BULLETIN DE PRESSE N° 56 PAR L'AMBASSADE DE LA FÉDÉRATION DE RUSSIE EN FRANCE

Publié le par Ambassade de la Fédération de Russie

BULLETIN DE PRESSE N° 56 PAR L'AMBASSADE DE LA FÉDÉRATION DE RUSSIE EN FRANCE

Sur l’utilisation par Kiev des mines antipersonnel «Lepestok»

Ces derniers temps, les nationalistes ukrainiens ont activement bombardé les installations civiles du Donbass avec des mines antipersonnel «Lepestok». L'utilisation de ce type d'arme contre les civils constitue une violation du droit humanitaire. En effet, l'utilisation des mines «Lepestok» est interdite par le Protocole additionnel aux Conventions de Genève du 12 août 1949.

En tant que signataire de la Convention d'Ottawa de 1997, l'Ukraine s'est engagée à détruire tous les stocks de mines antipersonnel et à ne plus les utiliser en aucune circonstance, y compris sur le champ de bataille. De toute évidence, Kiev n'a pas tenu parole.

Actuellement, les sapeurs du Centre international de déminage du ministère russe de la Défense aident les autorités de la République populaire de Donetsk à déminer les zones résidentielles.

Le 1er août, la Mission permanente de la Russie auprès des Nations unies a envoyé au secrétaire général de l’ONU et au président du Conseil de sécurité des informations sur l'utilisation par l'Ukraine de mines «Lepestok». La lettre, accompagnée de photos, sera diffusée comme document officiel du Conseil de sécurité et de l'Assemblée générale des Nations Unies.

Sur le sort des mercenaires étrangers en Ukraine

Le ministère russe de la Défense continue de traquer les mercenaires et spécialistes étrangers qui sont arrivés en Ukraine pour participer aux opérations de combat.

En quatre semaines, du 8 juillet au 5 août, suite aux offensives des forces armées russes et des unités des milices nationales des républiques du Donbass, le nombre de mercenaires en Ukraine est passé de 2.741 à 2.192 personnes.

Au cours des quatre dernières semaines, 335 combattants étrangers ont été éliminés. 389 autres combattants ont quitté le territoire ukrainien par leurs propres moyens.

Sur les actions humanitaires russes en Ukraine

Depuis le début de l'opération militaire spéciale, 3.206.749 personnes, dont 507.316 enfants, ont été évacuées de l'Ukraine et du Donbass vers la Russie.

Plus de 9.500 centres d'hébergement fonctionnent dans les régions russes. Chaque réfugié est traité individuellement et se voit accorder une aide pour résoudre des problèmes quotidiens urgents.

Depuis le 2 mars, la Fédération de Russie a livré 52.324,7 tonnes d'aide humanitaire en Ukraine. Au total, 1.418 actions humanitaires ont été réalisées.

---------------------------

Le "Machin" européiste, avec à sa tête l'inénarrable  Ursula Von der Leyen, a décidé de rayer de la carte médiatique les sites Russes en français, afin de veiller à ce qu’il n’y ait qu’un son de cloche sur le conflit Russie/Ukraine.

Aussi, sommes-nous solidaires de la déclaration du Président Macron : "Nous aurons demain une paix à bâtir, ne l'oublions jamais. Nous aurons à le faire avec autour de la table l'Ukraine et la Russie (...) Mais cela ne se fera ni dans la négation, ni dans l'exclusion de l'un, l'autre, ni même dans l'humiliation".

« Si la France et l’Union soviétique, chacune de son côté, ont ce qu’il leur faut pour vivre, il est clair, qu’en s’aidant l’une et l’autre, elles ont à gagner beaucoup. Il s’agit aussi de mettre en œuvre successivement : la détente, l’entente et la coopération dans notre Europe tout entière, afin qu’elle se donne à elle-même sa propre sécurité après tant de combats, de ruines et de déchirements. Il s’agit, par-là, de faire en sorte que notre Ancien Continent, uni et non plus divisé, reprenne le rôle capital qui lui revient, pour l’équilibre, le progrès et la paix de l’univers. » (Charles De Gaulle-juillet 1966)

La Petite Souris Normande remercie l’Ambassade de Russie de lui faire parvenir le point de vue de son Pays afin de permettre à nos lecteurs d’être doublement informés.

.Petite-Souris-Normande-2.jpg la Petite Souris Normande

Publié dans LA VOIX DES RUSSES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article