HENRI GUAINO : « CE N’EST PAS MON MONDE… »

Publié le par Henri Guaino chez Gaullisme.fr

HENRI GUAINO : « CE N’EST PAS MON MONDE… »

À la trappe la Nation en armes victorieuse, les héros de 1914-1918, ceux qui se sont battus jusqu’au bout de leurs forces dans la boue et le sang, ceux qui sont allés chercher leurs camarades blessés entre les lignes, ceux des Éparges, d’Ypres, de Verdun, ceux qui, comme le dernier poilu, Lazare Ponticelli, mort en 2008, disaient  "j’ai voulu rendre à la France ce qu’elle m’avait donné".

Pourtant ceux qui au milieu de l’horreur ont gardé leur humanité, leur honneur, leur cœur pur, « gueules cassées, soldats de la victoire, soldats morts pour les "pauvres honneurs des maisons paternelles", ceux comme disait Victor Hugo qui « pieusement sont morts pour la patrie » , ceux-là « ont droit qu’à leur sépulcre la foule vienne et prie ». Ils ont droit que l’on célèbre leur héroïsme et leur sacrifice.

Le souvenir de leur courage vit dans nos soldats, dans notre armée et fait notre Nation.

Décidément, ce monde n’est pas mon monde !

HENRI GUAINO : « CE N’EST PAS MON MONDE… »

Henri GUAINO

Selon la presse :

« À l’approche des commémorations du centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale, l’Élysée a fait savoir qu’il ne s’agissait pas de célébrer la victoire « militaire » de 1918. Le sens de cette commémoration, ce n’est pas de célébrer la victoire de 1918. Cela irait à l’encontre de l’idée que la France contemporaine se ferait de la Grande Guerre: non pas une grande victoire, mais une «grande hécatombe». …«Les combattants (…) étaient pour l’essentiel des civils que l’on avait armés»

Sources : GAULLISME.FR

Publié dans LIBERTÉ D'EXPRESSION

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article