AMBASSADE DE RUSSIE EN FRANCE : BULLETIN DE PRESSE N°65

Publié le par Ambassade de la Fédération de Russie

AMBASSADE DE RUSSIE EN FRANCE : BULLETIN DE PRESSE N°65

SUR LE DANGER LIÉ AUX LIVRAISONS D'ARMES

OCCIDENTALES AU RÉGIME DE KIEV

Depuis le début de l’opération militaire spéciale en février dernier, les pays de l’UE fournissent des armes létales et des équipements militaires à l'Ukraine, en violation de leurs propres réglementations nationales relatives au contrôle des exportations. Ces armes et équipements sont utilisés par le régime de Kiev notamment pour bombarder des infrastructures civiles et critiques. En conséquence, des civils sont tués, des communications sont détruites et des villes sont anéanties.

Parmi les armes modernes fournies par les pays occidentaux à l'Ukraine figurent des systèmes portatifs de défense aérienne, des missiles antichars, des lance-roquettes multiples et des systèmes de missiles antiaériens à longue portée…

L'UE a déjà offert 3,1 milliards d'euros pour les armes à l'Ukraine au titre de la Facilité européenne de soutien à la paix (le budget total est de 5 milliards d’euros). En même temps, Washington continue d’allouer des centaines de millions de dollars d’aides militaires à ses partenaires ukrainiens.

Dans le but de «combattre la Russie sur le champ de bataille», les États membres de l'UE bafouent leurs propres principes qui prévoient un contrôle rigoureux des exportations d'armes et un comportement responsable lors de transfert de ces armes vers des zones de conflit, principes qu'ils ont toujours promus eux-mêmes…

 Dans le même temps, l'UE reste silencieuse quant aux risques de cette politique. Les armes qui sont livrées à l’Ukraine (y compris les systèmes portatifs de défense aérienne et les missiles antichars) sont souvent détournées et se retrouvent ensuite sur le «marché noir» pour finalement tomber entre les mains de criminels, de terroristes et d'extrémistes. On assiste à des menaces réelles pour l'aviation civile, pour les citoyens européens et pour la sécurité intérieure de l’UE.

La partie russe appelle les pays occidentaux à cesser de fournir massivement des armes au régime ukrainien et à réfléchir aux conséquences de la militarisation effrénée de l'Ukraine. La poursuite de cette politique ne contribue nullement à la résolution pacifique du conflit et n’aboutit qu'à une escalade et une prolongation des hostilités, tout en aggravant la situation économique des pays occidentaux.

SUR LES MERCENAIRES

ÉTRANGERS EN UKRAINE

Une autre forme de soutien occidental à l'Ukraine consiste à fournir des mercenaires pour participer aux hostilités du côté de Kiev. Le recrutement de ces «soldats de fortune» est effectué par des structures américaines et britanniques, par des sociétés militaires privées françaises et par des organisations d'extrême droite en Allemagne, en Espagne, en République tchèque, en Italie et dans d’autres pays.

Au total, plus de 8.000 mercenaires de plus de 60 pays ont été recrutés en huit mois. Les groupes les plus nombreux sont venus de Pologne, des États-Unis, du Canada, de Roumanie et du Royaume-Uni. Cela se déroule malgré le fait que dans de nombreux pays, le mercenariat est légalement interdit et fait l'objet de poursuites pénales. Force est de constater que plus de 3.000 combattants étrangers ont été éliminés, tandis qu’un nombre équivalent de mercenaires est rentré dans son pays d’origine par ses propres moyens.

---------------------------------------

Le "Machin" européiste, avec à sa tête l'inénarrable  Ursula Von der Leyen et Cie, et la complicité du président Macron, ont décidés de rayer de la carte médiatique les sites Russes en français, afin de veiller à ce qu’il n’y ait qu’un son de cloche sur le conflit Russie/Ukraine.

Bien que le Président français change d'opinions au gré du vent, nous sommes solidaires de sa déclaration un jour de lucidité : "Nous aurons demain une paix à bâtir, ne l'oublions jamais. Nous aurons à le faire avec autour de la table l'Ukraine et la Russie (...) Mais cela ne se fera ni dans la négation, ni dans l'exclusion de l'un, l'autre, ni même dans l'humiliation".

------------------------------

« Si la France et l’Union soviétique, chacune de son côté, ont ce qu’il leur faut pour vivre, il est clair, qu’en s’aidant l’une et l’autre, elles ont à gagner beaucoup. Il s’agit aussi de mettre en œuvre successivement : la détente, l’entente et la coopération dans notre Europe tout entière, afin qu’elle se donne à elle-même sa propre sécurité après tant de combats, de ruines et de déchirements. Il s’agit, par-là, de faire en sorte que notre Ancien Continent, uni et non plus divisé, reprenne le rôle capital qui lui revient, pour l’équilibre, le progrès et la paix de l’univers. » (Charles De Gaulle-juillet 1966)

La Petite Souris Normande remercie l’Ambassade de Russie de lui faire parvenir le point de vue de son Pays afin de permettre à nos lecteurs d’être doublement informés.

.Petite-Souris-Normande-2.jpg la Petite Souris Normande

Publié dans LA VOIX DES RUSSES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article