CENT ANS DE FAITS SAILLANTS DE LA POLITIQUE QUÉBÉCOISE

Publié le par Lou Belfontaine

Le journaliste Denis Lessard, devant l’Assemblée nationale du Québec avec son nouveau livre Par-delà les scandales

Le journaliste Denis Lessard, devant l’Assemblée nationale du Québec avec son nouveau livre Par-delà les scandales

Journaliste durant 33 ans au bureau de La Presse sur la colline Parlementaire à Québec, Denis Lessard a été aux premières loges de l’actualité politique québécoise. Depuis, il est revenu sur ses pas en écrivant des chroniques historico-politiques publiées dans La Presse et aujourd’hui regroupées dans un ouvrage.

Lou Belfontaine 

Denis Lessard a longtemps été le « monsieur scoop » de l’actualité politique québécoise. Ses primeurs ont souvent donné le ton d’une ou plusieurs journées de travail sur la colline Parlementaire. Or, depuis sa retraite, le journaliste trouve encore le moyen de déterrer des pépites méconnues, voire inédites de l’histoire politique du Québec.

Comment ? En allant se plonger dans la lecture des procès-verbaux des délibérations des conseils des ministres. Leur contenu, sauf les passages caviardés, est rendu public au bout de 25 ans et mis en ligne sur le site du ministère du Conseil exécutif (le ministère du premier ministre).

Denis Lessard recoupe ces informations de sources premières avec des entrevues faites auprès de ses innombrables sources et contacts chez les fonctionnaires, conseillers politiques et anciens politiciens côtoyés au fil des ans.

Un exemple ? Le 30 octobre, dans nos pages, M. Lessard est revenu sur le référendum sur l’accord de Charlottetown tenu le 26 octobre 1992 et perdu par les tenants du Oui à cette entente fédérale-provinciale, ersatz de l’entente (ratée) du lac Meech de 1990.

« On savait qu’on allait perdre », lui a confié l’ancien ministre libéral Marc-Yvan Côté à propos de Charlottetown. Une recension des délibérations du Conseil des ministres montre aussi les inquiétudes au sein de celui-ci.

À la retraite depuis janvier 2020, Denis Lessard a ainsi publié plusieurs reportages historico-politiques sur l’histoire du Québec des 100 dernières années. Ces textes sont regroupés dans un ouvrage, Par-delà les scandales – rivalités, crises et réformes politiques, publié aux Éditions La Presse.

CENT ANS DE FAITS SAILLANTS DE LA POLITIQUE QUÉBÉCOISE

EN VENTE DANS TOUTES LES BONNES LIBRAIRIES

ET CHEZ Amazon.fr

« Ces chroniques, cet ouvrage, c’est comme les faits saillants des 30, 50, 100 dernières années, résume notre collègue en entrevue. Le fil conducteur est de voir à l’œuvre les chefs de gouvernement durant les crises. Par exemple, comment Robert Bourassa a géré la crise d’Oka (1990) ou comment René Lévesque et Jacques Parizeau n’étaient pas du même avis lorsque le gouvernement est allé rechercher, en 1982, les augmentations salariales accordées aux syndiqués de l’État avant le référendum. Une décision qui a causé beaucoup de tumulte ».

Par thèmes et évènements

Les textes sont regroupés en trois grands thèmes : Émergence du Québec moderne, Crises (et méprises) en série et Grandeurs et misères de la politique. Chacun se décline en plusieurs chapitres consacrés à des sujets précis.

Par exemple, le premier thème aborde la création de la Loi sur l’assistance publique, du ministère de l’Éducation et du ministère de la Culture. En aparté, M. Lessard signe quelques portraits de politiciens et acteurs influents de l’histoire québécoise moderne (Robert Bourassa, Bernard Landry, Roger Taillibert).

L’utilité des procès-verbaux des conseils des ministres pour écrire ces textes est indéniable, assure l’auteur.

On comprend que les décisions qui paraissent simples une fois rendues sur la place publique ont été le fruit, en amont, de nombreuses réflexions, divisions, accrochages entre ministres.

Par ailleurs, ceux qui connaissent l’auteur savent qu’il a été un des plus fervents utilisateurs du téléphone. Et il le fait encore pour ajouter un angle humain à ce qu’il raconte. D’autant plus, dit-il, qu’avec les années, les interlocuteurs baissent la garde.

« Plusieurs années plus tard, ils sont plus ouverts et heureux d’en parler, relève-t-il. Soit parce qu’ils sont à la retraite ou parce qu’ils sont affectés à d’autres dossiers. Cela leur permet de mettre en relief leur contribution ».

CENT ANS DE FAITS SAILLANTS DE LA POLITIQUE QUÉBÉCOISE

M. Lessard n’aime pas l’expression « dans mon temps, c’était meilleur », mais force lui est d’admettre que la période 1990-2001 a été d’une « densité et d’une intensité jamais retrouvées depuis » dans l’histoire des relations Québec-Canada.

Entre le naufrage de Meech en juin 1990 et l’annonce du départ de Lucien Bouchard en janvier 2001, la roue politique tourne à une vitesse folle avec la crise d’Oka, la commission Bélanger-Campeau, la création de l’Action démocratique du Québec par Mario Dumont, le passage de Jacques Parizeau, les référendums de 1992 et 1995, etc.

« Ceux qui étaient là ont eu le privilège d’assister à tous ces évènements en une période aussi courte », résume M. Lessard.

Et s’il pouvait vivre une autre époque de notre histoire, quelle serait-elle ? « Je dirais celle d’Honoré Mercier, d’Henri Bourassa, de Louis Riel et de Wilfrid Laurier, répond-il. J’ai l’impression que des choses très importantes se sont passées à ce moment-là. Ce sont des moments fondateurs de ce que l’on est aujourd’hui ».

CENT ANS DE FAITS SAILLANTS DE LA POLITIQUE QUÉBÉCOISE

André Duchesne

LA PRESSE.CA

CENT ANS DE FAITS SAILLANTS DE LA POLITIQUE QUÉBÉCOISE

Publié dans LES VOIX DU QUÉBEC

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article