidentales diminue d’année en année. La solution : louer les véhicules, les partager pour économiser les ressources.

Autrement dit, l’avenir de la voiture est dans la mobilité partagée. C’est-à-dire que vous ne posséderez plus de voiture. Et l’argumentaire est plutôt bien fait pour pousser les citoyens dans cette voie. Il n’y en réalité aucune fatalité, c’est un choix politique, vous n’aurez plus rien et ce n’est pas une vue de l’esprit.

Cela ne signifie aucunement que vous payerez moins, non la location de véhicules coûte cher, du moins selon l’usage que vous en avez actuellement. Ceux qui roulent peu y trouveront peut-être leur compte mais pas les autres.

La route était un espace de liberté bien que ce soit là aussi de moins en moins vrai en raison des radars, des caméras de contrôle et des obstacles régulièrement placés sur les voies (dos d’âne, bordures de routes, rétrécissement des voies) pour réduire la vitesse et contrôler les comportements routiers.

La technologie des véhicules les plus récents permet déjà leur immobilisation à distance par GPS en coupant le moteur, certaines flottes de location de véhicules en sont équipés. Ces technologies seront prochainement disponibles sur tous les véhicules neufs. Donc même si l’on est propriétaire de ce type de véhicule, en est-on vraiment maître ?

La gouvernance mondiale passe par la destruction de l’identité nationale

La stratégie est assez simple et redoutablement efficace : Justifier l’immigration au nom de l’accueil, la favoriser en tenant un discours politique consistant à montrer qu’elle est régulée et sous contrôle. Si l’accueil est une valeur noble, favoriser l’immigration sous des motifs déguisés de bienveillance conduit en France (et dans d’autres pays) à l’islamisation du pays et à la destruction volontaire de la civilisation chrétienne conduite par la franc-maçonnerie depuis des décennies. Cette politique validée par les différents gouvernements français depuis les années 60 accélère la dégradation de l’identité nationale et pourrait conduire à terme à des conflits civils ouverts. Une telle politique a pour objectif de créer la confusion puis le chaos. Le Great Reset est une politique pragmatique, pas un échange d’idées, ni seulement un changement de paradigme ; c’est un grand bouleversement, à savoir la politique de la table rase qui passe par l’effacement des fondements de notre civilisation. L’agenda actuellement déroulé consiste à faire de la France un département du monde par l’uniformisation à la fois culturelle et religieuse (la religion mondiale est prête), un « village mondial » préfabriqué, de « l’IKEA socio-culturel » pour une gouvernance mondialiste où le maitre mot reste l’assujettissement.

Les identités nationales restent un rempart au nouvel ordre mondial, il aura fallu des décennies pour en faire un ventre mou sous le maître mot d’intégration pour définir en réalité un processus de déstructuration sociale et identitaire.

A suivre…

Laurent Aventin  

Le Courrier des Stratèges

Laurent Aventin est de formation santé publique (PhD) avec une spécialité en économie de la santé. Il a occupé des fonctions auprès de différentes organisations dans le milieu des ONG (Médecins Sans Frontières, Partenaires Contre le Sida), celui de le recherche scientifique (IRD) ou encore pour des institutions nationales et internationales (ministère des Affaires étrangères, UNFPA…). Il est  actuellement consultant indépendant et s’est spécialisé dans différents domaines comme le renforcement des systèmes de santé, la prise en charge des maladies infectieuses (VIH/sida), la santé de la mère et de l’enfant, le financement de la santé et les partenariats public/privé dans le secteur sanitaire.

« VOUS N’AUREZ RIEN ET VOUS VIVREZ HEUREUX », VRAIMENT ? (PART 1
« VOUS N’AUREZ RIEN ET VOUS VIVREZ HEUREUX », VRAIMENT ? (PART 1)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article