LES MESURES URGENTES

Publié le par la-petite-souris-normande.com

uae.JPGOn a l’air de découvrir tout soudain que l’école publique est un volcan en pleine ébullition qui risque à tout moment d’entrer en éruption.

Notamment le collège.

C’est comme si on découvrait l’eau chaude, alors qu’il est de notoriété publique que le feu couve depuis des dizaines d’années.

Il y a pour moi deux causes essentielles à cet état de fait : L’absence totale de pédagogie sur des sujets de société graves comme les religions et leurs déviances essentielles et l’absence de sanctions au sein de l’école.

Commençons par ce dernier point.

On a coutume de dire que le DROIT (ce qui régit le fonctionnement de tout groupe humain) a trois fonctions : Prévenir (par exemple c’est le rôle de la Prévention Routière), Protéger (on parle par exemple de Protection Civile) et Punir (c’est le rôle de la Justice).

L’école est devenue une zone de « non droit » car la notion de punition, qui se traduit par une sanction, n’existe plus à l’école.

La sanction, la vraie sanction a complètement disparu de l’école : Mettre un zéro n’a aucune conséquence puisque le redoublement est supprimé et que les diplômes sont quasiment donnés, exclure est plutôt une récompense puisque cela permet de sécher « légalement » les cours et on est un héros lorsqu’on a « broyé » le prof.

Il faut s’inspirer de ce qui fait la force des armées : la discipline et le respect de l’autorité.

Établir des sanctions du style « travaux d’intérêts collectifs au sein de l’école », comme le suggère Luc Ferry, me semble une idée intéressante à creuser : Balayer la cour, faire une « corvée de chiottes », nettoyer des tags ou faire une corvée de peluches, cela n’a jamais fait de mal à personne et cela contribue à remettre les idées en place.

Il ne faut pas hésiter non plus à utiliser Internet et les « nouvelles technologies » en cours de façon à « banaliser » et « canaliser » l’auto-information.

Enfin, je pense qu’il serait utile de s’inspirer de certaines méthodes en vigueur chez les Anglo-Saxons.

En France, le but de l’Education Nationale, c’est de « formater » des gamins avec un ensemble de compétences (on ne parle plus de savoir, ni de « culture générale »).

En quelque sorte, on veut mettre « l’uniforme dans la tête » avec les résultats catastrophiques que l’on connaît.

Le modèle Anglo-Saxon, c’est tout l’inverse : On met l’uniforme sur le corps (tout le monde est habillé pareil) et on s’efforce de laisser la tête de chacun évoluer au mieux de ses talents et de ses goûts.

On en vient donc à la pédagogie…

Il me semble qu’il serait plus utile d’apprendre les fondamentaux des religions, des civilisations, des cultures, des modes de vie que d’enseigner la façon dont fonctionne le frein d’un vélo pliant, comme c’est le cas en sixième !

Existe-t-il des enseignants capables d’expliquer à des enfants l’histoire des religions ?

Il ne s’agit pas, bien sûr, de renier toute notion de laïcité (d’ailleurs je ne sais plus très bien ce que signifie ce mot), mais de tenir compte d’une réalité d’autant plus importante que « le monde est le monde » et que chacun ne vit plus seul isolé dans son coin.

Un enfant est un être influençable et malléable à l’envi, on le voit bien à la violence des réactions de certains ados face aux récents « évènements ».

La priorité des priorités, c’est donc de reprendre tout cela en main.

ottc.JPGMais pour bien reprendre en main, il faut de l’énergie et de la fermeté dans les bras !

     Le Hibou de la Vallée

 


Publié dans LE HIBOU DE LA VALLÉE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article